Magazine Internet

L-Word : logomachie

Publié le 09 septembre 2008 par Lilzeon

Citoyens !

La logomachie, c’est un ensemble de mots creux, dans un argumentaire, ou encore un débat. C’est plein d’ellipses et de non-sens. Plein de cordiaux présupposés. C’en est rempli dans le PAF. C’est la moyenne de la moyenne. C’est donc médiocre, souvent.

Et puis en s’éveillant du discours routinier, on se prend à trouver de-ci, de-là, dans la conversation en ligne, quelques perles rares :

L-Word : logomachie

Alors le train-train informationnel, parce que mis en perspective, parce que détourné de son usage, ou plutôt utilisé à son plein sens, prend une valeur narrative autre, perspicace, espiègle.

On avance encore un peu dans les méandres de la toile, on tombe sur un cri dans une rue presqu’imaginaire :

“I’m Jim Morrisson, I’m dead [réaumursébastopol]
ouais mais en fait non, pas celui des portes, c’est un écossais. oui je n’ai pas lu en entier. je m’en fiche un peu en fait. pourquoi ya t’il une sorte de musique celico-bretono-irlando-scottishette au début du CD que tu m’as offert, heiiiin? pourquoiiiii? mais après ça s’arrête. donc hein, hein, hein, tant que ça ne dure pas plus d’une minute, ça me convient. en revanche, salsa, rumba, flamenco et lamentations en espagnol sur une guitare dans un endroit qui pourrait être bien si ce n’était son côté HISPANISANT, cela est impossible plus d’une minute. bien. j’ai un bouton de fièvre apparemment. MANQUE DE SOMMEIL paraît-il.”

Plus loin, dans la fièvre du non-sens qui n’en est plus un, un rire comme un aphte tenace me maintient éveillé sur facebook :

Signez la pétition contre les ouvertures faciles qui ne marchent pas!

Votez pour votre ouverture de brique de jus de fruit préférée (circulaire, clapet, déchirage de carton…).

Et faites nous part des plats et marques par lesquelles vous vous êtes fait avoir!

La nuit continue, opaque mais rassurante : les gens parlent ! les gens savent penser ! les gens ne se contentent plus d’une moyenne de résultats “probables” !

La bouteille de sirop descend. Après tout je pourrais bien être ivre sans alcool. Non mais. Tiens, une Ptite Emi voudrait “appeler le passé” en participant à un concours photo :

L-Word : logomachie

Tout ça pour dire, citoyens, ce que pense Scobleizer du look des sites web participant à Demo ou Techcrunch, en comparaison à tous ces petits maillages d’histoires personnelles, c’est peanuts, nada.

En comparaison à tout cet onirisme, quotidien mais peu ordinaire. Etre comme eux, comme elles, comme Romy qui se dit que “s’il fallait, dans mon monde aux journées toujours trop courtes, lire en diagonale, un surligneur à la main” ne retenir que quelques unes de ces pierres précieuses, en citant Sistoeurs :

“Je crois à la force du langage pour combattre la violence et laisser place à des sentiments empreints d’humanité. Je crois à un féminisme de con-bat, non pas celui qui passerait par une consommation effrénée de mâles mais par un rapprochement avec la gent masculine afin de permettre à ce mouvement de se transmuer en une puissante force humaniste, et de s’élancer à l’assaut de toutes les inégalités. Et pour finir, je crois en celles qui m’ont élevée, pour qui « devenir femme » importe moins que d’être « quelqu’un de bien », ou au moins d’essayer…”

Il y a une force dans tous nos échanges. Une force immense, qui va au-delà d’une simple mécanique médiatique. Qui s’inscrit, en fait, dans une mécanique des histoires qu’on se raconte.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lilzeon 1524 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine