Magazine Santé

M.Q.R.P. : Médecins québécois pour le Régime Public

Publié le 18 août 2008 par Le Petit Docteur

5b6dc12e8b509d845d52cf37cb97631f.jpgDes médecins québécois se mobilisent et se regroupent pour défendre les spécificités de leur système de soins.
Ils tiennent à garantir un accès aux soins pour tous sans discrimination de moyens comme il existe chez leur voisin américain par exemple.
Ils s'inquiètent fortement de la place grandissante donnée aux compagnies privées.
Ils ont donc rédigé une déclaration : la Déclaration de Montréal
Extrait:
Certaines orientations récentes vers une plus grande ouverture au privé à but lucratif nous inquiètent profondément.
Un discours troublant se fait de plus en plus insistant: il faudrait rapidement s'ouvrir à l'assurance privée pour les soins déjà couverts par le régime public et augmenter la prestation privée, sous peine de voir notre système de santé péricliter. Ce discours trouve un terrain particulièrement fertile au Québec, qui pourrait devenir un champ d'expérimentation “idéal”. Largement véhiculées par le rapport Castonguay, par lesquelles les agences régionales de santé deviendraient acheteurs de soins dans un marché où seraient mis en compétition les fournisseurs publics et privés; ces positions s'appuient sur un faux diagnostic: la croissance des coûts du système de santé serait hors de contrôle (...)
Ne s'agirait-il pas là de mesures structurantes visant à rendre éventuellement viable un système de soins parallèle pouvant un jour échapper à la gestion publique? Situation classique, où une infrastructure développée et financée à grands frais par le génie public aboutirait directement dans le giron d'entreprises qui choisiraient d'en faire fructifier les secteurs les plus rentables. Ce système parallèle, de mieux en mieux pourvu et financé, pourrait éventuellement convenir avec le plus offrant de dispenser directement les soins les plus lucratifs, sans nécessairement passer par l'état. Pas demain, ni dans un an, mais pourquoi pas dans cinq ou dix ans, lorsque des restrictions progressives imposées au système public en auront peut-être miné suffisamment l'accès?
En douceur, aboutirait-on alors au système à deux vitesses souhaité par plusieurs, où les mieux nantis auraient accès plus rapidement aux soins, au détriment des patients plus « coûteux » (malades chroniques, atteints du cancer ou de troubles psychiatriques, etc.) ou ne pouvant simplement pas payer pour les assurances requises? Triste perspective.

Toute ressemblance avec une politique de privatisation du système de santé...bref.
Pour info complémentaire, une polémique qui sévit actuellement dans la belle province :
Le Roselyne BACHELOT local, le libéral ministre de la santé,Philippe COUILLARD qui a démissionné il y a moins de deux mois de son poste a retrouvé du travail.
Il rejoint Persistence Capital Partners (PCP), un fonds privé d'investissement consacré aux soins de santé.
Il y œuvrera à titre d'associé et de partenaire, et participera à la définition des choix stratégiques et aux décisions d'investissement....
Le système de soins québécois
Le site du M.Q.R.P.

Reportage de la télé canadienne :

b0e8bc9d0267b1b68b74879c08e47273.jpg

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Petit Docteur 387 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine