Magazine Cinéma

Pénélope (2008)

Par Eric Culnaert

Pénélope (2008)Et ils vécurent heureux et racontèrent leur histoire à tout le monde

Pénélope (Christina Ricci) est la personification d’un problème commun à beaucoup: l’acceptation de soi. Chose pas facile, admettons-le, lorsque l’on est affublé d’un groin de cochon en guise de nez… Condamnée donc, tel son éponyme mythologique, à attendre le prince charmant qui la délivrera… Prince charmant très facile à mettre en fuite évidement.

Mais, revenons-en à la fin…

Max (James McAvoy) ne s’est pas enfui avec le reste du groupe de prétendants. Il entame ainsi une longue et profonde relation avec Pénélope, via miroirs interposés. (De la à dire qu’ils deviennent copains comme cochon…). Au bout de plusieurs rencontres, elle lui dévoile son groin. Sous le choc, il ne s’enfuit pas mais repousse sa poignante demande en mariage.

Le soir même, Pénélope chaparde une écharpe, la carte de crédit maternelle, et file vers la ville! Retrouvée grâce aux relevés de comptes de l’hôtel, elle choisit de vivre de ses propres ailes et vend au nain acharné des photos de sa jolie truffe. L’effet inverse arrive, et c’est un vrai raz-de-marée populaire médiatique qui l’entoure. Tout le monde l’aime, veut la voir et voilà qu’elle se retrouve à faire la une des journaux. Journaux qui vont alors aller interviewer Edward (Simon Woods), qui fera une boulette magistrale en déclarant qu’elle devrait finir dans une cage.

Le père d’Edward ne l’entend pas de cette oreille et le force à rectifier la situation qui leur fait une mauvaise campagne de pub. Edward tremblant demande alors Pénélope en mariage; la belle prendra alors la poudre d’escampette au moment de dire “oui” pendant la cérémonie. Dans sa chambre, sa mère veut la forcer à retourner à l’abbatoir, lui disant qu’il s’agit juste d’un petit “oui”, et qu’elle sera enfin belle et normale.

Pénélope hurle “Mais je m’aime comme ça!” et… tadaaaam, le charme est rompu (un comble quand même, puisqu’elle en devient charmante)! Et oui! Il suffisait qu’une personne de son rang l’aime, elle s’auto-brise ainsi la malédiction et prouve à ses parents qu’eux ne l’ont jamais aimée. Ce même jour, le majordome quitte le domicile familial, et l’on aprend qu’il s’agissait de la sorcière déguisée qui n’a pas pris une ride en 200 ans (enfin bon, elle en avait déjà un bon paquet au début du film). Sorcière qui en profite pour jeter un sort à la mère de Pénélope pour qu’enfin, aphone, elle finisse par la boucler.

Le soir d’Halloween, Pénélope affublée d’un masque de porc va retrouver Max, qui s’appelle en fait Johny, pour obtenir une explication. Il est en fait pianiste et non noble, c’est pour ça qu’il a refusé la demande en mariage sachant qu’il ne pouvait la délivrer du sort et donc la rendre heureuse…

Sitôt dit, sitôt fait, ils se marièrent, eurent des enfants et allèrent voir sur allociné qui ne mentionne même pas l’histoire de cochon.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Eric Culnaert 106 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines