Magazine Football

Un match avec l’équipe de foot chinoise ? A vos risques et périls !

Publié le 19 août 2008 par Hfranchineau
« Il y a 2 choses qui retiennent les joueurs de l’équipe chinoise de football d’aller disputer des matchs à l’international : leur pied droit et leur pied gauche ». Les Chinois ont honte de leur équipe de foot masculine. Aux nombreuses défaites s’ajoutent l’état d’esprit déplorable des joueurs, connus pour être violents. Le football est aujourd’hui l’un des seuls sports qui résiste encore à la moisson de médailles chinoises...

Le 13 août, le match Chine Brésil s’est soldé par un score sans appel pour l’équipe chinoise : une défaite 3-0. Les supporters chinois se sont mis en colère quand l’entraîneur brésilien Dunga a déclaré plus tard qu’il ne comprenait pas pourquoi les Chinois n’avaient pas plus attaqué alors qu’ils étaient menés au score. Le football est un des sports les plus populaires en Chine avec le basket, le ping-pong et le badminton. Les jeunes Chinois connaissent sur le bout des doigts la composition des clubs étrangers. Beckham, Ronaldinho, Henry sont pour eux des stars. Pour les autorités chinoises, c’est un casse-tête : le pays a l’argent, la réserve de population représentant un vivier inépuisable de talents potentiels, les fans, et pourtant le niveau de l’équipe nationale reste coincé dans les tréfonds de l’amateurisme. Les fans eux-mêmes sont les premiers à critiquer le faible niveau de leur ligue professionnelle, créée en 1994. Mais ce qui les désespère le plus : leur équipe nationale. Non seulement elle accumule défaite sur défaite, mais les joueurs chinois n’hésitent aussi pas à donner quelques coups mal placés aux adversaires qui ont le malheur de se trouver sur leur chemin.

Alors que l’équipe féminine est saluée pour son bon niveau général (elle fut en finale de la coupe du monde en 1999 et la FIFA la classe en 5ème position mondiale), l’équipe masculine n’a pas ce bonheur. A Pékin elle finit dernière de son groupe et n’est pas qualifiée pour les ¼ de finale. L’histoire ne fait que se répéter : pour la Coupe du Monde 1998, battu par le Qatar, elle n’as pas pu se qualifier. En 2002, les pays hôtes (Japon et Corée du Sud) étant absents des qualifications la Chine a pu se glisser parmi les heureux élus. Absente en 2006 en Allemagne, la Chine le sera également en 2010 puisque l’équipe a échoué face à l’Iraq.

Les moyens ne manquent pourtant pas. La CFA (China Football association) a recruté des entraîneurs étrangers, comme le serbe Vladimir Petrovic pour relever le niveau de l’équipe. En 2003 plusieurs jeunes joueurs jugés prometteurs ont été envoyés deux ans en Allemagne s’entraîner sous la houlette du fameux entraîneur allemand Eckhard Krautzun. Enfin l’équipe a multiplié les matchs amicaux à l’étranger. Mais les résultats ne sont pas au rendez-vous, au grand malheur des Chinois qui ne se privent pas de se moquer de leur équipe. D’autant plus qu’un autre mal ronge les joueurs : la violence. Les joueurs chinois sont connus pour vivre le football comme un combat et non comme un jeu. Tacles dangereux et coups de pied mal placés semblent être leur spécialité. Lors du match de pool Chine- Belgique, le 13 août, il y a eu 2 cartons rouges...pour 2 joueurs chinois. Les fautes ? Un coup de pied dans l’entrejambe et un coup de coude, rien que ça. On se souvient que Djibril Cissé s’était fait une double fracture de la jambe lors du match amical France- Chine en Juin 2006...

Du coup en privé, sur internet et dans les journaux, les quolibets fusent : « Notre équipe est championne olympique des arts martiaux » « Fumer nuit à la santé, jouer avec l’équipe chinoise nuit à votre santé aussi ». Signe de maturité de la part des supporters chinois, pourtant si prompts à s’enflammer : les mésaventures de leur équipe sont tournées en dérision. Des blagues circulent ainsi que des vidéos parodiant la chanson « Beijing Welcomes You » ("Beijing Huanying ni" ou 北京欢迎你) qui tourne en boucle à la télévision. Dans la nouvelle version on peut entendre « Nos buts sont grands ouverts pour vous, ne vous gênez pas, vous allez adorer jouez avec nous ». Xie Yalong, le président de la CFA, en prend pour son grade aussi dans les chansons. Lors du match Chine- Belgique, les supporters chinois scandaient son nom en demandant sa démission.

Les joueurs eux-mêmes admettent pourtant qu’il y a un problème : « Nous jouons au football comme les Brésiliens jouent au ping-pong » a admis Li Weifeng, le capitaine de l’équipe olympique. Certains l’ont pris pour une insulte envers les Brésiliens. Les supporters les plus optimistes y verront le signe d’une prise de conscience...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hfranchineau 54 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines