Magazine Beaux Arts

De l'art ou du veau ?

Publié le 22 septembre 2008 par Chroneric

Sur quelle planète vit-on ? Déjà, les tableaux qui ne représentent rien avec des lignes ou des formes géométriques en couleur, voire même une toile toute blanche sans rien, c'est de l'art à cons mais que penser des animaux en œuvre d'art ?

Le Britannique Damien Hirst a empoché la coquette somme de 140 millions d'euros après la vente aux enchères de ses œuvres. Des animaux morts, figés dans des solutions au formol, acculés d'un titre d'œuvre enjoliveur. Non, rien ne va plus. Je ne vois pas quel plaisir on peut obtenir en affichant dans son salon un zèbre ou un requin sous verre. Ces espèces ne sont pas mieux dans leur milieu naturel ? Ne sont-elles pas protégées ?? Que dire de ce veau affublé d'un disque d'or entre les deux cornes, vendu 13 millions d'euros ? Les défenseurs de la nature ont déjà du mal à sauvegarder la faune et la flore contre les braconniers, les fabricants de mobiliers ou les apothicaires du dimanche. Maintenant, ils vont devoir compter avec ces soi-disant artistes.

Certains vont vous dire que ce sont des œuvres uniques et qu'un veau, ma foi, au lieu de finir dans votre casserole, ira directement dans votre salle à manger. Que des mouches collées sur une toile, ça n'empêchera pas l'espèce de s'éteindre. J'oppose à ces gens, un principe : les êtres vivants ont le droit de vivre et ne sont pas des œuvres d'art pour satisfaire quelques millionnaires capricieux qui se fichent complètement du problème des espèces en voie de disparition. Qu'est-ce que ces gens diraient si on exposait en vitrine leurs aïeuls ?

Et puis, qu'est-ce qu'une œuvre d'art ? La concrétisation d'une idée d'un individu censée faire réfléchir le spectateur ou alors un moyen de divertir ? Les deux, me direz-vous. Ce que je vois surtout avec ce genre d'individu, c'est que l'art c'est l'art de vendre n'importe quoi en faisant croire que c'est une longue réflexion. Avec ces œuvres douteuses, ces tableaux de formes géométriques, on expose ou vend plus une lubie qu'un sujet de réflexion.

Quitte à investir, prenez un Jeff Koons : au moins, ses œuvres aux couleurs chatoyantes et brillantes serviront à décorer votre intérieur pour Noël.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Chroneric 80 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog