Magazine Cinéma

Critique Martyrs: gore/choquant/violant/sanglant/tromatisant/vicieux/pervert/étrange

Par Cinecomics
Martyrs Critique

Je ne serai jamais un Martyr

On a déjà parlé et on risque de ne plus en attendre parler !
Martyrs, c'est LE film d'horreur/gore/choquant/violant/sanglant/tromatisant/vicieux/pervert/étrange de la semaine.
Réalisé par Pascal Laugier, ce film est tout simplement une réponse aux superproductions hollywoodiennes qui connaissent aujourd'hui leurs franchises largement lancées (Saw et Hostel en l'occurence).
Le réalisateur français a décidé de dépasser les limites du supportable en malmenant clairement les spectateurs dans leurs sentiments, leurs réflexions en mêlant les styles de réalisation tout en modifiant sans cesse le rythme de son oeuvre à l'image d'un Funny Games.
Bref, tout est fait pour qu'on y soit mal à l'aise.
Martyrs, afficheDate de sortie : 03 Septembre 2008
Réalisé par Pascal Laugier
Avec Mylène Jampanoï, Morjana Alaoui, Catherine Bégin Plus...
Film canadien, français.
Genre : Epouvante-horreur, Thriller
Durée : 1h 40min.
Année de production : 2007
Interdit aux moins de 16 ans
Distribué par Wild Bunch Distribution

Synopsis:
Lucie, une petite fille de dix ans, disparue quelques mois plus tôt, est retrouvée errant sur la route. Son corps maltraité ne porte aucune trace d'agression sexuelle. Les raisons de son enlèvement restent mystérieuses.
Traumatisée, mutique, elle est placée dans un hôpital où elle se lie d'amitié avec Anna, une fille de son âge.
15 ans plus tard.
On sonne à la porte d'une famille ordinaire. Le père ouvre et se retrouve face à Lucie, armée d'un fusil de chasse. Persuadée d'avoir retrouvé ses bourreaux, elle tire.
Sans trop vous Spoiler le film, l'articulation de la narration semble être clairement scindée en 3 parties.
Une première partie nous présente et fais découvrir le traumatisme au jour le jour de Lucie, internée dans un Hôpital ou elle ne semble pas guérir de ses terreurs nocturnes.
Extrêmement efficace, la réalisation de cette première partie nous fera à tous durant ces quelques minutes rappeler les mauvaises nuits que l'ont a pu passer étant enfant, traumatisé par un monstre imaginaire caché dans notre penderie.
La seconde partie nous propulse dans un huit clos 15ans plus tard où Lucie se transcende clairement au travers de sa vengeance sur une famille qui semblerai pourtant tout à fait normale...
Elle sera alors confrontée à ses terreurs Nocturnes dans cette maison aidé par son amie d'hopital.
J'ai réellement pensé que le film ne durant que 1h40 arrivait enfin à sa fin. Et pourtant il reste la troisième partie la plus longue du film et de loin la plus dérangeante, cela souligne bien le malaise dans la salle où les spectateurs semble presque contraint à subir le film.
La dernière partie fera office de guillotine, finissant le spectateur devant une infinité de courtes scènes de tortures, violence gratuite, soumission, rabaissement et maltraitance à la limite de l'acceptable.
Au final, on sort de cette projection avec un goût inconnu qui aujourd'hui ne me permet même pas de donner une note objective à ce film ne sachant pas quoi en penser.
Et contrairement à ce que j'ai pu lire, le jeux des actrices est tout simplement parfait.
Encore une fois, dans le même genre que Funny games avec une pointe de Hostel et un léger soupçon de Saw, Martyrs est clairement le film à regarder par curiosité ou par défi.
Ma note: note5,5

Martyrs - Bande annonce officielle
envoyé par Gay3L2

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cinecomics 37143 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines