Magazine Culture

Anthologie permanente : Ludovic Janvier

Par Florence Trocmé

Ramuz écrit que la pensée remonte les fleuves. Qui les descend, c’est la rêverie.
Sans doute quelque part un gourmand de rivière et de langue aura-t-il déjà dit que rivière et rêverie (presque anagramme et mieux qu’anagramme) sont comme les deux faces opposées d’un bruit semblable et qu’on aurait accolées pour jouer avec. Mises en regard pour se laisser descendre au fil du rêve.
Le silence, il y a des jours où on dirait que c’est un gaz. Et que, devenu liquide, il forme la rivière.
Elle fait du bruit, d’accord, mais un bruit qui passe au-dessous des autres, une espèce de bruit par défaut, basse fondamentale mais enfouie, un sous-bruit, un rien de bruit, un bruit à blanc, un silence de bruit.
Un bruit qui froisse tous les autres et les broie, mais par la douceur. Et les crible. Et les vanne.

Réfléchir écoute l’herbe
le silence a goût de froid
le pays tient sa femme d’eau
la rivière qui scintille
éternelle au long de l’instant

Courcelles sur Voire                                              Étrelles sur Aube

Ludovic Janvier, Des rivières plein la voix, l’Arbalète / Gallimard, 2004, p. 14.

Ludovic Janvier dans Poezibao :
extrait 1, extrait 2

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Louis Zukofsky

    12 D’un besoin profond Surgissent Quatre trompes, l’orgue dans la nef Et un flambeau, Ils scandent note à note le nom de bach, Nuit — stries et crêtes des... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Cesare Pavese

    Paysage VII Un peu de jour suffit dans ses yeux transparents comme le fond d’une eau, et la colère la prend, aspérité du fond que ride le soleil. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Claude Esteban

    Ne garderai-je du jour que cette longue lassitude et la poussière des chemins au fond des yeux ? Je m'assiérai n'importe où, je tenterai seulement de reprendre... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Philippe Jaccottet

    Lettre du Vingt-Six Juin Que les oiseaux vous parlent désormais de notre vie. Un homme en ferait trop d'histoires et vous ne verriez plus à travers ses paroles... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Nicole Brossard

    on appelle bruit de beauté la mer soudée au sel dans l’infiniment nuit au-delà de tous les récits on appelle aussi bruit de beauté le silence sa signature... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henri Droguet

    Camera oscura Un soir j’étais au pied d’une colline jaune trempée d’ombres et glus cendre à tout prendre à merveilles clouée de cistes barbelée de lavandes... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Alain Suied

    L’enfant qui appelle au fond de chacun reste tapi dans l’obscurité de l’abandon. Il faudrait le prendre dans les bras et lui murmurer la berceuse du retour. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines