Magazine Culture

Un Beau Ténébreux - Julien Gracq

Par Woland

Peut-être vais-je me faire huer mais tant pis : il faut avoir le courage de ses opinions et on ne peut pas tout aimer. Peut-être aussi ai-je trop de goût pour les morceaux de bravoure et les fresques en tous genres pour être à même de savourer comme il se doit ce genre d'intrigues plus que ténues.

Car je suis désolée : l'intrigue d'"Un Beau Ténébreux" est si ténue qu'on peine à l'apercevoir. Ca se passe en Bretagne, dans un très beau coin qui s'appelle "La Torche", dans le Finistère - et que je vous recommande chaudement d'aller visiter si vous en avez l'occasion. Le premier narrateur, Gérard, y est descendu à l'Hôtel des Vagues. Comme c'est l'été, il y a là beaucoup de vacanciers, des jeunes essentiellement, la bande "straight".

Gérard noue connaissance avec Christel - une Romantique revue à la sauce moderne car nous sommes dans l'immédiate après-guerre. Celle-ci se veut un personnage à l'Emily Brontë, entière, pleine de mépris pour qui ne l'est pas, etc, etc ... Ils vont se promener au clair de lune et c'est là d'ailleurs que Gracq commence à comparer les plages bretonnes aux blancheurs sahariennes ! (Au début, ça m'a estomaquée. Mais comme il continue tout au long du roman, ça a vraiment fini par m'énerver ! ...)

Puis arrive un couple, Allan Murchison et sa maîtresse, Dolorès. Déjà, quand ils pénètrent pour la première fois dans le restaurant, le ton est donné : les gens s'arrêtent de bavarder tant ils sont beaux. Avec ça, Allan a déposé un million de francs - en liquide - dans le coffre de l'hôtel : c'est vous dire le statut et que ce soit le dernier million d'Allan ne change rien à l'affaire.

Non seulement Allan est beau mais en plus, il est Romantique - avec la majuscule, c'est-à-dire que déjà, enfant, il n'y avait qu'une seule chose qui l'attirait : la Mort. A lire les descriptions de son séjour en pension, on évoque le Steerforth de Dickens - mais "Un beau ténébreux" n'est pas "David Copperfield", hélas !

Donc, on comprend très, très vite que - pour des raisons que je n'ai pas saisies car enfin, se compliquer autant l'existence que le fait cet Allan, franchement, on ne peut le faire que si on n'a pas d'autres soucis - le "Beau Ténébreux" a choisi l'Hôtel des Vagues pour marquer son mépris absolu de tous et de tout en se suicidant. (Il choisit, pour se trucider, un mode assez peu viril à mon sens mais très Romantique : il s'empoisonne.)

Il y a de superbes descriptions de paysages (hormis les visions sahariennes, je n'ai rien contre) et beaucoup d'intériorisation avec des passages sur le christianisme et Jésus. Le style est remarquable même si Gracq donne parfois l'impression - un peu comme Huysmans - de trop rechercher l'adjectif non pas rare mais inattendu pour obtenir un effet de décalage forcé avec le substantif.

Seulement, le problème, avec un style pareil, c'est qu'il faut lui donner des personnages et une histoire à sa mesure, toute en recherche de la perfection classique. Or, tel n'est pas le cas dans "Un Beau Ténébreux" dont les personnages et la trame s'oublient aussitôt qu'on a refermé les pages de l'ouvrage.

Ce roman m'a évoqué l'univers de Delly, celui de Sagan et, également, celui de Mauriac ou de Julien Green. Avec cette différence, pour moi flagrante, que tous ces auteurs, chacun dans un genre différent, parviennent à des dialogues naturels. A l'opposé, les personnages de Gracq souffrent d'un manque total de naturel et cela n'est jamais aussi apparent que dans les dialogues. A haute voix, c'est encore pire : on dirait que le romancier s'écoute écrire !

__Vraiment, je suis déçue par ce roman qui m'a paru superficiel et rien que cela, mais je le suis tout autant par ma propre réaction. Difficile à comprendre mais c'est ainsi ...:o(


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Battling le ténébreux d'Alexandre Vialatte

    gaAlexandre Vialatte (1901-1971) Editions Gallimard, "L'imaginaire", 1928 Se disant lui-même "notoirement méconnu", Alexandre Vialatte fut à la fois romancier,... Lire la suite

    Par  Sylvie
    CULTURE, LIVRES, ROMAN
  • Que faire de la maison de Julien Gracq ?

    Alertée par Michel Brosseau (A Chat perché), la blogosphère littéraire se fait en ce moment le relais d'un souci concernant le legs de Julien Gracq : la... Lire la suite

    Par  Pierre71
    CULTURE, ENTREPRENDRE, FOCUS EMPLOI, LIVRES
  • Julien, Lettres, Les Belles lettres

    Les uns aiment les chevaux, d'autres les oiseaux, d'autres les bêtes fauves ; moi, dès mon enfance, je me suis épris d'un désir passionné de posséder des livres. Lire la suite

    Par  Irigoyen
    CULTURE, LIVRES, MUSIQUE
  • Jules Julien

    L'œil se fait tirer l'oreille, 2007 - Jules Julien©Julien Roure aka Jules Julien, né en 1975, vit et travaille à Paris.Illustrateur. Lire la suite

    Par  Pierre Pozzi
    BEAUX ARTS, CULTURE
  • Julien Pacaud

    Antigravity World Championships, 2007 — Julien Pacaud©Illustrateur autodidacte, basé à Paris.Clients : Le Monde, New-York Times, Les Inrockuptibles. Lire la suite

    Par  Pierre Pozzi
    BEAUX ARTS, CULTURE
  • Cloclo et Julien

    A l’occasion des trente ans de la mort de Claude François, on entend beaucoup reparler de l’idole et les fans s’agitent à nouveau. Lire la suite

    Par  Sheumas
    CHANSON FRANÇAISE, CULTURE, MUSIQUE
  • Julien Doré est un Ersatz

    Alors que la nouvelle saison de La Nouvelle Star est en pleine effervescence à l'approche de Baltard, le chanteur français Julien Doré, vainqueur de la saison... Lire la suite

    Par  Guillaume
    CULTURE

A propos de l’auteur


Woland 388 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines