Magazine Culture

LISIBILITE vs ILLISIBILITE SELON RAYMOND FEDERMAN

Par Lelem

Raymond Federman est actuellement impliqué dans la rédaction d'un livre qui sera publié en Allemagne -- une longue interview -- qui fera une centaine de pages --

l'éditeur lui a envoyé une question -- à laquelle il a répondu -- d'une façon toute Critifictionnelle --

Voici ici la question qui lui a été posée et sa réponse --

LISIBILITE vs ILLISIBILITE SELON RAYMOND FEDERMAN

L’avant-garde a t'elle été pour vous une décision existentielle, cette décision a  t’elle à voir avec le fait qu’il vous semblez ne pas pouvoir vous exprimer littéralement de manière ordinaire comme par exemple dans le cadre du récit linéaire ? Qu'est-ce pour vous que l'avant-garde aujourd'hui ? L'avant-gardisme correspond elle à une période précise de l'histoire de la littérature ou est-elle une part de la littérature qui a toujours cours ?


Je n'écris pas de façon avant-gardiste. Certains me disent quand ils lisent mes livres que je suis un auteur d'avant-garde. Je leur demande  alors ce qui les incite à dire cela ?
Y a-t-il quelque chose dans ma façon de raconter mes histoires qui sorte de l'ordinaire qui me rende d'avant-garde ?

Et ils m'expliquent alors - ceux qui lisent mes livres - qu'ils les trouvent illisibles - mais dans le bon sens du terme- dans le sens qu'ils ne peuvent pas lire mes livres de façon  classique comme peuvent être lus les livres ordinaires. Mes livres  forcent le lecteur à les lire dans un mode différent de lecture.

Ceux qui ont lu mes livres me disent selon un mode plus actif.

 La lecture d'un livre comme Quitte ou Double par exemple constitue une véritable gymnastique.  Car elle exige non seulement une grande participation mentale mais également une participation physique avec le livre lui-même. On lit ce livre pour ainsi dire autant avec l'esprit qu'avec les mains - en d'autres termes, avec le corps. La lecture de Federman épuise. Elle est très exigeante. Et drôle en même temps.

Ceux qui lisent mes livres  les trouvent d'avant-garde certainement pour leur  côté irrésistiblement illisible et drôle.


Oui, je  suppose qu'on peut dire que j'ai pris une décision existentielle lorsque j'ai décidé d'écrire des livres tels que Quitte ou Double ou Amer Eldorado. Des Livres qui  ébranlent la passivité du lecteur, qui l'ébranlent dans ses habitudes de lecture.

Je ne résiste pas ici à citer un passage de l'un de mes essais - - Qu'est ce qu'un roman expérimentale et pourquoi y-en-a-t-il si peu qui soient lues ?  -- Qui réfléchit à cette question de la lisibilité qui est facile et de la complexe illisibilité.


Exactement ! Pourquoi s'emmerder avec l'illisibilité? Particulièrement quand ce n'est pas nécessaire, et qu' il y a tellement de « substance lisible » alentour.

Mais d'autre part on doit se demander : c'est quoi la lisibilité ? Je ne peux pas résister -- voyons dans le Webster :

LISIBLE : … qui peut être facilement lue…… lecture plaisante, intéressante, ou n'offrant aucune difficulté au lecteur… clair dans les détails et la signification des symboles… qui peut être lu partout.

Je vois ! Lisibilité : ce qui est clair, facile, lisible, satisfaisante. Très intéressant. En d'autres termes, ce qui nous rassure dans un texte (un roman) est d'y trouver ce que nous savons déjà, qui nous conforte  parce que nous y reconnaissons facilement et  avec plaisir le monde (d'un seul coup d'oeil) et que nous y nous reconnaissons nous-mêmes  (d'un seul  autre regard).

Lisibilité : ce qui est immédiatement et clairement reconnaissable, et ainsi nous oriente, avec nous-mêmes et notre cosmos, avec la « réalité » du monde. Lisibilité : ce qui nous guide dans le monde avec sécurité et nous procure du confort -- le plaisir de l'identification facile.

Naturellement : L'auteur ne peut pas choisir d'écrire ce qui ne sera pas lu, mais, c'est le rythme même de ce qu'est lu et de ce que n'est pas lu qui crée le plaisir des grands récits : personne n'a-t'il jamais u Proust, Balzac, guerre et paix, mot-à-mot ? (La bonne chance de Proust :  d'une lecture à une autre, nous ne sautons jamais les mêmes passages).

Je suppose que c'est cela ce que signifie le plaisir du texte, ou comme Roland Barthes l'a mis dans ce petit livre brillant par ce titre.


Ce que j'apprécie dans un récit n'est pas directement son contenu ni même sa structure, mais plutôt les abrasions que j'impose à la surface fine du texte : Je lis , puis je saute un passage, j'en cherche un autre, je plonge de nouveau dans une lecture approfondie.

Mais il y a un paradoxe ici (et  Roland Barthes le savait) :

Lisez lentement, lisez tout un roman de Zola, et le livre se tombera de vos mains ; lisez rapidement, par bribes, un  texte moderne [disons par exemple Les Lettres de John Barth], et il devient opaque, inaccessible à votre plaisir : vous voulez quelque chose se produise et rien ne se passe, parce que ce qui arrive à la langue n'arrive pas au discours.


Première conclusion : Si la lisibilité est le plaisir de l'identification (identification référentielle, agréable, facile), alors l'illisibilité doit être l'agonie de la non-reconnaissance.


L'illisibilité : ce qui nous désoriente dans un texte (particulièrement dans un roman expérimental) par rapport à nous-mêmes (et je ne veux pas dire ici le volume, l'épaisseur, le degré de difficulté, le self-reflexiveness, l'ennui du texte -- ce sont de mauvaises excuses  pour ne pas lire un livre). L'illisibilité : ce qui nous empêche d'identifier que quelque chose se produit, mais nous empêche également de nous situer dans le monde. L'illisibilité : ce qui nous emprisonne dans la langue du texte.

Imaginez alors à quel point sont perdus, confus, combien sont désespéré les quelques lecteurs non préparés qui lisent un texte où rien ne se passe, comme dans les romans ou dans les  pièces de Samuel Beckett,  où la langue se déplace dans une direction absurde et dans le non-sens, ou comme dans certaines histoires de Donald Barthelme, ou où tout change comme un nuage qui disparaît, comme dans un roman de Ronald Sukenick, là où tout se franchit à saute-mouton vers l'annulation, comme  dans mes propres romans
 [excusez ici svp la référence narcissique, mais la bête en moi pense souvent inter-textualité quand j'écris au sujet de la fiction expérimentale]

Mais d'autre part, comme je l'ai déjà dit au  début d'Amer Eldorado : L'écriture n'est pas la répétition vivante de la vie. Et alors j'ai ajouté : La lecture est toujours faite au petit bonheur.

Le plaisir qu'un texte lisible nous offre est celui d'y reconnaître notre propre expérience, notre propre culture --   de nous montrer [justement]   combien nous sommes cultivés , et par conséquent à quel point nous sommes logique, continu, entier, raisonnable, comment nous sommes bloqués  au sein de notre propre culture. Le roman lisible nous rassure sur tout cela.

Mais que diriez-vous du roman illisible alors ? Et c'est précisément ce que Roland Barthes a fait dans Le Plaisir du Texte en faisant une distinction cruciale entre ces deux types de texte :

1) Texte du plaisir : le texte qui contente, rassasie, procure de l'euphorie ; le texte qui vient de la culture et ne se confronte pas avec elle, lié à une pratique confortable de la lecture

[Qui serait le roman lisible].

2) Texte de jouissance : le texte qui impose un état de perte, le texte qui ne procure aucun confort (peut-être au point d'un certain ennui), qui ébranle le lecteur et ébranle ses prétentions culturelles et psychologiques, l'uniformité de ses goûts, ses valeurs, ses mémoires; texte qui porte sa relation au langage jusque dans un certain état de crise.

[Qui serait le roman illisible -- mieux connu dans les supermarchés des livres sous le nom de roman expérimental d'avant-garde].

Et pour le coup nous tenons notre seconde conclusion !

Deuxième conclusion : a) Le roman (lisible) habituel, traditionnel, conventionnel qui est lié à une pratique confortable de la lecture et préserve, garde, protège la culture. b) Le roman (illisible) expérimental et innovateur, cela qui mine la culture et met en crise la relation du lecteur et de la langue

Maintenant je peux revenir à votre question. C'est pour ces raisons que j'ai choisi d'écrire des textes de bonheur - ou ce que j'appelle Laughterature -  dont nous avons déjà discuté - c'est pour ces raisons que  j'ai été labelisé d' avant-garde, qui signifie également expérimental, puis ensuite de tous un tas d'autre genre d'étiquettes qui m'ont été collés dans le dos, auxquels je ne pourrais pas échapper. On m'a déclaré être auteur de méta-fiction, puis un auteur self-reflexive, puis on a déclaré que j'étais un auteur d'anti-fiction, alors je me suis moi-même déclaré écrivain de Surfiction, ensuite je suis allé un peu plus loin et me suis montré comme un écrivain de Critifiction.

Oui, pourquoi ne pas prendre ce chemin  en prenant cette décision si existentielle d'écrire de la seule manière selon laquelle je sais écrire.

Pensons  nous néanmoins à Proust Kafka Joyce - la grande trinité de la première moitié du 20ème siècle comme étant des auteurs d'avant-garde. Absolument pas. Nous avons maintenant accepté le fait que c'ait été la seule manière selon laquelle ces grands auteurs pourraient écrire.  En leur temps Ils étaient écriture eux-mêmes . Et leur temps était une période plutôt turbulente qui a exigé un genre d'écriture introspective pour lui donner sens. Proust Kafka Joyce n'était pas d'avant-garde.

Ceux qui ont apposé cette étiquette d'avant-garde sur le travail de Proust Kafka Joyce l'ont fait en désespoir de cause de ne pas pouvoir comprendre la voie selon laquelle Proust Kafka Joyce écrivait.

C'est aussi simple que ça. J'ai écris comme j'ai pu écrire parce que j'ai vécu dans une époque très turbulente.
Une époque bien plus terrifiante que celle de Proust Kafka ou Joyce.

J'ai été mis en cage dans le camp des auteurs d'avant-garde parce que comme eux je remettais en cause la langue dans laquelle je vivais -- doutant de pouvoir encore écrire avec cette langue polluée qui était alors en la circulation dans le monde.

Une langue prête à l'emploi, un prêt-à-parler fait de clichés et de mensonges. Une langue inadéquate pour raconter les histoires que j'ai dû raconter. Une langue trop apaisé pour raconter les histoires tragi-comiques que j'ai voulu raconter.

Si j'avais écrit à mes livres avec cette langue apaisée, j'aurais été forcé d'écrire des livres ordinaires dans un mode linéaire, avec un commencement, un milieu, et une fin clairs. Et je n'aurais pas pu répondre à votre question.

Le problème avec un mouvement d'avant-garde est qu'il est rapidement absorbé dans le courant principal. Cela devient vite de la publicité. Il y a davantage avant-garde dans la publicité des magazines féminins en papier glacé que dans les romans  édités de nos jours.

Peut-être la turbulence de ce temps - aucun besoin d'entrer dans le détails des horreurs qui se perpétuent à chaque coin de notre monde - est trop confuse - peut-être bien plus terrifiante encore que la turbulence qui a formé mon travail - pour que les auteurs puissent en venir aux limites la concernant.  Ce que je veux dire par là, c'est qu'écrivant à son sujet, ils n'ont pas encore trouvé la langue appropriée pour écrire la turbulence atroce de notre temps.


Quand ils essayent de l'écrire avec la même vieille langue apaisée la turbulence elle-même devient apaisé. C'est le cas avec les nombreux mauvais livres qui ont été déjà écrits environ 9/11 - le nom donné à un des événements inimaginables de notre temps.


Ou peut-être de tels romans d'avant-garde au sujet de la turbulence de notre temps ont été déjà écrits, mais restent non publiés parce qu'ils ont été trouvés trop  illisibles par les éditeurs ou les rédacteurs ou les agents littéraires ou celui qui décide ce qui est lisible et ce qui n'est pas lisible.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lelem 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines