Magazine Culture

Richard Wright: "On ne prenait pas de drogues"

Publié le 16 septembre 2008 par Smaël Bouaici

Richard Wright

Sur son site, David Gilmour rend hommage à son “sous-estimé” collègue, Richard Wright, parti hier jouer le fameux great gig in the sky avec Syd Barrett. Wright était le clavier des Pink Floyd et chanteur à l’occasion. Il est mort hier à 65 ans des suites d’un cancer: “Dans tout le fatras de choses qui ont été dites sur Pink Floyd, on oublie souvent l’énorme impact de Richard Wright. Sans lui, l’album Wish You Were Here n’aurait jamais marché aussi bien. Et sans Us and Them et The Great Gig In the Sky, que serait Dark Side of the Moon ?

Sur le site www.pinkfloyd-co.com , on trouve une interview très intéressante de Richard Wright sur le fonctionnement du groupe. Wright était à l’origine de la plupart des effets sonores, qui ont façonné la musique du Floyd. Il raconte notamment qu’avant d’écrire les chansons, il les dessinait, comme un story-board de film, et ensuite il improvisait sur ce plan.

Et quand on lui pose la question du psychédélisme, Wright casse le mythe: “Pink Floyd est tombé au milieu de cette culture, donc tout le monde pensait qu’on prenait de la drogue. Mais ce n’était vrai que pour Syd Barrett. Pour le reste du groupe, la musique était notre drogue. Bien sûr, ça nous arrivait de temps en temps, mais jamais avant les concerts. J’ai essayé une fois, à Paris en 1968. J’ai fumé un joint avant de monter sur scène, je n’ai pas pu jouer une seule note. Enfin, si, j’ai pu jouer une seule note. C’est une erreur de croire que la dope donnait de l’inspiration. Ceux qui se droguaient, c’était les spectateurs.”


Retour à La Une de Logo Paperblog
Par Driss Khali
posté le 04 décembre à 18:12

j'adore ce groupe ;il m'a accompagné durant toutes mes suffrances;c'est un groupr à part

A propos de l’auteur


Smaël Bouaici 57 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte