Magazine Culture

Californication - Saison 1

Publié le 08 septembre 2008 par Luc24

Lancée aux Etats-Unis sur la génialissime chaine Showtime puis diffusée en France sur M6, Californication est la série qui remet sur le devant de la scène David Duchovny, l’inoubliable Mulder de X Files. Créé par un ancien scénariste de Dawson, Tom Kapinos, la série se veut irrévérencieuse et en même temps pleine d’émotion.

Californication nous plonge dans le quotidien de Hank Moody (David Duchovny), écrivain et scénariste, début de quarantaine. Notre ami mène une vie assez « rock’n roll » : coups d’un soir, cuites sans fins, coke de temps en temps…Voilà sept ans que tout le monde attend son nouveau roman mais rien ne semble sortir de sa petite tête. Car Hank est plus que préoccupé par Karen (Natascha McElhone) , l’amour de sa vie, qu’il a perdu suite à son comportement désinvolte. Peur de s’engager, je m’enfoutisme trop prononcé et voilà que l’auteur perd sa muse. Du temps a passé, Karen est désormais prête à se marier avec Bill, un homme riche et sans charisme mais extrêmement compréhensif, toujours attentif. Détail loin d’être minime : même s’ils ne se sont jamais mariés, Hank et Karen ont eu une petite fille, Becca (Madeleine Martin). Cette petite fille qui approche de l’adolescence, cool et brillante, est leur lien le plus fort et le perpétuel prétexte pour Hank de tenter de recoller le morceau avec son ex. En effet, il n’hésitera pas à draguer Karen sous le nez de son nouveau compagnon et à tout faire pour briser leur imminent mariage. Mais la bataille est loin d’être gagnée pour lui…Karen le connaît : il aime l’idée d’aimer plus que la réalité du couple. Ainsi, bien que l’on sent qu’elle l’aime toujours, Karen repoussera toujours Hank, persuadée que remettre le couvert ne les mènerait qu’à une trop brève et destructrice passion. Mais Hank n’est pas prêt de lâcher le morceau et le consensuel Bill pourrait bien la lasser au bout du compte…

Série indépendante et cool par définition, Californication est un bon compromis entre trash et divertissement bienveillant grand public. La série de Tom Kapinos a le bon goût de nous proposer des personnages nuancés, aussi égoïstes qu’attachants, aussi subversifs qu’humains.

On peut réellement scinder la série en deux :

-D’un côté, Hank l’artiste. Auteur d’un livre, succès critique et public qui fut ensuite adapté (de la façon la plus « merdique » qui soit selon le personnage) au cinéma, l’homme mène une existence de vrai paumé. Son quotidien se résume à tirer des coups avec de belles inconnues et à chercher, en vain, de nouvelles idées pour son deuxième roman. Dans cette vie de luxure, Hank côtoie son pote de toujours et éditeur Charlie (Evan Handler, connu pour son rôle dans Sex and the City). Ce dernier, marié depuis de longues années, débute avec sa nouvelle assistante une relation toute particulière qui consiste en des jeux de rôles flirtant avec le sadomasochisme. Les deux hommes sont donc en quelque sorte des obsédés, souvent chaud bouillant et laissant leur entrejambe prendre les (souvent mauvaises) décisions. Cette envie constante de sexe, assez facilitée dans les milieux artistiques, est sans conteste le plus grand défaut des deux amis. Et lors de cette première saison, les hommes vont opter pour des liaisons qui les placeront dans des situations inconfortables. Ainsi, Hank aura une liaison furtive mais dangereuse avec une fille qu’il découvrira plus tard être mineure et en plus fille de Bill, le mec de Karen. Et Charlie ne pourra masquer bien longtemps à sa femme sa relation extraconjugale…

-De l’autre côté il y a Hank, le père. Bien que profondément instable dans sa vie sentimentale, Hank s’avère être un très bon père. Sa fille Becca compte énormément pour lui et c’est par elle que nous découvrons un personnage plus doux et responsable et ô surprise extrêmement sensible. Et si Hank menait cette vie de débauche plus par dépit que par envie ?

Avec Hank le père, cohabite Hank l’ex-amant de Karen. La relation entre ces deux adultes à l’âme encore très teenager est sans aucun doute un des points forts du show et le vecteur de toutes les émotions. Ils se sont aimés, ils s’aiment encore mais ils ne peuvent décemment pas être ensemble. Les multiples tentatives de Hank pour récupérer sa belle perdue sont à la fois lourdingues et extrêmement irrésistibles. On ressent bien les fêlures de cet homme , espérant quasi désespérément un paradis perdu. Ces scènes qui auraient pu sentir la guimauve se révèlent toute d’une brillante intensité.

De par son parfait cocktail « cul et vie de famille », Californication trouve le ton juste. Hank Moody est un personnage attachant et cool qu’on n’a plus envie de quitter et son quotidien et ses aspirations sont au final assez proches du spectateur lambda. Série cynique et émotive, insolente et sérieuse : Californication est le brillant portrait d’un homme ado qui cherche à trouver sa place dans un monde de fou. Difficile de résister.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Luc24 78 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines