Magazine Culture

Edvige te dis-je...

Publié le 08 septembre 2008 par Philippe Di Folco
Edvige te dis-je... Au fond, nous ne désirons pas les choses telles qu'elles sont,
mais telles que nous les désirons et les fantasmons.
2001-2008 : où en est la citizendata prévention depuis la Twin Towers Orgy ? (ça a bien eu lieu, oui, des fanatiques peuvent échapper aux radars américains, eh oui, ça passe entre les lignes, c'est incroyable mais, on va pas jouer au Bigeard, il a vraiment que ça à dire). Pour celles et ceux qui me suivent, parfois avec délicatesse (Un mail reçu en juin : « Tu continues chez P., à t’étonner de nos dérives totalitaires : merci de garder cette capacité intacte ! »), d’autre fois, hélas plus rarement, avec la brusquerie qui pousse à l’aggiornamento et à la scriptorésistance, les proches, le REZO donc, savent que la mère Edvige me titille le croupion depuis pas mal de temps. J’ai pour habitude de remonter dans le temps, très loin, parfois trop, lorsqu’un sujet comme ça vient fâcher l’actualité. Exemple : ça remonte à quand le fichage et pourquoi ça émerge ? Que vient faire Vidocq le repenti là dedans ? Quel est le rôle exact d’IBM au début du XXe s. ? On se perd vite avec ça. Faut donc revenir aux actualités. Dans les archéologies de mai 1968, pourtant, un cri revenait en boucle : « Tous fliqués ! ». Ils exagéraient, bien entendu, hein ? Dans les lectures SF de nos adolescences, on flippait notre race en découvrant des « paranofictions » (cf. Kyrou) où le héros semblait rien de moins qu’un objet, manipulable et contrôlable à distance et à merci. On se disait : quand même, on est capable de prévenir cette insidieuse propension des sociétés parlementaires télévisuelles à gérer et entretenir notre belle mollesse, non moins insidieuse, pour contrer les verrouillages de notre parc, de notre Centre de Travail et de Vacances agréé par toutes les instances et agents façon THX 1138. Il va falloir se méfier vraiment des bout de fils électriques, des impulsions d’achats en ligne et à puce, des scanners. Le portable donne le cancer du cerveau ? Non, le portable permet de tracer un individu, où qu’il soit et dès l’âge des premières branlettes. C’est bien, on y est. La "Guerre froide" serait de retour, aux States on peut plus défiler cinq minutes sans se faire grenader, ça croule de partout sous les dettes, les impayés, les faillites sauvetages, on plâtre, on replâtre, mais ça pousse en dessous : une seule arme contre le salpêtre liberticide, le curetage ; si les auréoles persistent, cassage de murs, peu importe le collier électronique ou le caddy à puce, qui de toutes façons, coûtent chers. On remarquera, au passage, cette dépense d’énergie incroyable (Brice de Nice coûte-t-il moins cher que l'Hortefeux ? vaste débat !) aux seuls buts de mieux nous vendre une idée à la con : « On fait ça pour votre sécurité, celle de vos enfants ». Va te faire foutre Edvige et ta cohorte de cons sans suce, moi je préfère Hedwig, Wanda, Justine ou la mère Millet. Tout ça va finir par m’énerver mais autant pisser contre le vent.   Pour un résumé et un appel à pétition (avec un lien, bien entendu, bloqué !) :   http://malgretout.org/spip.php?article128   PS : j’ai aucun lien avec Malgré Tout, et oui, je suis un obsédé sexuel déjà fiché.  

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippe Di Folco 18 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine