Magazine Cuisine

Je me demande si des fois je ne vis pas un jour sans fin… et petite recette d'automne figue, raisin et poireau.

Par Dorian
Depuis quelques temps, j'ai la Marie qu'est un peu chiffon, un je ne sais quoi de mauvaise humeurJe me demande si des fois je ne vis pas un jour sans fin… et petite recette d'automne figue, raisin et poireau. qu'elle traînerait pour je ne sais quelle raison inexplicable. Elle qui pourtant était le pinson joyeux de la maison et qui gazouillait même quand je ruinais la cuisine comme jamais en deux jours de festival, c'était à tel point qu'on aurait plus vite fait de la reconstruire que de la ranger... et n'empêche qu'elle restait notre mésange d'appartement. Enfin ça, c'était avant… Cette année elle n'a pas vraiment fait piou-piou, vraiment pas en rentrant dans la… zone dévastée. Mais ça ne date pas de là sa chiffonnade frénétique.
Déjà quelques jours avant je l'avais remarqué, toujours des petits riens. Comme mon petit linge de cuisinage qui était dans la pile à repasser que j'ai retrouvé roulé en boule dans un des tiroirs du congélo. Ou ma dernière petite collec' de couteaux que je retrouve rangée bien plantée en rang sur le thuya du fond, justement celui qu'elle n'aime pas trop. Et plein plein d'autres petites choses, un peu comme si elle essayait de m'envoyer un message qui concerneJe me demande si des fois je ne vis pas un jour sans fin… et petite recette d'automne figue, raisin et poireau.rait peut-être la cuisine… Enfin c'est en tout cas ce que j'en ai déduit avec mon sens du raisonnement sans faille.
Et en me grattant la tête, je me suis dit bizarre, bizarre je me demande si j'ai pas déjà vécu ça. Je me demande si quand j'ai fini mon premier bouquin dans une apnée culinaire de trois semaines, elle ne virait pas aussi à la chiffonnade et plus dernièrement à chaque long tunnel culinaire pour tel ou tel projet… bizarre, bizarre faudrait que j'analyse ça à tête reposée, y'a peut-être un indice…
Et puis l'autre jour, ça s'est encore confirmé. Alors que je venais de passer quelques heures à éplucher la presse internationale, enfin l'internationale de la bouffe, de préparer mes douze recettes et demi de la journée, écrit quelques articles en retard, répondu à quatre cent deux mails divers et variés… enfin d'une diversité variée tournant autour de… la bouffe.Je me demande si des fois je ne vis pas un jour sans fin… et petite recette d'automne figue, raisin et poireau.
Donc, quand après tout ça et quelques autres bricoles, je suis monté me coucher à 4h18 et que je lui ai dit bon demain c'est repos, j'ai senti comme une petite lumière s'allumer dans ses yeux et comme une frétillance ronronnante la prendre. Et puis il a suffit que je finisse ma phrase par j'vais suivre un cours avec Alain Passart pour que ce soit tout autre chose qui se déclenche.
Et me voilà avec une baveuse éructante qui me dit de ces choses que je ne pourrais même faire lire aux parents des enfants qui se perdre par ici ! Et puis elle s'est retournée en me claquant un et puis ton Alain tu peux te le… Alors moi aussi je me suis tourné et j'ai juste dit, au fait je pensais t'emmener à la mer, peut-être du côté de Quiberon… subitement j'ai eu un dos ronronnant.
Je n'ai pas pensé que c'était le moment de lui parler de la petite manifestation gastronomique que j'avais repérée par là-bas, pas le moment du tout.
Et comme je suis quand même allé retrouver Alain Passart grâce à l'invitation de LG, voilà une petite recette inspiré de ce que j'ai vu là-bas et puis promis juré après j'arrête la bouffe jusqu'à demain… matin à l'aube ! vers midi… demain ou un autre jour sans fin !
Je me demande si des fois je ne vis pas un jour sans fin… et petite recette d'automne figue, raisin et poireau.Petit plaisir d'automne… figues, raisins et poireaux
Ingrédients : 3 figues – 3tranches très fines de lard fumé (coupé à la trancheuse) – 12 grains de raisin – 3 poireaux nains ou 2 très fins –5g de beurre - quelques pincées de fleurs de thym ou de thym - sel et poivre
Commencez par fendre les figues en 4 mais sans les détacher complètement. Entourez-les ensuite avec les tranches de lard.
Coupez les poireaux en fins tronçons et les raisins en deux.
Mettez le beurre dans une poêle, puis ajoutez les poireaux et faites cuire tout doucement à feu bien doux. Au bout de 2 ou 3 minutes ajoutez une càs d'eau et prolongez la cuisson jusqu'à ce que les poireaux soient à point, c'est-à-dire bien cuits mais encore croquants. A ce moment ajoutez le raisin remuez et laissez sur le feu une minute, puis réservez.
Pendant la cuisson des poireaux, faites aussi sauter les figues au lard. Mettez une poêle à feu moyen mettez-y les figues, d'abord sur les fesses puis sur les côtés et enfin à l'envers. Il faut bien tout dorer.
Quand c'est prêt, il n'y à plus qu'à tout regrouper sur une assiette et à saupoudrer avec le thym (que j'ai oublié pour faire les photos...) poivrez à votre goût.
Et si vous voulez retrouver d'Alain Passart dans le détail, passez chez Anne, , et là où elles sont parfaitement détaillées et présentées... moi je vous en reparlerai sans doute plus tard.
Mais pourquoi, je suis pas en train d'oublier un moelleux sur le feu moi… est-ce que je vous raconte ça…

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dorian 13561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines