Magazine Amérique latine

Fay est passé sur la République Dominicaine

Publié le 19 août 2008 par Emilieh

Fay est passé sur la République Dominicaine
Bon, et bien ce temps de Toussaint a été confirmé dans la nuit de vendredi à samedi... c'est la tempête Fay qui est passée au dessus de la République Dominicaine.
Vendredi après midi, temps très correct, un peu nuageux, mais qui se tient.
On nous annonce du mauvais temps pour les provinces du nord.
Puis ces pluies et ce vent ont pris un peu de force.
Dans l'après midi, les autorités nous ont placé en alerte verte (risques peu élevés, en gros il va pleuvoir, rien de plus), puis comme toujours l'éléctricité a fait défaut dès 17 heures.
Figurez-vous que sortie du travail, je suis allée à la banque (et oui, c'était jour de paye), tout comme de nombreux collègues de travail qui n'ont rien vu venir, et le temps de faire la queue pour changer mon chèque (1 heure 15 quand même), quelques courses en attendant que la pluie modérée d'arrête, nous nous sommes trouvés "prisonniers" de ce supermerché ou tout le monde restait bouche bée devant ces vents forts et ces trombes d'eau.
Et puis, n'espérant pas une acalmie proche, mais plutôt une déterioration du climat, nous sommes partis vers notre dans le noir, sans électricité, les habitants de certaines ruelles de mon quartier (comme dans beaucoup de San Pedro) avaient de l'eau jusque la taille, des toits de zincs avaient volé un peu partout, comme les branchages.
Du coup, à peine rentrés sains et saufs (et rassurés) on s'enferme à double tour, l'eau chasse par les persiennes et sous la porte (qui du coup a gonflé et peine à s'ouvrir et se refermer... niveau sécurité, pour me cambrioler il faut en vouloir du coup!), on attend gentiment l'electricité, qui reviendra, tenez vous bien, le lendemain matin à 11 heures 30.
Du coup qui dit longue coupure dit pompe à eau qui ne peut faire son travail... dès 6 heures du matin, il n'y avait plus d'eau dans tout l'immeuble...
Sans électricité, on ne sait pas vraiment ce qu'il en est de la situation, le soleil est revenu, mais le temps est gris au loin sur la mer... du coup on va acheter le journal ou on apprend que l'alerte est passée au rouge dans la soirée, qu'il y a 4 morts (parents et leurs deux enfants alors qu'ils circulaient en voiture), 11 000 sans logis (qui vivaient aux abords de courants d'eau), les vents allaient à 65 km/heure, et le chef de l'organisme de secours annonce que les victimes sont responsables de ce qui leur est arrivé, étant donné que les autorités ont prévenu de cette alerte rouge... en gros tant pis pour eux, on les avait prévenus...
Alerte émise, mais comme toujours, alors que plus de la moitié de l'ile est dans l'obscurité la plus totale... donc presque personne ne l'aura entendue.

Depuis hier, les journaux nous montrent les traditionnelles images de délogés, dans des écoles ou gymnases, des maisons aux abords de fleuves et rivières pleines de boue et d'eau... hier d'ailleurs, les présentateurs des revues de presse du matin ironiquement ont lancé "la même image à chaque fois", parce que ca devient une habitude malheureusement dès qu'il pleut un peu fort.
C'est vrai ces personnes sont à plaindre, en plus vu les conditions de vie difficiles en ce moment, ca ne fait qu'empirer la situation (tout comme la délinquance, car les petits voleurs, malgré les trombes d'eau profitent des nuits obscures pour voler, le malheur des uns fait le bonheur des autres comme on dit).
Toutefois, il faut préciser que bien souvent les victimes de ces catastrophes naturelles se voient offrir par l'Etat une nouvelle maison ou appartement dans des zones "sûres".
De ces maisons, il ne restent propriétaires que peu de temps... bien souvent ils la revendent dans la foulée, achètent de quoi arranger la maison détruite près du fleuve et courent s'y reinstaller, le reste de l'argent sera gardé ou dépensé, et l'histoire se répète inlassablement plusieurs fois tous les ans...

Enfin, le beau temps a l'air d'être revenu sur la République Dominicaine...

Note: vous avez été nombreux à me demander le temps à l'approche de votre départ, mais ici, il n'y a rien de plus incertain que le climat (les autorités ne sont pas très compétentes, ne voient le danger qu'au dernier moment), donc, je ne sais vraiment pas le temps qu'il fera en fin de semaine (d'ailleurs, non conjoint m'a fait la remarque alors que je lui disais que sur le journal de samedi, ils annoncaient des orages pour vendredi, moi qui ai peur que mon avion ne décolle pas ce week end...si ils ne voient pas aujourd'hui le temps qu'il fera demain, comment savent-ils le temps pour la fin de semaine prochaine?) donc pas de panique!

Dans les hôtels, normalement, vous êtes bien informés (j'ai d'ailleurs vu sur la plage de Boca Chica les agents de sécurité qui allaient chercher dans l'eau les vacanciers qui se baignaient alors qu'arrivait une mini tempête de sable).
Et puis, ici, la majorité du temps, il est possible d'avoir une forte averse pendant quelques minutes et un temps magnifique juste après, ou la pluie en soirée.
Et comme le diraient les paysans dominicains: on a besoin d'eau pour éviter la secheresse, parce que il est vrai, il n'a pas beaucoup plu en cette saison des pluies 2008.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Emilieh 2608 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog