Magazine Cuisine

Pour une “cuisine vitalité”: entretien avec Catherine Oudot

Par Anne-Sophie

Catherine Oudot propose des cours de “Cuisine Vitalité” à Pessac, dans l’agglomération de Bordeaux. Elle est convaincue de l’absolue nécessité d’avoir une alimentation saine pour être en bonne santé tout en privilégiant les saveurs et l’esthétique des préparations. Son approche généreuse et communicative nous a donné envie de vous faire partager son parcours et sa façon de voir l’alimentation santé.

Bonjour Catherine, pour commencer depuis le début, pouvez-vous nous dire quand vous avez eu le déclic pour “l’alimentation santé” ?

En rangeant la bibliothèque des mes parents il y a quelques années ; il y avait plusieurs centaines de livres. Ma mère était continuellement en recherche, dans tous les domaines : tout l’intéressait ! Il y avait notamment les premiers livres écrits par Catherine Kousmine (NDLR pionnier de l’alimentation santé, cf notre 1er article sur l’alimentation). J’ai eu un déclic à ce moment là, j’ai littéralement avalé ces livres et j’ai voulu tout savoir sur l’alimentation. Chaque livre en amenant un autre, j’ai ainsi lu énormément.

Pendant un an, tout en continuant mon métier de décoratrice d’intérieur, je lisais et mettais en pratique ces nouvelles connaissances. Je me levais à 6 h du matin pour cuisiner. Je voulais tout comprendre par moi-même sans recevoir aucune aide extérieure. Je faisais ce que je ressentais en laissant parler mon cœur. Quand on est fait pour quelque chose, la compréhension vient d’elle même.

Avez-vous ressenti des bienfaits sur votre forme avec cette nouvelle façon de manger ?

Je n’avais pas de problèmes de santé à proprement parler; par-ci par-là, quelques petites pathologies: fissures aux talons, ballonnements et constipation, coups de “pompe” de temps à autre et autres fatigues ponctuelles… Il me semblait que tout allait pour le mieux, seulement le prix de l’âge qui avance…

Et quelle ne fut pas ma surprise de constater, au fil des jours, que tous ces désagréments se volatilisaient comme par miracle. A l’heure actuelle, j’ai une énergie décuplée qui fait des envieux; je me porte comme un charme et j’ai des projets plein la tête à l’âge où la plupart d’entre nous attendent que la vie se passe…

Comment avez-vous décidé de partager cette connaissance, au-delà de votre cercle familial ?

Au bout d’un an, j’ai ressenti un nouveau déclic. Je me suis dit “Tu ne peux pas garder tout ça pour toi, il faut que tu fasses passer ce message”. J’ai été professeur pendant plus de trente ans dans la discipline du secrétariat ; il était donc naturel pour moi de poursuivre l’enseignement mais dans un domaine tout à fait différent, celui que j’avais choisi par passion.

J’en ai alors parlé à des amis qui étaient très enthousiastes à l’idée de découvrir une nouvelle façon de se nourrir. Nous avons passé une année merveilleuse. Nous étions sept. Je leur donnais un cours deux fois par mois, dans ma propre cuisine.

Les résultats sur la santé de des participants m’ont vraiment confortés dans ce choix alimentaire. Une de mes amies a perdu 10 kilos en 9 mois. Elle souffrait également de rhumatismes et ne pouvait lever les bras pour étendre son linge. Avec cette nouvelle cuisine, et notamment l’arrêt des produits laitiers, les rhumatismes ont disparu en l’espace de 6 mois. D’autres ont résolu leurs problèmes de cholestérol et arrêté leur traitement avec l’accord de leur médecin. Et bien entendu ceux qui souffraient de problèmes digestifs ont été véritablement soulagés et ont pu profiter à nouveau du plaisir de manger.

Mon test était réussi ! J’étais convaincue qu’il fallait que je continue à enseigner cette cuisine vitalité.

Quel a été la suite de votre parcours ?

Un jour, pendant l’été 2003, j’ai réalisé que je ne pouvais pas indéfiniment recevoir les élèves chez moi et qu’il me fallait une cuisine spécialement conçue pour les cours. Une grosse commande en décoration d’intérieur m’a permis de réinvestir l’argent reçu dans l’aménagement de cette cuisine.

J’ai imprimé quelques prospectus que j’ai distribué dans les magasins bio, j’ai organisé des portes ouvertes et le journal Sud-Ouest a publié un article sur mon activité. Résultat: 54 élèves inscrits pour l’année 2003-2004! J’ai alors décidé d’arrêter la décoration d’intérieur pour me consacrer à plein temps à mes cours et mes élèves. En Septembre 2004, j’avais 100 inscrits. Et pour la 3ème année de Cuisine Vitalité, nous avons agrandi le lieu où je donne les cours.

Avez-vous vu des résultats sur la santé de vos élèves ?

Sur cet échantillon plus grand que le cercle de mes amis, j’ai également pu voir des cas de rémission extrêmement intéressants. Je me souviens notamment de cette personne diabétique insulino-dépendante qui n’a plus eu besoin de faire des injections d’insuline au bout de quelques mois, avec l’accord de son médecin. Les élèves ne me racontent pas forcément leurs problèmes de santé en début d’année mais parfois certains viennent me dire combien ils se sentent mieux. Certains médecins m’envoient des personnes, persuadés que leur maladie prend sa source dans leurs erreurs alimentaires.

Aviez-vous eu d’autres expériences en termes d’alimentation santé ?

Dans les années 80, j’ai essayé l’instinctothérapie. Il s’agit de manger entièrement cru des aliments non transformés. Il faut sentir l’aliment et laisser l’instinct choisir en fonction de ses besoins. Je n’ai pas insisté très longtemps car cette méthode coûte cher, se révèle fastidieuse et sûrement carentielle au fil du temps. En 2001, je me suis essayée à la macrobiotique. Je n’ai pas adhéré avec cette approche. Petit à petit, j’ai compris que la plus saine des cuisines était la cuisine du bon sens.

Mon crédo: manger des aliments de culture biologique, en suivant le rythme des saisons, en faisant la place belle aux végétaux, sans oublier une bonne part de joie dans ce rapport que nous avons avec l’alimentation.

Pensez-vous que manger bio coûte plus cher ?

Au début de ma remise en question alimentaire, je dépensais un peu plus qu’auparavant. J’étais encore à cheval entre bio et non bio. J’avais du mal à cibler mes besoins véritables, je faisais des tests culinaires et je voulais goûter tout ce que l’on trouvait dans les magasins bio, alors les notes étaient “salées”!

D’essais de plus en plus fructueux en cours très motivants, le tout relié à ma gourmandise et au plaisir que j’éprouve devant une belle assiette, j’ai pu constater que manger bio ne revient pas plus cher, bien au contraire. On se dirige vers les végétaux, moins coûteux que les produits animaux, on cuisine davantage faisant ainsi une économie substantielle.

Depuis que je fais mes courses en magasins bio, j’ai réduit de 2/3 mes déchets: j’achète en vrac les différentes farines, les oléagineux, les légumineuses (les coûts sont aussi plus attractifs), il y a beaucoup moins de sur emballage…

Le fait de préparer soi-même et d’acheter au plus près de ses besoins fait baisser considérablement les coûts. On me dit qu’il faut avoir du temps mais de nombreuses recettes que je propose ne prennent pas beaucoup de temps, il suffit de savoir s’organiser !

Comment se déroule un cours de cuisine chez Cuisine Vitalité ?

Chaque cours se divise en trois parties :

  • une partie théorie qui dure une bonne heure, qui aborde le thème programmé sur la plaquette,
  • une partie pratique durant laquelle nous cuisinons, ma collaboratrice et moi-même 6 à 8 recettes,
  • le moment du repas au cours duquel des échanges toujours très riches sont une autre source de régal.

Avez-vous d’autres activités ?

J’écris des articles pour des revues spécialisées, je donne des conférences, j’ai publié plusieurs ouvrages avec toujours une partie santé suivie de recettes sans produits laitiers et sans gluten afin que chacun puisse y puiser ce qu’il recherche.

Mais ce qui me procure encore le plus de joie c’est lorsque je peux transmettre un message de bien-être grâce à l’alimentation.

Quels sont vos projets ?

J’ai 60 ans, je suis à la moitié de ma vie. Ma vraie vie commence aujourd’hui. Je vais continuer à donner des cours et partager mes connaissances. Je continue à apprendre chaque jour. Actuellement, je fais un travail de recherche sur les problèmes liés à l’eau de boisson.

Merci Catherine Oudot de nous avoir fait découvrir votre parcours et partagé votre enthousiasme.

++ Pour aller plus loin ++

Le blog de Cuisine Vitalité


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Anne-Sophie 401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine