Magazine Beaux Arts

Un simple fil

Publié le 08 septembre 2008 par Marc Lenot

sandback-1.1220866158.jpg

Comment un simple fil de coton (ou d’acrylique), blanc, noir, rouge peut-il ainsi s’imposer, déterminer l’espace, contrôler mon corps ? Pourquoi est-il impossible de rester indifférent face à ces installations ténues, minimes, fragiles, qu’un ciseau, une allumette, un coup de vent pourraient aisément détruire ? 

1091.1220866173.jpg
Qu’arrive-t-il donc à mon corps qui se trouve pris dans ces entrelacs, empêché d’entrer ici comme le diable gelé sur place par la vue d’une croix, poussé à me glisser là entre le mur et ce rideau vertical, entraîné dans une déambulation divaguante entre ces fils désordonnés du sol au plafond ?

Je ne connaissais pas Fred Sandback, et l’amie qui m’entraîna à la Galerie Nelson-Freeman (jusqu’au 12 septembre) me promit une découverte. C’est un héritier du minimalisme, qui va au delà, sculptant le vide, rendant les volumes transparents, et questionnant encore davantage le rapport entre le spectateur et la sculpture.

Photos provenant du site de la galerie.
1.
Untitled (Polygon), 1975, Red acrylic yarn
2. Untitled (Sculptural Study, Cornered Construction), 1981/2008, Black acrylic yarn


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marc Lenot 482 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte