Magazine Cuisine

Du recours au calendrier lunaire en biodynamie: l'influence de la Lune sur la vigne et le vin

Par Ochato

Il y a quelques temps, Christophe rapportait dans son article sur le vignoble de l'Arbre Blanc comment une même cuvée, d'un même millésime, dégustée deux jours de suite, se "donnait" de façon totalement différente d'un jour sur l'autre. Il expliquait cela notamment par le fait que, selon le calendrier lunaire, on était passé d'un jour "racine" à un jour "fruit". Mais encore?

Comme son nom l'indique, un calendrier lunaire est reglé sur les phases de la Lune. Il est divisé, non en mois, mais en lunaisons (l'intervalle séparant deux nouvelles lunes, soit un peu plus de 29 jours).

Le fait que la Lune ait une influence sur les cultures est un principe reconnu en biodynamie. En effet, ce type d'agriculture repose sur la compréhension des lois du vivant et une mise à profit des phénomènes naturels. Si la Lune est responsable des marées océaniques, il semble évident qu'elle peut également avoir une influence sur des végétaux en majeure partie composés d'eau. Les viticulteurs pratiquant la viticulture biologique se conforme à ce calendrier, qui leur indique le moment idéal pour les diverses actions à entreprendre dans la vigne.

Deux principes fondamentaux commandent le calendrier lunaire: les notions de Lune croissante/décroissante et de Lune montante/descendante.

De la nouvelle Lune à la pleine Lune, le disque lunaire grandit: on dit que la Lune est croissante. C'est la période idéale pour planter, greffer ou tailler.

De la pleine Lune à la nouvelle Lune suivante, la taille du disque diminue: la Lune est décroissante.

Calendrier lunaire

On dit que la Lune est montante lorsqu'elle est "au dessus" de l'orbite du soleil, et descendante lorsqu'elle est "en dessous". Concrétement, observez la Lune deux soirs de suite avec un point de repére fixe. Si d'un jour sur l'autre elle est plus haute, elle est en phase montante; si elle est plus basse, en phase descendante.

En période de Lune montante, la séve des plantes monte vers les branches. C'est le moment idéal pour toutes les interventions qui se passent au dessus du sol. Les fruits récoltés seront également plus juteux, et se conserveront plus longtemps.

A l'inverse, lorsque la Lune est descendante, la séve regagne les racines. La période est donc propice à tout ce qui se passe sous la terre (plantation, repiquage...) mais aussi à la taille, qui sera mieux supportée.

Enfin, deux fois par mois, la Lune coupe le plan de rotation de la Terre autour du soleil. Ce moment est appelé noeud lunaire. Ce phénomène perturbe les végétaux, et il est conseillé de ne pas jardinier cinq heures avant et cinq heures aprés l'horaire indiqué pour le noeud.

En croisant ces différentes données, le calendrier lunaire indique au jardinier ou au vigneron travaillant en biodynamie quels travaux effectuer, sur quel type de plante (fruits, plantes "racines", plantes "feuilles") et à quel moment précis.

Pour en revenir à l'expérience de Christophe évoquée en début de note, elle semble attester que le vin lui aussi puisse subir l'influence lunaire. Pour qui est persuadé que le vin est une matière vivante, cela n'a rien d'incongru. La Lune influence les animaux, les végétaux, et même notre santé et notre alimentation (certains aliments sont mieux digérés tel jour plutôt que tel autre). Pourquoi n'influencerait-elle pas le vin et ses arômes?

Un exemple de calendrier lunaire sur le site de jardinoise.  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ochato 47 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines