Magazine Humeur

JO : le bilan des Belges est à l'image du pays, inexistant

Publié le 18 août 2008 par François Collette

Au jour d’aujourd’hui, au deux tiers de Jeux, le bilan des Belges est plus que mitige et j’ose dire inexistant en termes de performances à ce niveau. Sauf l’une ou l’autre exception, aucun athlète ne s’est encore classé dans les dix premiers de sa discipline. Seule l’équipe « nationale » de foot brille puisqu’elle a atteint les demi-finales. En athlétisme, le seul espoir raisonnable de médaille réside en saut en hauteur féminin avec la longiligne Tia Hellebaut, championne d’Europe en titre et puis c’est tout. On est loin des trois médailles il y a quatre ans à Athènes et des cinq en 2000 à Sydney.

Vous me direz que la Belgique est un petit territoire mais regardons le tableau des médailles : de très nombreuses pays européens de même gabarit voire plus petits en terme de population ont déjà engrangé plusieurs breloques : Pays-Bas 12, Danemark et Slovaquie 4, Tchéquie et Suisse 5, Autriche 3. Donc, « petit pays » n’est pas une excuse surtout quand le COIB (Comité Olympique et Interfédéral Belge) se permet d’envoyer 96 athlètes ou prétendus tels à Pékin.

Pas (encore) de médaille, pas de performances. Fallait-il en douter ? Bien sûr que non. Les raisons sont multiples et en grande partie inhérentes à la configuration politique du pays. Le sport (de même que l’enseignement) n’est plus de compétence nationale depuis l’instauration de la « Belgique fédérale » dans les années 90, il est du ressort des communautés. Donc pas de vision nationale ni de projet cohérent en ce qui concerne la gestion des élites sportives. Et pas d’effet de levier chez les jeunes puisqu’il n’y a plus de « locomotive » comme le fut par exemple Justine Hénin. Dans la même logique et sous la pression flamande, la plupart des fédérations sportives sont scindées nord-sud et les rares qui sont encore nationales (comme le foot) sont en passe de suivre le même chemin. Petit pays, petit esprit.

 Les carences dans la promotion du sport et le management sportif sont importantes en Wallonie où l’insuffisance d’infrastructures et d’encadrement est criante, sans oublier que le goût de l’effort est terriblement absent chez beaucoup de jeunes Wallons. La situation est meilleure au Nord car là il y a tout de même le souci appuyé de promouvoir le sport, le goût de l’effort et de la performance et … l’image de la Flandre. Pour preuve, au niveau belge, les Flamands ont toujours damé le pion aux Wallons.

Faute de politique volontariste il faut donc malheureusement assumer et faire avec les moyens du bord. Quand on voit que le Ministre des Sports de la Communauté Wallonie-Bruxelles n’est autre que … Michel Daerden, on a bien compris que la volonté politique de faire mieux n’existe pas vraiment … en Wallonie.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


François Collette 246 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines