Magazine Poésie

Pansements

Par Deathpoe

Epuisé et furieux je n'hésite pas à fumer cigarettes sur cigarettes, et je peux ainsi rôder dans mon crâne et y puiser le silence, alors que la nuit est claire et fraîche, hésitante comme une consomption singulière. Mes yeux se sont faits microfilms prêts à envisager n'importe quel point de vue. J'entrevois à nouveau tous les possibles avec précision. Des paroles tourbillonnent en feu. Mes cheveux sont des fils électriques à l'air libre et je refuse à présent de voir la maladie se profiler comme une faucheuse de second ordre.

Les Mots sont des chevaux en train de mourir.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Deathpoe 179 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines