Magazine Culture

Souvent je prends le prétexte d'une promenade dans les vi...

Par Damien Besançon
Souvent je prends le prétexte d'une promenade dans les vignes pour marcher aussi longtemps que le fil noué de ma pensée en a besoin. Marcher longtemps permet aux pensées de ne plus s'enrouler sur elles-mêmes, de se fixer, par je ne sais quel mystère d'écriture sans encre. Comme si marcher c'était écrire. Comme si mes pas imprimaient les mots quelque part, mais où, je ne sais pas, pas dans la terre des vignes, mais dans une matière invisible autour de moi, étrangement solidaire de ma mémoire. Un dedans qui se met dehors. Je marche, le vent d'automne remue les rosiers au bout des rangées, je pose mes pensées, elles ne se rembobinent plus, elles sont écrites, inscrites, je me souviens d'elles. Aller et venir dans ces rangées de ceps, changer de lignes et de couleurs, d'un côté vers l'ouest, et retour à l'est, soleil en face, soleil derrière, et je me retourne, comme les nageurs font leurs longueurs, après avoir fait le tour des rosiers tiédis par le vent. Aller et venir, dans ces couleurs, et des lignes d'odeurs qui changent avec la saison, l'heure et le vent, penser en boustrophédon, à l'air, dehors. Dehors d'ailleurs tout est tellement plus douillé. Dedans je ne dois pas bouger. Dedans je dois garder mes distances, comme dit mon mari, rester droite, immobile, et surtout, ne pas trop parler. Ne pas trop en dire. Ne pas trop en faire. N'en fais pas trop, s'il te plaît, me demande souvent mon mari à bout de nerfs, avec une voix très basse tendue à l'extrême, comme tenue en laisse par l'envie de craquer. Je ne peux pas m'occuper de mon propre espace, chez moi, puisqu'il m'interdit de le faire. Je ne peux pas occuper mon propre espace, mon corps, puisqu'il m'interdit de nettoyer.
Emmanuelle Pagano, Les Mains Gamines, POL, 2008

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • L comme...Looser ?

    Vous reconnaissez cette lettre, ce symbole ? oui ?Gagné, cela signifie que la personne assise au volant de la voiture apprend - ou fait semblant - à... Lire la suite

    Par  Celinouchka
    CULTURE, LIVRES
  • B comme...

    ... Balzac (comme vous pouvez le constater, je poursuis ici mon abcdaire d'admiration...). Du classique, et oui, alors que dans la même consonne existe Christia... Lire la suite

    Par  Antigone
    CULTURE
  • C comme...

    ...Carver. J'ai jeté un oeil dans ma bibliothèque (symboliquement s'entend), et je me suis rendu compte qu'y trônaient plusieurs romans de Catherine Cusset... Lire la suite

    Par  Antigone
    CULTURE
  • D comme...

    ...Duras J'ai découvert cet écrivain particulier par un roman sorti en parallèle au film L'amant. Il s'intitulait L'amant de la chine du Nord. Lire la suite

    Par  Antigone
    CULTURE
  • F comme...

    ...Faulkner et cette rencontre, forcément inoubliable, avec Le bruit et la fureur. Juste un extrait..."C'est ici que, ce matin, j'avais vu la rivière pour la... Lire la suite

    Par  Antigone
    CULTURE
  • Comme les autres

    Divertissement efficace mais assez consensuel sur l'homoparentalité Manu (Lambert Wilson) et Philippe (Pascal Elbé) forment un couple homo et bobo en pleine... Lire la suite

    Par  Luc24
    CINÉMA, CULTURE
  • H comme ...

    comme

    ...Peter Handke et sa femme gauchère.                       Peu d'auteurs lus intégralement dans cette lettre là... Homère, Nancy Huston et quelques autres...... Lire la suite

    Par  Antigone
    CULTURE

A propos de l’auteur


Damien Besançon 36 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines