Magazine

Vu à Tourtour

Publié le 18 août 2008 par Goure

Que font les Ampusians lorsqu’ils veulent jouer aux touristes à peu de frais ? Sept kilomètres de voiture , ça n’est pas mauvais pour votre sensibilité écolo et hop, vous voilà plongé dans la foule qui se promène , qui va d’une galerie de peinture à une autre , attablé à la terrasse d’un café (tous bondés) à déguster glaces et boissons fraîches. C’est ce que nous avons fait ce dimanche 17 août, sortie à Tourtour , village que toute la famille aime bien. En rejoignant la route depuis le moulin à huile , on passe sous un porche et , machinalement, Cathy lève la tête et que voit-elle ? Un nid d’hirondelles avec quatre petits bien visibles ainsi que le ballet de la mère ou du père venus nourrir leurs petits. Dès que le père ou la mère arrivaient , les petits ouvraient grand leur bec. Sitôt la becquée donnée ,le père ou la mère repartait pour rechercher la pitance des quatre petits . Nous avons regardé un bon moment le mouvement de ces oiseaux. Nous étions seuls , pas de touristes à cet endroit. Et comme le porche est assez bas , on les voyait nettement. Ca nous a beaucoup plu. Ensuite nous avons retrouvé la foule bigarrée , joyeuse d’être encore en vacances.

photo-020.1218983315.jpg

photo-022.1218983434.jpg

Visitez le site de l’hirondelle rustique .

imagephp.1218984557.jpg
L’hirondelle est heureusement protégée . Elle fait partie des oiseaux intégralement protégés par la loi ; des associations comme la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) militent en faveur de sa protection.
Je vous raconte une anecdote que je tiens de ma grand-tante , Camille Michel ( qui aurait environ 120 ans) :Elle était allée à Monaco , ce qui , à l’époque , représentait un grand voyage. Je ne sais plus pour quelle raison elle y était allée. C’était en automne. Elle se promenait en compagnie de son mari quand tout d’un coup le ciel s’était obscurci. Levant la tête , elle avait alors aperçu un rassemblement de milliers d’hirondelles en partance pour l’Afrique. Jamais de sa vie elle n’en avait vu autant et jamais plus elle n’en vit autant. Elle aimait nous raconter cette anecdote en automne lorsque la migration des oiseaux est venue. Cette histoire m’a toujours impressionnée et j’aurais bien voulu voir de mes yeux ces milliers d’oiseaux capables d’obscurcir le ciel de Monaco…Ca fait rêver , non ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Goure 7020 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte