Magazine Culture

Stéphane Mallarmé/Tristesse d’été

Par Angèle Paoli

« Poésie d'un jour
(Pour faire défiler les poésies jour après jour,
cliquer sur les flèches de navigation)


TRISTESSE D’ÉTÉ

Le soleil, sur le sable, ô lutteuse endormie,
En l'or de tes cheveux chauffe un bain langoureux
Et, consumant l'encens sur ta joue ennemie,
Il mêle avec les pleurs un breuvage amoureux.
De ce blanc flamboiement l'immuable accalmie
T'a fait dire, attristée, ô mes baisers peureux,
« Nous ne serons jamais une seule momie
Sous l'antique désert et les palmiers heureux ! »

Mais ta chevelure est une rivière tiède,
Où noyer sans frissons l'âme qui nous obsède
Et trouver ce Néant que tu ne connais pas !

Je goûterai le fard pleuré par tes paupières,
Pour voir s'il sait donner au coeur que tu frappas
L'insensibilité de l'azur et des pierres.

Stéphane Mallarmé, Du Parnasse contemporain, Poésies, Gallimard, Collection Poésie, 1966, page 37.


Note d’AP : Aujourd’hui 9 septembre, date anniversaire de la mort de Mallarmé (9 septembre1898).



STÉPHANE MALLARMÉ

Voir aussi :
- (sur Terres de femmes) Mallarmé/Pli selon pli ;
- (sur Terres de femmes) 29 mai 1912/Création de L’Après-midi d’un faune ;
- (sur Terres de femmes) 21 mars 1914/Première audition de Trois poèmes de Stéphane Mallarmé de Debussy.



Retour au répertoire de septembre 2008
Retour à l' index des auteurs

» Retour Incipit de Terres de femmes

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Angèle Paoli 39036 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines