Magazine Culture

Anthologie permanente : Paul Eluard

Par Florence Trocmé

Première du monde

à Pablo Picasso

Captive de la plaine, agonisante folle,
La lumière sur toi se cache, vois le ciel :
Il a fermé les yeux pour s’en prendre à ton rêve,
Il a fermé ta robe pour briser tes chaînes.

Devant les roues toutes nouées
Un éventail rit aux éclats.
Dans les traîtres filets de l’herbe
Les routes perdent leur reflet.

Ne peux-tu donc prendre les vagues
Dont les barques sont les amandes
Dans ta paume chaude et câline
Ou dans les boucles de ta tête ?

Ne peux-tu prendre les étoiles ?
Écartelée, tu leur ressembles,
Dans leur nid de feu tu demeures
Et ton éclat s’en multiplie.

De l’aube bâillonnée un seul cri veut jaillir,
Un soleil tournoyant ruisselle sous l’écorce.
Il ira se fixer sur tes paupières closes.
Ô douce, quand tu dors, la nuit se mêle au jour.

Paul Éluard, Capitale de la douleur, Gallimard, 1926, p. 101 ; dans Œuvres complètes, I, Bibliothèque de la Pléiade, 1968, p. 178-179.

Un loup

La bonne neige le ciel noir
Les branches mortes la détresse
De la forêt pleine de pièges
Honte à la bête pourchassée
La fuite en flèche dans le cœur

Les traces d’une proie atroce
Hardi au loup et c’est toujours
Le plus beau loup et c’est toujours
Le dernier vivant que menace
La masse absolue de la mort.

Un loup

Le jour m’étonne et la nuit me fait peur
L’été me hante et l’hiver me poursuit

Un animal sur la neige a posé
Ses pattes sur le sable ou dans la boue
Ses pattes venues de plus loin que mes pas
Sur une piste où la mort
A les empreintes de la vie.

Paul Éluard, Dignes de vivre, Éditions littéraires de Monaco, nouvelle édition revue et augmentée, 1944, p. 38 et 39 [Il s’agit d’une nouvelle édition de Poésie et vérité 1942] ; dans Œuvres complètes, I, Bibliothèque de la Pléiade, 1968, p. 1109 et 1110.

Contribution de Tristan Hordé

Bio-bibliographie de Paul Eluard

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com :
→ Recevez chaque jour de la semaine "l'anthologie permanente" dans votre boîte aux lettres électronique
ou
→ Recevez le samedi la lettre d’information, avec les principales parutions de la semaine sur le site (les abonnés à l’anthologie reçoivent automatiquement cette lettre)
• Merci de préciser "abonnement à l’anthologie" ou "abonnement à la lettre seule″


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Wallace Stevens

    Le vent tourne Voici comment tourne le vent : Comme les pensées d’un vieil humain Qui pense encore ardemment Et désespérément. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Paul Eluard

    La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,Un rond de danse et de douceur,Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,Et si je ne sais plus tout ce que j'ai... Lire la suite

    Par  Antigone
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henri Thomas

    La fumée descend dans la rue La fumée descend dans la rue Sur la chanteuse infirme Et l’accordéoniste, La ville aux naseaux qui fument, Aux yeux de vitrage et... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Luciano Erba

    Le public et le privé Dans la maison est entré avril avec le merle qui siffle au-dessus des fils pour le linge en ville est entré le vent, il est passé sur les... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Hélène Mohone

    Dramaturge et poète Hélène Mohone est morte hier. Voici quelques textes dont les deux premiers, extraits du livre Torpeur ont été choisis et recopiés pour... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul Louis Rossi (3)

    De Paul-Louis Rossi est paru tout récemment Les Ardoises du ciel (avec des dessins de François Dilasser) aux éditions Le Temps qu’il fait. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Pierre Silvain

    Sous la poussière il retrouve L’ardoise d’enfance fêlée Avec les griffures intactes Proclamant sa détresse d’être Celui qui toujours demeure Au seuil du monde... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines