Magazine Cinéma

"La Môme Xiao" : aussi tragique qu'indispensable

Par Luc24

La critique  

La Môme Xiao

Guiha (Degun Han) et son mari forment un couple en mal d’argent. Dans une Chine appauvrie et sans espoir, tous les (mauvais) coups sont bons pour (sur)vivre. Nos deux malheureux décide alors d’adopter une fillette handicapée (Hong Qifa) afin de s’en servir pour mendier. Rebaptisée Xiao-e (qui veut plus ou moins dire papillon prêt à s’envoler) , cet enfant qui n’a rien demandé est en sursis : si sa jambe n’est pas opérée dans les semaines qui viennent, elle devra être amputée. Seulement voilà, ses nouveaux parents ne l’ont pas prise sous leurs ailes pour la sauver mais bel et bien pour l’exploiter et se servir de sa misère physique afin de gagner plus.

La journée, en ville, Guiha et Xiao restent assises avec une pancarte réclamant des pièces pour permettre à le jeune fille d’être hospitalisée. Les affaires marchent. Le mari est fier de son business mais Guiha commence à culpabiliser. Elle s’attache à Xiao et aimerait l’aider à s’en sortir. Pendant ce temps, un voyou vient troubler leur business illégal. Il s’agit d’un homme qui lui aussi a adopté un handicapé (un garçon de treize ans à qui il manque un bras) et en profite pour se faire de l’argent sur la pitié des gens. Alors que les deux « exploiteurs » cherchent un terrain d’entente pour ne pas se faire concurrence sur le même territoire, les deux enfants profitent de leur inattention pour s’échapper. Parviendront-ils à survivre dans la jungle de la ville ? Guiha, inquiète, décidera de partir à leur recherche accompagnée du père adoptif de l’adolescent handicapé. Mais ce dernier souhaite-t-il vraiment l’aider ? Le destin de ces gens au comble du désespoir n’est pas prêt de les ménager…

La Môme Xiao

Filmé en DV avec un budget minimum, "La môme Xiao" est une plongée plus glauque que glauque dans une Chine profonde, poussiéreuse et sans espoir. L’affiche évoque une œuvre entre Dickens et les Frères Dardenne mais on pense aussi beaucoup au "Voleur de bicyclette" de Rossellini. On y sent la même détresse qui pousse à commettre le pire, au détriment de l’humain. La caméra tremble, on a l’impression gênante d’assister à un journal filmé. Archi-réaliste, le premier film de  Tao Peng témoigne d’une détresse et d’une intensité rares. Evitant le pathos facile , ce long métrage franchement sadique et désillusionné , nous offre une galerie d’adultes d’une monstruosité qui n’a d’égal que leur précarité.

La Môme Xiao

En choisissant de traiter d’un « trafic d’enfants » , le réalisateur touche facilement son public. La pauvre Xiao n’a rien demandé à personne. Elle reste presque tout le long du film , silencieuse, dépassée par toutes les horreurs qui lui arrive. Comme le traduit son état physique (des jambes qui ne répondent plus) , sa situation est désespérée. Nous sommes dans l’immobilisme le plus total, impossible d’avancer si ce n’est pour aller vers pire que ce que l’on connaît déjà. Des personnages abusés qui vont de malheurs en faux espoirs…La môme Xiao est un drame social bouleversant, sans aucun artifice et avec un cynisme puis une lucidité qui font froid dans le dos. Un grand choc.

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Luc24 78 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines