Magazine Culture

Emilia Torrini - Me And Armani: Du folk, mais bien plus

Publié le 15 septembre 2008 par Bastienleblanc

 51hl6nQVYrL._SL500_AA240_.jpg Ça commence comme du folk vu et revu. Une voix certes très jolie, sensuelle, mais sans rien de plus qu'une Norah Jones. Même si la comparaison est flatteuse on se demande ce qu'on peut bien trouver de neuf à se mettre dans les oreilles avec cet album.

Mais puisque les critiques que j'ai pu lire était nettement plus enthousiastes que cette première impression, je continue mon écoute. Et l'accroche très reggae du deuxième titre fait carrément changer d'avis. Une mélodie très douce, un rythme chaloupé qui semble sortir comme toutes ces ballades reggae dont ne sait quelle île exotique. Une voix féminine suave pour continuer ce petit voyage. On a déjà complètement oublié le premier morceau!

La suite est assez inégale en terme de style. Certains morceaux restent dans une lignée folk très acoustique, une guitare comme seul support à cette voix qui semble si fragile. Pas de fioriture atmosphérique qui auraient pu gâcher ces mélodies. Mais certains titres sortent rapidement du lot.

On croit même apercevoir le fantôme d'une björk égarée dans du folk sur le morceau heard it all before. Formidable!

Mais c'est sur le morceau jungle drum que j'ai vraiment eu envie d'écrire cet article. Dans un style beaucoup plus rythmé, tranchant un poil avec le reste de l'album, curieusement ce titre trouve saplace. Indescriptible dans son style, très court(à peine plus de 2 min), cela reste un sacré titre à écouter encore et encore!

Le morceau gun un poil électrique arrive à conserver un style très folk avec une basse électrique comme support mélodique, chapeau! Il serait peut être plutôt à ranger dans la catégorie du trip hop de tricky par exemple, on s'éloigne du folk et alors!

On finit notre voyage avec trois morceaux calmes et envoutants. Une petite déception sur dead duck, sorte de titre à la limite de la bidouille à la Radiohead mais sans ce petit plus qui me fait craquer sur nos gars d'Oxford. Tous les styles ne peuvent aller à notre jeune Emiliana! Ce petit calme de fin parcours de parcours nous ramènera à bon port après ce très sympathique voyage.

Ce patchwork folk et féminin reste pour moi une pièce à ranger en bonne place dans une discothèque.

http://www.emilianatorrini.com/

http://www.myspace.com/emilianatorrini


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bastienleblanc 57 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines