Magazine Cinéma

Martyrs – Tout ca pour ca !

Par Bebealien

En France, on aime dire qu’on est des artistes. Il faut entendre par là qu’on se pare de fierté pour dire que l’on compense les gros moyens des américains par une intellectualisation poussée, quel que soit le domaine artistique. Y compris pour le cinéma. Alors quand un certain nombre de critiques tombent en adoration devant Martyrs, présenté comme film ultra déviant (il a failli être interdit, faut-il le rappeler) et jusqu’au-boutiste, on se dit qu’on tient peut être enfin un film capable d’en démontrer aux ricains…

Martyrs – Indigne d’une série Z

Années 70. Lucie, une petite fille, s’échappe d’une usine désaffectée et est recueillie par un orphelinat. Elle a été clairement maltraitée et porte de nombreuses séquelles physiques sur le corps. 15 ans plus tard. Une famille lambda. Le pape ouvre la porte et se trouve nez à nez avec Lucie, un fusil de chasse à la main. Elle tire. Persuadée d’avoir retrouvé ses bourreaux, elle cherche à se venger. Lucie est elle folle ou les apparences sont elles trompeuses ?

Une affiche il est vraie plutôt jolie et sobre

Martyrs est sans doute la déception de l’année. Dit comme ca en préambule, c’est vrai que ca casse un peu le suspens. Mais autant y aller franco et expliquer pourquoi. Ce film, réalisé par Pascal Laugier, déjà responsable du très joli mais très chiant Saint-Ange, se veut le parangon de la violence jusqu’au-boutiste, un peu dans la lignée des films énervés des années 70, ou plus récemment de A l’Intérieur (lui aussi gore mais raté).

Alors certes, vouloir cesser d’aseptiser la violence pour la balancer de manière frontale à la figure du spectateur est un parti pris intéressant. D’autres films comme John Rambo y ont eu recours pour dénoncer l’horreur de la guerre. Le procédé permet en plus de ravir les fans de gore en déversant des litres de sang et en mettant de la tripaille à vif. Ca tombe bien, j’aime ca. Mais se contenter d’étaler des scènes sanguinolentes ne suffit pas. Il faut porter le tout par un script permettant de justifier ces atrocités, sinon on tombe dans le torture porn sans intérêt type Guinea Pig (vrai-faux film de torture, sans scénario, se contenant de jouer pendant une heure et demie avec une victime).

Lucie (Mylène Jampanoï) se venge. Certains ont trouvé son interprétation très bonne. Mouaip. Pas mal, sans plus.

Le problème est que si le contrat gore est plutôt bien rempli, le scénario est indigne. Et pourtant ca démarrait bien. La scène d’intro avec la jeune Lucie courant sur la route est réussie. La présentation de la petite famille, bien qu’ultra « sitcom-ienne » et donc tombant dans la caricature, permet de bien faire le contrepoids avant le déchaînement de violence qui suit. Le procédé est un peu gros mais ca passe encore.

Mais alors la suite, le pourquoi du comment de tout ca, semble utiliser des filons que seule la série Z la plus mauvaise oserait employer. Et dire que les critiques qui soutiennent Martyrs conchient Hostel… Pourtant les films d’Eli Roth, s’ils ne sont pas subtils expliquent au moins leur violence et se permettent au moins de faire une critique pas très fine mais réelle du capitalisme.

Ana (Morjana Alaoui), amie de Lucie qui va l’accompagner bien malgré elle. Certains voudraient lui donner un César. Mouaip. Pas mal. Sans plus.

Là non. Attention ce paragraphe contient des spoilers. Ne le lisez pas si vous ne voulez pas connaître la fin du film. En se basant sur du mysticisme de bas étage, et sur sa secte de puissants fanatiques religieux cherchant à créer un martyr pour voir s’il existe une vie après la mort, j’ai eu l’impression de me faire flouer comme spectateur. Tout ca pour ca ! A tel point que la deuxième partie du film m’a parue inutilement longue, que la fin sensée être belle et gore à la fois ma donner envie de me marrer…

Je suis sorti de la salle de mauvais poil. Pour deux raisons. D’abord comme spectateur, j’ai l’impression qu’on m’a vendu un Direct to Video de bas-étage (certes avec une belle image, mais avec un mauvais scénar) comme un film de qualité. Ensuite, lorsque je réfléchis à la décision de notre ministre de la Culture d’interdire le film, j’ai franchement envie de rire. Ce film devrait en effet être interdit, non pas pour la violence qu’il contient, mais pour sa nullité.

Lucie est hystérique et on la comprend. Comment le script peut il être aussi raté ?

Ce n’est pas la première fois en France que des réalisateurs à l’égo sur-développé pensent accoucher d’un film novateur et fort. On est même des spécialistes du sujet. Mais franchement, tous ces mecs au melon qui ne passe plus les portes feraient mieux d’aller regarder le travail de faiseurs honnêtes comme Alexandre Aja qui en quelques films (Haute Tension, La Colline à des Yeux, et bientôt Mirrors) prouve qu’on peut très bien faire des films efficaces si on arrête de se prétendre auteur…

C’est dommage, je suis en général d’accord avec les avis émis dans Mad Movies, mais parfois je ne les comprends pas du tout. Encenser un tel film me dépasse. Et franchement, Hostel était vraiment mieux.


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (3)

Par parker
posté le 06 octobre à 16:46
Signaler un abus

Totalement d'accord avec toi ce film est un vrai bijou plein d'émotions malgré la souffrance..pour moi une surperbe histoire d'amitié.!!

Par oolonft
posté le 10 juin à 16:05
Signaler un abus

Bonjour,

On vient de me faire découvrir Martyrs et contrairement à la critique qui vient d'être faite j'ai plutôt collé au film.

J'aurais aimé avoir un avis qui diffère mais dans cet article, même si on comprend bien que le feeling n'est pas passé (et "tous les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas"), je trouve que les arguments manquent. Par exemple: "utiliser des filons que seule la série Z la plus mauvaise oserait employer." Quels filons et à quels moments du film ?

Personnellement, j'ai trouvé que Martyrs ne ressemblait à aucun autre film d'horreur que j'avais pu voir avant parce qu'il créé une sensation étrange de malaise dans le deuxième tiers du film. D'habitude c'est plutôt jouissif (drôle) de voir comment tel ou tel personnage va se faire tuer alors que là on se sent limite coupable d'assister aux scènes de tortures. La fin nous fait nous poser pas mal de questions pas tellement sur la religion mais plus sur les atrocités que les hommes sont capables de s'infliger.

Pour conclure, on parle depuis un certain de temps de la nouvelle vague du cinéma d'horreur français (CF docu "Viande d'origine française"). J'avais vu "La horde" et ma déception fut bien grande mais avec "Martyrs" je suis complètement séduit, d'ailleurs "Saint Ange", premier long de Pascal Laugier m'a confirmé cela et je ne manquerai "The Tall Man".

FT

Par LauRa
posté le 05 novembre à 15:35
Signaler un abus

Attention , SPOILERS !

06/09/08 . Martyrs - Séance de 20h20 : Salle 02 . Martyrs est un film que j'ai vraiment adoré . Mylène Jampanoï et Morjana Alaoui sont vraiment sublimes dans leurs rôles . Mon personnage préféré est evidemment celui qu'interpréte Mylène , Lucie . Je trouve que c'est le personnage le plus complexe de l'histoire et celui qui me correspond le plus . En effet , je suis trés proche du côté sombre de Lucie . Celle ci est traumatisée mais aussi hantée par son passé de Martyr . On ne la voit , malheureusement , pas pendant tout le film mais son interprétation lui vaut énormément de mérites . Le personnage qu'interprète Morjana , Anna , est vraiment touchant . C'est elle la gentille de l'histoire , celle qui veut sauver tout le monde . Morjana interpréte ce rôle avec justesse . Elle nous transmet énormément d'émotion . Je me suis même mise à verser une larme pendant la scène où Anna imagine Lucie en train de lui parler . Cette scène m'a vraiment touchée . Ce film m'a touchée . C'est un film qui comporte des scènes violentes , certes , mais en aucun cas il ne s'agit de violence gratuite . Les personnes qui pensent qu'il s'agit de violence gratuite n'ont vraiment rien compris au film . C'est pour cette raison que , même si au moment de la projection , vous ressentez la brusque envie de sortir de la salle , essayez de résister jusqu'à la fin . Pour comprendre que , oui , en effet , ce n'est pas de la violence gratuite . C'est un film qui n'est ni sadique et ni pervers . Pour ma part , ce film m'a assez choquée psychologiquement et certaines scènes m'ont profondemment marquées . Peut-être parce que je n'étais pas habituée à voir un film français comme celui-ci . Ou peut-être parce que je me suis rendu compte que , hélas , ce genre de choses n'arrivent pas que dans le monde du cinéma . Dés le début du film , on est plongé dans une ambiance assez sombre . La façon dont Pascal Laugier filme nous donne l'impression que l'on se trouve avec le personnage . En ce qui concerne les scènes du film , ma préférée reste la première apparition du personnage de Lucie adulte . Si vous n'avez pas vu la bande annonce , cette scène peut vous surprendre et vous choquez également . Personnellement , j'avais vu la bande annonce donc cette scène ne m'a pas fait le même effet qu'à ceux qui ne l'avaient pas vu . Mais elle m'a beaucoup surprise aussi . Mylène est tout simplement fabuleuse dans cette scène . Si au début on voit une Lucie qui est confiante sur ce qu'elle fait , on voit ensuite une Lucie qui est encore énormément fragile emotionnellement . J'ai aussi beaucoup aimé les différentes scènes où l'on voit le personnage d'Anna evoluer en tant que Martyr . Anna est vraiment courageuse et c'est l'une des seules qui arrive à ne pas sombrer dans la folie , contrairement à son amie Lucie . L'image de celle-ci permet d'ailleurs à Anna de tenir bon jusqu'à la fin . Imaginer Lucie permet à Anna de ne plus avoir peur . De ne plus souffrir . Ces différentes scènes ont réussis à me faire trembler et plus d'une fois . Surement parce que l'amitié qui unissait Lucie & Anna m'a profondemment touchée . Elles étaient vraiment trés liées . J'ai vraiment aimé le fait que Anna soit consciente de l'amour qu'elle porte à Lucie alors que celle-ci non . Lucie est tellement obsedée par son désir de vengeance qu'elle ne voit même pas l'amour qu'Anna lui porte et inversement . Une des plus belles amitiés du cinéma . Et surtout , j'ai apprécié le fait de voir Anna martyrisée car cela nous permet d'en apprendre beaucoup plus sur le passé de Lucie et sur ce qu'elle a vécue étant enfant . On comprend enfin pourquoi elle tenait tant à se venger . Et puis bien sur , il y a la scène finale . Quand le personnage de Mademoiselle en finit avec toutes ses convictions et ses croyances en ce qui concerne l'aprés mort . On ne s'attend pas du tout à ce final . J'ai aimé le fait que Mademoiselle comprend , grâce à Anna , ce qu'il y a aprés la mort . Mademoiselle se retrouve alors sans but dans la vie et grâce à cette révélation , elle peut enfin se tourner vers la mort sans avoir peur de ce qui l'attend . J'ai vraiment tout aimé dans ce film . Pour moi , aucune scène n'est inutile et sans intérêt . Tout compte pour comprendre le final . J'ai hâte de l'acheter en DVD . Il fait partit de mes films préférés à présent . Et dans la catégorie films d'horreurs , il est le premier . Le seul point négatif du film ? Je crois que c'est le fait que , pour une fois , je n'ai rien de négatif à dire . Et je dis Merci à Pascal Laugier parce que , pendant 1h40 , il a réussit à me transporter dans un univers complètement différent du mien . Mylène & Morjana sont plus que fabuleuses . Leur duo est fantastique . Un film qui restera à jamais dans ma mémoire . Les personnages , les lieux , les différents fonds sonores .. Pascal Laugier voulait faire passer un message précis en réalisant ce film . Moi , je l'ai reçu cinq sur cinq . Son fameux Je voulais que chaques coups soient douloureux .. Je peux dire que Oui , j'ai ressentit mentalement ces coups . Mais ce n'est pas une mauvaise chose . Merci PL <3

A propos de l’auteur


Bebealien 53 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines