Magazine Culture

Suite 1 chapitre 1 du roman à suivre 'Les pages déchirées'

Publié le 03 juin 2008 par Ender31
Pour (re)lire la première partie, cliquez ici


Sur le chemin de la Place Saint-Sernin, dans une petite place verte derrière la place du Capitole, alors que les rues commençaient à grouiller de voitures et de jambes alertes, que les ombres de la nuit laissaient définitivement place au voile d'or du jour, il s'arrêta devant une « scène de vie » : un vieux monsieur assis sur un banc en train de donner du pain aux pigeons et non loin, près d'un trio de ronds-troncs, un rouge, un bleu et un plus petit jaune, un jeune couple se chamaillant. Greendle se posa discrètement dans un point de vue qui lui permettrait de capturer l'orage fugace au sein de ce qu'il appellait le « kitsch toulousain » puis, après avoir appuyé sur le déclencheur, s'approcha du monsieur comme si de rien n'était, ou presque. D'un regard en coin, il vit un dernier éclair briser les cieux du couple. Ils devinrent deux personnes s'en allant dans une direction différente, du moins sur l'instant. Un peu honteux de son délit d'image, il adressa un sourire pincé à Gustave sur qui il reporta toute son attention. Il se présenta à son tour et lui demanda permission de prendre quelques photographies de son « occupation nourricière ». Après explication de la destination des clichés, du fait qu'il les prendrait de manière à ce qu'on ne le reconnaisse pas, il se mit à l'oeuvre, se focalisa sur le geste, les pigeons, les miettes. Une fois assez satisfait, il remercia son mannequin d'une poignée de mains et remit un pied devant l'autre.
Le long de la rue du Taur il repensa à la dispute. Il se fit un instant la réflexion qu'à trop rechercher la perfection on s'éloigne de soi et des autres, il en débattit ensuite en son for. Qui sait ? Pas lui.
Il quitta ses pensées pour humer l'atmosphère. Bien vite, les premiers étals se profilèrent parmi les fourmis matinales, au croisement des pavés de la rue à moitié piétonne et de l'asphalte qui en tapissait une autre. Le jeune anglais se mêla aux toulousains, aux badauds, aux travailleurs en marche vers leur terrier, aux étudiants à laboure sortant du Crous et courant vers leur bus, aux gens venus simplement flâner de bonne heure. Il regarda sa montre. A l'instar des pressés, il n'avait plus trop le temps de prendre son temps.
Arrivé sur la place, Greendle oublia presque aussitôt le monde qui l'entourait. L'espace réservé au marché aux puces qui fleurait les alentours de la basilique, débordant à peine sur les ruelles, la place qui était meublée d'étals à auvents décorés de diverses marchandises, de camionnettes, de « tablées » en hauteur et à même le sol s'effacèrent dans ses noisettes verdâtres. Elles s'étoilèrent, se tapissèrent de vieux parchemins, de livres décatis et de livres quasi neufs, de livres faméliques et d'ouvrages volumineux, de couvertures glacées et de recouvertes de cuir écornées à différents degrés. L'amateur de littérature en tout genre en oublia même les marchands à la sauvette en train d'alpaguer le premier badaud, le premier passant venu. Plus discrets, des libraires assis au fond de leur siège attendaient patiemment que l'on vienne à eux en lisant un bouquin. Certains - les plus tardifs ? - s'occupaient à arranger la disposition de leurs « trésors ».
Tout en effleurant des yeux les paysages lettrés qui offraient leur surface, notre anglais commença à déambuler d'un pas nonchalant. Il savourait cet instant qu'il ne tarda cependant pas à échanger contre un autre. Une pancarte de fortune « Les plus grands auteurs du 19ème » semblait lui faire de l'oeil. Il s'arrêta devant une pile dédiée aux poètes.
- Bonjour monsieur ! salua le bouquiniste. Il poursuivit sans attendre qu'un mot ne sorte de la bouche de son client potentiel. Vous avez l'embarras du choix, que des chefs d'oeuvres !
- Bojour ! Est-ce que vos aïvez un Victor Hugo à me conseiller ? demanda Greendle avec son accent anglais tout en tournant la tête vers son interlocuteur à qui il adressa un léger sourire. On me l'a souvent conseillé pour parfaire maille culture sur votre littérature.
- Oh, un lord ! dit le vendeur avec une pointe d'humour. Oui ! J'ai, et on vous a bien conseillé. Enfin, vous voulez de la poésie ? ou des histoires épiques ? questionna-t-il en commençant à manipuler les livres. Quoi que je demande, mais de lui j'ai surtout des romans à vendre...
- Hmm... Je... Des histoires alors ?
- Si vous voulez, la semaine prochaine je pourrai vous dégoter un recueil de poèmes et un de ses plus grands classiques que j'ai vendu il y a peu. Mais si vous avez les moyens, j'ai cette superbe édition de L'Homme qui rit. Sur la couverture il y a une magnifique héliogravure. C'est inspiré d'un pan de l'histoire anglaise. Et ça tombe bien, vous êtes anglais si je ne m'abuse ?!
Le bouquiniste lui tendit un volumineux livre tout de cuir noir vêtu, il sentait bon le parchemin. Greendle hocha positivement la tête, ses lèvres se fendirent en un fugace large sourire et il apprécia le contact avant de prendre un air interrogateur.
- Vous m'avez dit si j'ai les moyens ? s'inquiéta Greendle.
Une brève négociation s'ensuivit puis, les deux parties satisfaites des termes de la transaction qui tenaient en deux beaux billets de vingt euros, il mit la main dans sa besace, paya, rangea, salua et reprit sa déambulation. Il n'avait plus vraiment le temps, ni l'argent, il continua néanmoins à chiner. D'autres merveilles lui tendaient les pages et il ne voulait pas louper celle qui le ravirait. Il enchaîna ainsi les étals des bouquinistes.
Différentes trouvailles, un livre sur les globe-trotteurs d'une plume vagabonde, un d'un autre romancier célèbre, un sur une pièce de théâtre d'un auteur-comédien tout aussi réputé, attirèrent son attention... sans qu'il n'en fasse l'achat.
Dans un virage, alors qu'il avait presque fait le tour du marché aux puces, de l'offre de ces vendeurs de vagues d'hier, de voyages intemporels en périphérie, en long en large et au travers l'âme humaine, et alors qu'il s'apprêtait à sortir son appareil photo pour graver la place dans les octets, garder une trace des autres chineurs qui brassaient les livres, les marchandises avec une conviction proportionnelle à leur prix, c'est parmi un des rares vendeurs de brocante non littéraire et non vestimentaire, le samedi étant plus ou moins consacré aux livres et aux ajouts de « peaux », que Greendle posa instinctivement ses yeux sur ce qui aurait pu être sa plus belle acquisition du jour.
à suivre / to be continued - cliquez ici pour lire la suite
© Pascal Lamachère - mai 2008
p.s : cliquez ici pour mirer quelques photographies de lieux où s'ancre une partie de l'histoire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Eh bien, la suite

    Stéphanie, tu me pardonneras, hein?, mais il semble que je me sois égarée entre la pharmacie et la Fnac, tellement égarée même que je ne suis finalement pas du... Lire la suite

    Par  Anne Malherbe
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES, SORTIR
  • Chapeau de Paille d'Italie (suite)

    Chapeau Paille d'Italie (suite)

    L'ami Jean a réagi à ma critique sur la pièce "Le Chapeau de paille d'Italie". Comme certains d'entre vous ignorent comment laisser un commentaire je vous le... Lire la suite

    Par  Nadège Vissotsky
    CULTURE
  • La mort de la culture française ? (suite)

    J'avais déjà abordé le sujet ici Et le Monde aujourd'hui de publier : ù sont passés les Proust, Sartre, Ravel et autres Truffaut ? Lire la suite

    Par  Lou Poulain
    CULTURE, TALENTS
  • Carnets de déroute, suite

    Chapitre 5 :Chemins vicinaux Grenade, Chateaubriand et le rock allemandMélange des gens et des genres L’avion vient de se poser sur le tarmac brûlant,... Lire la suite

    Par  Bertrand Gillet
    CULTURE, MUSIQUE, POP/ROCK
  • Réclame répugnante (suite et fin)

    Réclame répugnante (suite fin)

    Mercredi 19 décembre 2007 Réclame répugnante (suite et fin) Ceci n’est pas à proprement parler un « billet » ou un « article » - comme vous voulez – mais bel... Lire la suite

    Par  Aloysius Chabossot
    CULTURE, LIVRES
  • La suite de Superman returns compromise

    suite Superman returns compromise

    Malgré la grêve des scénaristes, la suite du mitigé "Superman returns" devait être mise en place. Apparemment, la suite aura du mal à voir le jour.... Lire la suite

    Par  Guillaume
    CULTURE
  • "Cloverfield" : une suite déjà en chantier

    "Cloverfield" suite déjà chantier

    Nous n'allons pas réitérer nos louanges à propos de Cloverfield, LA bombe de ce début d'année vraiment sidérante mais nous ne pouvons que vous encourager à alle... Lire la suite

    Par  Buzzline
    CINÉMA, CULTURE, HORREUR

A propos de l’auteur


Ender31 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine