Magazine

Laure Manaudou n'est pas une machine

Publié le 16 août 2008 par Cetaitdemainorg
La meilleure surprise de ces jeux olympiques à Pékin nous vient incontestablement de Laure Manaudou. Depuis une semaine déjà, les télévisions nous abreuvent de monstrueuses machines à pulvériser des records, comme cet Américain Phelps, et le public, insatiable, n'en finit pas de dévorer le corps des athlètes. Transsubstantiation qui métamorphose le spectateur en héros d'un jour. Or, voilà qu'une nageuse couverte de gloire et de titres mondiaux dévisse en plein bassin, finit bonne dernière et s'attire les foudres des plumitifs de la presse sportive. "Les résultats de Laure Manaudou sont indignes de son statut". Qu'il me soit permis ici de prendre le contre-pied. Les sportifs de très haut niveau, repérés souvent dès l'âge de quatre ans, surentraînés, surconditionnés, craquent rarement lors des compétitions surtout quand il s'agit d'olympiades. Ils ne gagnent pas forcément des médailles mais ils ne s'effondrent pas. Ils ont, en cela, quelque chose d'inhumain car on les croit volontiers insensibles à tout ce qui échappe à leur domaine. Laure Manaudou est une championne d'une autre nature. Aussi pugnace que ses confrères, aussi couverte d'or, elle n'en compose pas moins avc la fragilité qui devrait habiter tout être vivant. Cette fragilité a pu l'aider à triompher lors des jeux d'Athènes en 2004. Cette même fragilité aujourd'hui la conduit à des contre-performances. Mais la championne qu'elle reste de toute façon, qu'elle redeviendra peut-être car elle est jeune encore, prend une autre envergure du fait même de cette fragilité. Ses mérites en sont d'autant plus grands et contribueront, qui sait, à lui forger une légende que le cinéma pourrait bien exploiter dans les années qui viennent. C'est que, tout simplement, Laure Manaudou est une femme dans l'humanité, avec ses forces et ses faiblesses. Elle veut s'éloigner un temps de la natation, ne plus s'offrir aux téléphages avides. Retrouver la vraie vie au petit bonheur de ses amours. C'est pourquoi elle nous ressemble comme jamais un Alain Bernard pourra nous ressembler.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cetaitdemainorg 47 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog