Magazine Internet

Google and the Universal Translation Memory

Publié le 09 septembre 2008 par Jean-Marie Le Ray

Bluffé depuis le début par la percée significative et ultra-rapide de Google dans la traduction automatique, voici longtemps que je prédis ses avancées éclatantes dans le domaine de la traduction, de nature à nous réserver bien des surprises.
À tel point qu'à l'instar de l'opérateur define:, de temps en temps je teste l'opérateur translate: juste pour voir s'il n'aurait pas été mis en place entre-temps. Or il semble qu'avec la translation onebox, le moment est venu ! (Via Google Live).

Apparemment, ça ne concerne aujourd'hui que les expressions courantes, même s'il est probable que cela puisse porter sur tous les termes qui renseignent déjà les dictionnaires de Google.

Google and the Universal Translation Memory

J'ai testé avec l'italien mais ça ne marche pas encore. Pour autant, il est probable que dès la mise à régime du futur centre de traduction de Google, cet opérateur ira également rechercher les traductions dans les bitextes qui peupleront la mémoire de traduction universelle quotidiennement élaborée par une armée de traductrices et de traducteurs.
Pour rappel, cette mémoire sert également à l'auto-apprentissage de Google, et par bitexte il faut comprendre que l'on a texte source (ou texte de départ) et texte cible (ou texte d'arrivée) en regard l'un de l'autre. Exemple.
Par ailleurs, l'opérateur semble ne pas fonctionner de la même manière que define:, où vous utilisez le terme anglais quelle que soit votre langue.
Alors qu'avec "translate", c'est apparemment l'opérateur qui définit la langue d'arrivée, puisqu'en saisissant translate ordinateur Google interprète directement le sens de traduction français vers anglais, tandis qu'avec traduire computer l'interprétation se fait de l'anglais vers le français.
Donc en nous livrant à un bref exercice de prospective, on peut très facilement imaginer que dans un avenir proche, non seulement Google pourra coupler par défaut l'opérateur à votre profil (en clair, sachant que vous êtes anglais, il vous proposera par défaut des termes traduits en anglais, sauf indications contraires de votre part), mais aussi, et surtout, qu'il pourra puiser pratiquement tous les termes du langage humain, dans toutes les langues, au fur et à mesure que sa notre mémoire de traduction universelle prendra forme.
Alimentée autant par les traducteurs humains qui utiliseront les outils de Google pour traduire, que par ses technos automatisées à grande échelle (à ne pas confondre avec le déploiement d'un système de traduction automatique en entreprise, par exemple), voire par la mise en parallèle des œuvres littéraires qui appartiennent au patrimoine de l'humanité et sont déjà traduites dans de nombreuses langues.
Pour les profanes, mettre en parallèle un texte c'est prendre Les Misérables de Hugo ou votre livre préféré, le segmenter et mettre en parallèle les segments du texte original avec les segments correspondants traduits dans la ou les langues de votre choix (à noter qu'un segment ne correspond pas forcément à une phrase, découpée en plusieurs segments si elle est trop longue, par exemple). Vous faites ça avec français-anglais, et vous avez la mémoire français-anglais des Misérables. Ensuite vous faites de même avec anglais-italien, espagnol-allemand, russe-chinois, etc., et vous obtenez autant de mémoires que de langues dans lesquelles l'ouvrage a été traduit.
La pierre de Rosette est un parfait exemple de textes mis en parallèle. Et pour me limiter à n'en mentionner qu'un seul autre, pensez aux milliers de traductions de la Bible qui existent déjà...
Donc ajoutez-y tous les grands classiques mondiaux déjà numérisés, construisez les mémoires de traduction correspondantes dans les couples de langues dont vous disposez, et vous comprendrez aisément qu'on n'est pas loin de pouvoir mettre en parallèle pratiquement l'ensemble du langage humain, à toutes les époques.
Depuis l'aube de l'humanité, nul n'a jamais été en mesure de faire ça. Jusqu'à Google...
Google et la traduction, on n'a pas fini d'en parler. En fait, on commence juste !
Jean-Marie Le Ray


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jean-Marie Le Ray 633 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte