Magazine Culture

Prison Break [4x o2]

Publié le 02 septembre 2008 par Lulla

dnes_v2_pbreak_mini_ban

Breaking & Entering / 6 85o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars2

vlcsnap_157845

   Cette année, je le promets : je laisserais mon cerveau au grenier tous les mardi soirs afin de pouvoir déguster Prison Break à sa juste valeur. Ainsi, ce second épisode de la saison de trop (on l`appelera désormais toujours comme ça) est plutôt plaisant à suivre ! "Oh, cette maison est hyper bien gardée ? Faisons sonner l`alarme ! Avec un peu chance, les gardes penseront à tout sauf à surveiller l`intérieur de la maison !"  Les incohérences de ce type, je les ignore désormais. Le plaisir, rien que le plaisir ! Pas de questionnements inutiles. Je ne comprends plus rien, je n`arrive plus à distinguer les bons et les méchants ni à me rappeler qui est ce monsieur que l`on a déjà vu et que l`on est censé reconnaître toute de suite parce qu`on est des télespectateurs super intelligents avec une mémoire d`éléphant ! Eh bien ce n`est pas graaaaave ! L`important, c`est de passer un bon moment.

   Non, désolé. Je n`ai pas réussi à déconnecter mon cerveau plus de 15 minutes. Aucun détail douteux ne m`a échappé. Et autant dire qu`ils sont une fois de plus nombreux. Le plus gros concerne le petit génie de l`électronique, Roland, qui incarne la première solution de facilité honteuse de la saison. Puisque c`est un génie, alors on va faire comme si il avait inventé plein d`outils ultra-sophistiqués qui nous permettront de  sortir nos personnages de la moindre impasse. Oh, bien-sûr, pour occuper l`antenne, on ajoutera un petit rebondissement, histoire de. Mais il va nous être bien utile ce petit !! Peut-être que je me trompe mais je doute franchement que l`invention de Roland existe réellement. Les scénaristes veulent la jouer James Bond mais sans la classe et sans Daniel Craig. Bref, ils se la jouent Inspecteur Gadget et c`est tout de suite moins crédible. Toujours est-il que cela a amené une scène assez intense de lè épisode, la seule d`ailleurs, et que là-dessus, on ne peut pas nier que Prison Break s`en sort toujours très bien. On a beau savoir qu`ils vont forcément s`en sortir, on se laisse malgré tout prendre au jeu.

   Bon alors sinon, c`est bien de vouloir sortir les cartes de l`émotion et de l`humour mais quand on ne les maîtrise pas, on évite. Donc les blagues de Michael, elles sont bien mignonnes mais elles ne sont absolument pas drôles. L`atmosphère ne se détend pas en plus puisqu`on sent que Wentworth Miller a un mal de chien à sortir de sa mono-expression habituelle pour esquisser un sourire. Sara qui s`énerve et qui casse tout, pourquoi pas. Sara et Michael qui se disent des mots d`amour, je dis non. C`est sans intérêt et inutile. Les dialogues seraient bien écrits, ces moments seraient volontiers appréciés mais là, c`est mou du genou, c`est même pas mièvre, c`est juste nul. Niveau humour, un bon point quand même : T.Bag qui bouffe son compagnon d`infortune, littéralement, fallait oser ! Je ne sais pas si les scénaristes se rendent compte parfois de ce qu`ils font ... Ou alors ils le font exprès et dans ce cas, chapeau les gars !


// Bilan // Quand l`intrigue générale est aussi complexe et mal expliquée, on ne peut que se concentrer sur les détails alentours et ils ne sont pas glorieux. Entre facilités scénaristiques et tentatives ratées de faire rire et pleurer, Prison Break n`a fini de nous faire halluciner de médiocrité ! Au moins, on ne s`ennuie pas, c`est déjà ça.

dnesv2finarticleminibanpk8


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lulla 626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines