Magazine Beaux Arts

Les soldats de l'éternité

Par Soiwatter
Chine, 722 avant notre ère...
Le royaume millénaire des Zhou est mourant.
Attaqués de toute parts par des peuples tokhariens, les derniers princes morcellent à chaque génération le royaume Zhou entre ses fils. Ces centaines de petits états vassaux sont tenus par des membres de la dynastie, soit par des familles alliées. C'est la grande période féodale chinoise qui commence, les "Printemps et Automnes". Au fil des années, par annexion, par invasion ou bien par vassalité, le royaume est gouverné par douze grands états, douze grandes familles qui se réunissent pour diriger le royaume. Cet équilibre précaire durera trois cent ans, jusqu'à ce que les sept familles encore au pouvoir se lancent dans une période meutrière de 200 ans: ce sont les royaumes combattants.
Sept familles se partagent le centre de la Chine: les Chu, les Han, le Qi, les Wei, les Han, les Qin et les Zhao. Un équilibre encore plus précaire se forme, où le royaume Zhao sortent du lot. Mais le royaume le plus excentré, peuplé de demi-barbare (des non-chinois) commence à prendre de l'importance. Aidés de la pensée des philosophes légistes, ils organisent leur pays, font bâtir des fortifications surprenantes, des routes, améliorent leur agriculture...
C'est alors qu'un jeune prince, Ying Zheng, va arriver au pouvoir en 240 avec une seule idée en tête: unis sur terre, un seul état, un empire. En 230, les Han tombent, en 228, ce sont les Zhao, puis chaque année un autre état. Rien arrête le jeune prince sanguinaire, mais visionnaire. Il deviendra le premier empereur de Chine, le premier empereur de la dynastie Qin (T'sin), Qin Shi Huang Di.
Mais le prince n'en resta pas là: il remit en vigueur le système politique laissé par les Zhou sept siècles auparavant, il unifiera les poids, les mesures, la monnaie. Et surtout, il laissera à la Chine un témoignage inoubliable, une écriture unifiée, une muraille... et un tombeau enseveli...
Dès le début de son règne, Qin Shi Huang Di fit creuser et arranger le mont Li. Puis il mobilisa 70000 ouvriers qui furent castrés pour accomplir les travaux suivants. On creusa le sol jusqu'à l'eau, on coula du bronze pour envelopper le sarcophage. On traça la carte de l'empire; avec du mercure on reproduisit les rivières et la mer; une machinerie les mettait en mouvement. Avec de la graisse de phoques, on fabriqua des torches capables de brûler pendant très longtemps...
Sima Qian
C'est en 1974, que deux paysans chinois découvrent par le plus grand des hasard, l'armée enterrée de 7 000 soldats de l'Empereur Qin. Quelques-uns sont pour deux semaines encore exposés à la Pinacothèque de Paris, à la Madeleine. Une exposition magnifique.
Pendant une heure, laissez vous entrainer dans la Chine des Printemps et Automnes, des Royaumes Combatants et du premier empereur :
  • Des cloches cérémonielles


  • Des vases à offrandes
  • des plats à offrandes
  • des miroirs, des amulettes et des broches de ceintures, des bi, des plaques de jade, de la monnaie...
Et surtout, quelques unes des statues millénaires.
Si vous en avez l'occasion, allez-y! Mais attention au monde...
Ca m'a aussi rappelé un film magnifique que j'avais bien aimé: Hero avec Jet Li (2002)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Soiwatter 7 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog