Magazine Culture

Exit le Salon du livre de l’outre-mer

Par Christian Tortel

Dans trois semaines, Lire en fête, organisé par le ministère de la culture et de la communication, rassemblera 4 000 manifestations dans 150 pays. Enfin ! quatre mille moins une : la 15e édition du salon du livre de l’outre-mer n’aura pas lieu. Son secrétaire d’état, Yves Jégo, vient d’envoyer aujourd’hui même une lettre aux éditeurs qui confirme ce que l’on pressentait.

” Dans le cadre de « Lire en Fête », le Secrétariat d’Etat à l’Outre-Mer organisait chaque année le Salon du livre de l’Outre-Mer, où éditeurs, auteurs, mais aussi artistes ultramarins se donnaient rendez-vous dans les salons et jardins de l’Hôtel de Montmorin à Paris.

Devant le succès de cette opération, qui chaque année, réunit plusieurs milliers de personnes, j’ai été contraint de décaler cette manifestation au Salon du livre de Paris à la porte de Versailles du 13 au 18 mars 2009.

Un Espace Outre-Mer d’envergure sera mis en place, où les éditeurs pourront présenter leur catalogue, organiser leurs rendez-vous professionnels et inviter leurs auteurs à promouvoir leurs livres lors de signatures et de rencontres littéraires. “

” Devant le succès de cette opération “, est paradoxalement la raison invoquée pour cette annulation. [” Report pas annulation “, préfère rectifier le secrétariat d’état.]

Ce ” succès ” est-il la raison ? Ou serait-ce un argument spécieux ? Les salons et jardins de l’Hôtel de Montmorin seraient jugés incommodes pour recevoir le public. Et les 100 000 euros de budget, élevés… En 2007, quelque 4 000 visiteurs avaient fréquenté ses pelouses. En revanche, le nouvel emplacement de l’Outre-mer au Salon du livre de Paris en 2007 n’avait pas séduit les lecteurs. Il faut aussi préciser qu’en octobre, le Salon du livre de l’outre-mer était d’accès gratuit, ce qui n’est pas le cas pour le Salon de la porte de Versailles, en mars. Outre la différence d’échelle, l’état d’esprit n’est pas le même : les éditeurs d’outre-mer comme des auteurs peu connus semblaient apprécier de se retrouver entre eux. Pourquoi ne pas avoir maintenu les deux rendez-vous, en octobre et en mars ? Certains pourront toujours objecter que le Salon du livre de Paris, en mars, est le grand rendez-vous de l’année… on a quand même le sentiment que cette annulation à trois semaines de Lire en fête relève de l’improvisation.

Pour sa vingtième édition, Lire en fête, dont le site n’a pas effacé ce 22 septembre, le partenariat engagé avec l’Outre-mer,  met l’accent sur la littérature jeunesse. Forts de cette directive (à un mois du rendez-vous de Montreuil), certains éditeurs d’outre-mer avaient spécialement préparé leur rentrée… Certains avaient reçu leurs invitations au mois d’août…

Premières réactions :

Editions Lafontaine : ” Pour une fois, nous avions des auteurs invités et même une demande de spectacle de marionnettes. La littérature de jeunesse est la spécialité des éditions Lafontaine. C’est la faute à pas de chance ? C’était également un lieu ou beaucoup d’auteurs ultramarins pouvaient se rencontrer. “

Editions Jasor : ” J’espère que cela n’annonce pas la disparition d’une manifestation de plus autour du livre. “

Editions Desnel : ” L’annulation du salon du livre du Ministère de l’Outre-mer — espace de visibilité non négligeable de la production éditoriale de la rentrée littéraire pour les éditeurs de la France ultra-marine — nous est très préjudiciable à plusieurs titres. Cette année, ayant fait l’impasse sur des salons majeurs de la rentrée littéraire comme ” La Forêt des livres ” en Touraine du Sud et le Salon du livre de Nancy, ” Livre sur Place “, il ne nous reste plus rien à Paris, jusqu’à mars 2008 (autre que les médias) pour communiquer sur nos titres en nouveautés (…)

Pour l’avenir, si cette position du Secrétariat de l’Outre-mer se confirmait, c’est-à-dire faire l’impasse totalement sur le salon de l’hôtel Montmorin pour se consacrer au Salon du livre de Paris pour des raisons budgétaires, à notre avis cela ne serait nullement une solution économique des plus judicieuses, pour diverses raisons, car à la Porte de Versailles l’espace est payant et beaucoup moins important en termes de surface, de visibilité et de portée stratégique pour l’édition ultramarine.

Malgré les 5 jours au Salon international du livre de Paris, en termes de résultats économiques, de visibilité et de couverture médiatique le but n’est pas atteint autant qu’il l’était rue Oudinot ! La faute au manque de fréquentation de la part des Domiens, dû à l’entrée payante et au côté élitiste de l’événement, perçu comme tel par les ultra-marins. “

Des manifestations sont adossées à Lire en fête et au Salon du livre de l’outre-mer. Auront-elles lieu ? Pour sa part, le Salon de la Plume noire est maintenu pour sa 13e édition. Et les éditions Au Vent des îles de Papeete nous promettent un récit aborigène sur la ” génération volée “, disponible pour… Lire en fête.

é

é


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Christian Tortel 18 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines