Magazine Culture

LE MUSEE DU SCRIBE à Saint Christol lez Alès

Par Elisabeth Leroy

De tout temps, l'homme a cherché à communiquer avec ses semblables. Après la parole, l'écrit a pris une place de plus en plus importante à travers les siècles. Mais à l'heure où de nouveaux moyens de communication ont pris place, il était important de se remémorer le chemin qui a permis à l'homme d'en arriver là. C'est ce qu'a voulu montrer Jean Louis Bonnefille à travers son musée.

Musée scribe.jpg
En 1990 c'est dans le vieux village de Saint Christol lez Alès, à côté de l'église, que Jean Louis Bonnefille, enseignant au Lycée technique de Bagnols sur Cèze, décidait de dévoiler au public sa collection d'objets ayant trait à l'écriture. C'est dans sa propre maison datant du XVII ème siècle qu'il présenta dans un surface de 80 m2 ses premières pièces de collection : essentiellement des plumes, portes-plumes et encriers.

Devant le succès rencontré, il estima qu'il convenait alors d'ouvrir encore davantage sa maison au public. Et de 80 m2, son musée passa à la superficie de près de 400 m2.

Pour l'ensemble de ces travaux d'agrandissement, le conservateur du Musée du Scribe et son association "D'avant-hier à hier" ne reçurent d'aide que par les Fonds Européens, en particulier pour permettre l'accès du Musée aux handicapés grâce à une chaise élévatrice le long de l'escalier menant au 1er étage, et pour certaines mesures de sécurité imputables à tout lieu public.

Qui dit écriture dit tout naturellement support d'écriture. C'est donc par là que débute la visite de ce Musée : tablettes d'argile destinées à supporter un texte écrit avec une pointe ou un poinçon. C'est ainsi que les tablettes des Sumériens et des Assyro-Babyloniens étaient gravées avant cuisson et portaient une écriture cunéiforme alors que celles des Romains, généralement en bois revêtu de cire portaient une écriture cursive. On découvre aussi les secrets de la fabrication d'un autre ancêtre du papier : le papyrus qui tire son nom de la plante, plutôt une grande herbe à tige triangulaire des bords du Nil qui peut atteindre plus de 2 m de hauteur et dont on utilisait la fibre textile. C'est sur de tels documents, découverts au 19 ème et au 20 ème siècle, que nous ont été révélées des oeuvres aussi importantes que la "Constitution d'Athènes" d'Aristote ou les comédies de Ménandre.

Parmi les types de parchemins les plus connus, on citera le vélin, obtenu à partir d'une peau de veau mort-né.

Le papier à partir de chiffons succéda au parchemin, entre les années 1600 et 1900, avant d'en arriver au papier à base de bois, le plus utilisé de nos jours. Le Musée retrace donc cette époque à travers des planches explicatives agrémentées de papiers issus de ces différentes matières premières. Des papiers qui sont, pour les premiers, encore fabriqués de manière artisanale au Moulin de la Fontaine de Vaucluse ou au Moulin de Brousses et Villaret.

L'étape suivante est constituée par la présentation des parchemins utilisés du 7ème au 17 ème siècles et qui sont obtenus à partir de peaux d'animaux spécialement préparées par un mégissier en vue de leurs utilisations à venir. Car si l'écriture est celle qui nous vient le plus facilement à l'esprit, le parchemin est aussi et encore utilisé sur les vrais tambours.

Au plus fin de sa finition, le parchemin fut utilisé au Moyen Age comme vitrage, d'où son nom de parchemin-vitrail. Pour l'écriture c'est la partie intérieure de la peau dont on se servait pour écrire.

Le papier peut aussi être obtenu à partir de nombreux végétaux à l'état brut : paille de riz, feuilles de bambou, paille de seigle ou assimilés : à base de crottin d'éléphant.

Avant les plumes, les encriers.

Cet objet, nos écoliers d'aujourd'hui en ont-ils encore connaissance ?

Si les pupitres existent toujours, il y a belle lurette que l'emplacement prévu pour recevoir le petit encrier en porcelaine blanche a disparu. Dommage pour eux qui ne connaîtront donc jamais cette sorte d'ivresse collective olfactive à chaque rentrée scolaire, lorsque l'un des leurs se voyait attribuer la tâche délicate de remplir lesdits encriers.

musée du scribe.jpg
Au Musée du Scribe, plusieurs douzaines d'encriers sont exposés dans une salle prévue à cet effet, classés suivant leur matière. Les plus vieux datent de 1610. Parmi eux, quelques très belles pièces en faïence de Marseille, un encrier doublé d'un poudrier en porcelaine de Berlin et datant de 1750. Certains films tel "Au nom de la rose" nous montrent de quelle manière était utilisée la poudre.

Dans une autre vitrine se trouvent des encriers en régule (alliage à base d'étain, de zinc et de plomb) comportant le plus souvent des figures allégoriques : chevaux, oiseaux de proie, etc... Quant aux plus récents, ils sont en bronze, le réservoir à encre étant le plus souvent en cristal.

On peut aussi admirer des encriers de voyage ainsi qu'une très belle malette d'écrivain public. Un métier qui redevient à la mode, l'illétrisme étant loin d'être résorbé dans notre pays.

Du calame à la plume d'acier.

Impressionnante collection encore que celle consacrée aux instruments d'écriture qui vont des calames (tiges de roseau de bambou ou de cannelle taillées en biseau) jusqu'à la plume d'acier en passant par les plumes d'oie si romantiques, les plumes pyramidales en bronze et la plume en verre torsadé.

Des plumes, Jean Louis Bonnefille en possède entre 5 300 et 5 400. Toutes ces plumes, quelles soient à gorge, à collerette, à canon épaulé, échancrées, droites, obliques, inversées, à plusieurs pointes, à forme figurative ou atypiques comportent des caractères déterminants qui permettent de les répartir en grandes catégories.

Le porte plume a bien sûr sa place dans ce Musée : du porte-plume scolaire le plus banal en bois au plus luxueux au manche en ivoire ou autre matériau noble.

On trouvera aussi une belle collection de bouteilles d'encre ainsi que des poudres à encre. Au début du 20 ème siècle, les instituteurs fabriquaient en effet eux-mêmes l'encre destinée à leurs élèves à partir de pastilles. Le buvard naquit sous forme de feuilles au format des cahiers. On notera que les publicitaires de l'époque savaient faire passer leurs messages sur ce merveilleux support. Une version plus élaborée de ces buvards a donné naissance à de réels petits chefs-d'oeuvres. Il s'agit des tampons buvards qui vont généralement de paire avec les garnitures de bureau.

Avant de quitter le musée, le visiteur jettera un oeil sur la salle de classe des années 1920 reconstituée, grandeur nature, avec ses bureaux à deux places, voire même à 6 places avec banc, avec ou sans pupitre.

Le tableau noir avec craie et chiffon effaceur, cartes murales de géographie ou d'Histoire Naturelle, vitrine de "leçons de choses", poids et mesures, pipettes, globe terrestre, boulier, bibliothèque remplie de livres fanés d'autrefois garnissent cette salle de classe. Rien ne manque, pas même les blouses grises et les bérets des écoliers pendus aux patères et au fond de la classe le poêle Godin.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Musee nationale de la marine de rochefort

    Je vous propose une petite visite dans le Musée National de Rochefort Ce Musée est situé dans l'hôtel de Cheusses, le plus ancien édifice civil de la ville.... Lire la suite

    Par  Sailor
    CULTURE, HISTOIRE, TALENTS
  • SAINT GILLES (suite)

    L'épisode albigeois venant mettre un terme à la puissance politique des Comtes de Toulouse, Saint Gilles perdait déjà beaucoup. Mais la création du port d'Aigue... Lire la suite

    Par  Elisabeth Leroy
    CULTURE, HISTOIRE
  • La maison natale de Scribe : Au Chat Noir

    Par Bernard Vassor La maison natale de Scribe Cette maison fut détruite en 1913, elle était à l'angle de la rue Saint Denis (32) et de la rue de la Reynie, puis... Lire la suite

    Par  Bernard Vassor
    CULTURE, HISTOIRE
  • Ce «scribe» d’un autre âge

    Ce métier d'écrivain public: d'hier à aujourd'hui ...encore mal connu Le métier d’écrivain public compte parmi les plus vieux métiers du monde. Lire la suite

    Par  Osmose
    CULTURE, FOCUS EMPLOI, LIVRES
  • Seine Saint-Denis Style

    Seine Saint-Denis Style

    Hier soir, Bercy, 21h30, plus de 10 000 personnes se sont massées dans... Lire la suite

    Par  Suffragettes
    CULTURE, MUSIQUE, RAP/R&B
  • Le Saint

    dimanche 26 octobre 2008Allez un petit dernier avant le déjeuner. Mais bon rassurez-vous, j'ai vu hier soir un bout de "Disco" et je compte le finir aujourd'hui. Lire la suite

    Par  Tibo75
    CINÉMA, CULTURE
  • Les Recettes du bonheur, un film à voir!!!

    Recettes bonheur, film voir!!!

    Hello,Je suis une fan de la cuisine. J'aime cuisiner mais également découvrir de nouvelles adresses gourmandes, de nouveaux mets, feuilleter des magazines et... Lire la suite

    Le 21 juin 2018 par   Mélanie Deltenre
    JOURNAL INTIME, TALENTS

A propos de l’auteur


Elisabeth Leroy 1120 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte