Magazine France

Velib: plus que jamais un syndicat intercommunal ou départemental est nécessaire

Publié le 18 août 2008 par Dornbusch

L’été est décidément “la saison du Vélib”. D’une part il faut bien avouer que l’emploi de ce mode de transport, dans les zones desservies, est particulièrement agréable et que, même avec un été maussade, l’arbitrage avec des rames de métro ou de RER surchauffées est vite fait. A l’usage, ce dispositif se révèle plus que jamais une excellente solution de transport, agréable, économique (29 euros par an si on ne fait que des courts trajets, un demi plein d’essence ou moins d’une demi carte Orange 3 zones mensuelle), avancée technologiquement (le couplage avec le pass Navigo par la technologie NFC est une merveille): enfin une technologie environnementale d’avenir- les “Cleantech” comme disent les anglo saxons ou “éco innovations”- comme ce blog les soutient !

Velib: plus que jamais un syndicat intercommunal ou départemental est nécessaire

Seule déception locale, les stations implantées dans le Bois de Vincennes (cours des Maréchaux par exemple) ne sont toujours pas activées bien qu’installées depuis des mois, je n’en connais pas la raison.

Velib: plus que jamais un syndicat intercommunal ou départemental est nécessaire

Surtout les nouvelles, plus ou moins surprenantes, se sont succédées. A la surprise générale (l’expression était dans tous les journaux), le Conseil d’Etat - contre tous les avis intermédiaires - a finalement validé le plan d’extension du Vélib Parisien dans la zone limitrophe de la banlieue, soit quelques centaines de stations réparties dans une bande de 1,5 kilomètres autour de Paris.

Bonne nouvelle pour une partie des communes concernées, les plus petites en particulier qui se voient presque intégralement couvertes par le dispositif. On sait que chez nous Vincennes et Saint Mandé sont dans ce cas.

Pour autant cette décision pose autant de problèmes qu’elle en résout. Pour les communes peu ou pas couvertes, Fontenay avec 3 stations en bordure du Bois, mais aussi Montreuil coupé en deux, Joinville ou Nogent qui héritent d’une ou 2 stations, on voit bien que l’actuel dispositif n’est pas pérenne

En parallèle, mon camarade Laurent Cathala à Créteil avait sans attendre annoncé le déploiement du dispositif dans sa commune.

Enfin, dernière annonce surprise, le Conseil Général du Val de Marne qui jusque là n’avait rien exprimé sur le sujet indique qu’il souhaite réfléchir à un dispositif départemental. Enfin est on tenté de dire, une solution globale pour tous les habitants du Val de Marne. On sait qu’on a maintes fois prôné sur ce blog la solution d’un syndicat intercommunal, sur le modèle de celui de Plaine-Commune en Seine Saint Denis, pour résoudre cette question.

Si ce syndicat intercommunal peut devenir départemental, c’est encore mieux. Je soutiendrai sans réserve cette piste, en souhaitant qu’elle ne soit pas un leurre.

On ne résoudra pas facilement les vices d’origine du Vélib parisien et en particulier le fait d’avoir mis en place un système “fermé” qui sera toujours difficile à interfacer avec les dispositifs de banlieue. Il faudra surement attendre une deuxième génération dans quelques années pour surmonter ce défaut. J’y vois là aussi un recul de l’Etat français, cet état centralisateur et planificateur. Aurait on voici quelques dizaines d’années imaginer que chaque département lance son propre programme de routes départementales, avec ses normes propres ? L’Etat central, de moins en moins stratège, mal à l’aise avec la décentralisation, n’a pas su ici non plus être l’acteur qui aurait donné au système une vraie envergure nationale. Libéralisme (ici l’innovation proposée par Decaux) et décentralisation (la liberté donnée aux communes) donnent souvent de bons résultats, mais l’Etat doit garder sa place. C’est une des questions au cœur des débats du socialisme actuel, illustré de façon simple par cet exemple concret. Ce n’est pas forcément si anecdotique car je pense que la vague d’innovations environnementales à venir sera largement “micro locale” - sur le modèle de Vélib - et qu’une bonne articulation entre “vision stratégique et normative de l’Etat” et énergie et initiatives des entreprises et des collectivités sera à trouver pour ne pas multiplier les exemples d’incohérence, sympathiques localement, catastrophique pour l’intérêt général.

David Dornbusch

Parti Socialiste - Actualité politique de la 6° circonscription du Val de Marne (Fontenay sous Bois, Vincennes, Saint Mandé)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dornbusch 490 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte