Magazine Cinéma

Tropic Thunder de Ben Stiller

Par Geouf
Résumé: Désespéré par les caprices de stars de ses trois acteurs principaux, le réalisateur d'un film sur la guerre du Vietnam décide d'employer une méthode radicale. Il parachute ceux-ci en pleine jungle, sur un terrain truffé de cameras et d'effets pyrotechniques, afin d'obtenir d'eux un comportement réaliste. L'expérience dégénère rapidement lorsqu'une bande de narco trafiquants prend la bande d'acteurs pour des agents de la DEA... Tropic Thunder de Ben Stiller

L'été 2008 a été un véritable bonheur pour les amateurs de comédies américaines, puisque pratiquement tous les plus grands acteurs du domaine étaient présents sur les écrans pour combler les goûts de chacun: Adam Sandler ( Rien que pour vos Cheveux), Steve Carrell ( Max la Menace), Will Ferrell ( Step Brothers), Seth Rogen ( Pineapple Express), Eddie Murphy ( Meet Dave), le seul absent notable étant Jim Carrey... C'est donc au tour de Ben Stiller, accompagné de Jack Black et Robert Downey Jr, de conclure en beauté un été cinématographique placé sous le signe de la bonne humeur (même si The dark Knight est venu apporter quelques gouttes de noirceur bienvenues). Tropic Thunder était d'autant plus attendu qu'il s'agit de la deuxième réalisation de Stiller, après le génial Zoolander. Vendu comme une parodie de films d'action un peu façon Hot Shots 2, Tropic Thunder est en fait bien plus que ça et propose plutôt une analyse sur les acteurs et leurs névroses, sans pour autant se la jouer " filmeuh d'oteur ", car après tout on est là pour passer un bon moment.

Et le spectacle démarre très fort avec des fausses bandes-annonces en guise de pré générique, afin de présenter les carrières des principaux protagonistes du film. Absolument hilarants, ces faux trailers font mouche à chaque fois et égratignent gentiment les genres incriminés: les clips de rap US avec bimbos et pub racoleuse inside pour le rappeur Alpa Chino (Brandon T. Jackson), le film d'action décérébré aux multiples suites pour Tugg Speedman (Ben Stiller), la comédie lourdingue et vulgaire pour Jeff Portnoy (Jack Black) et le meilleur pour la fin, le ciné indépendant et intello qui se la pète pour Kirk Lazarus (Robert Downey Jr, secondé par Tobey Maguire dans un cameo génial). Mais mine de rien, ces quelques minutes de bonheur permettent aussi à Stiller de présenter sans temps mort les protagonistes de son film et de les rendre immédiatement reconnaissables pour le spectateur, tout en se moquant de la propension d'Hollywood à catégoriser les acteurs. Une fois cette présentation expédiée, on nous explique rapidement les tenants et aboutissants de l'intrigue, via une voix off pompeuse retraçant comment les studios en sont venus à financer un nouveau film sur le Vietnam.

Et c'est à partir de ce moment-là que le spectateur commence à être déstabilisé. Car si le film démarre sur les chapeaux de roue, il se calme très rapidement, Stiller préférant se concentrer sur ses personnages et l'exposition de la situation plutôt que de se lancer dans un déluge de gags portnawak. Tropic Thunder est en effet un film bénéficiant d'un très grand soin d'écriture, qui préfère faire rire aux travers de ses personnages et de situations développées plutôt que de balancer 20 gags à la minute en espérant que l'un d'eux fasse mouche. Et on se rend alors compte que ce genre de comédie se fait finalement bien rare sur les écrans et que cela fait un bien fou de voir un film avec un vrai scénario exploitant au maximum les situations. Mais bien évidemment, on rit énormément et Stiller arrive à surprendre avec quelques gags dont il a le secret (ah la scène du panda !), un recours surprenant au gore (la scène de la tête coupée) et au travers de quelques bons seconds rôles. On retiendra notamment la participation de Matthew McConaughey dans le rôle de l'agent dévoué de Tugg, Nick Nolte en vieux soldat, mais surtout la prestation monstrueuse de Tom Cruise, méconnaissable et déchaîné en abominable producteur. C'est bien simple, on n'avait jamais l'interprète d'Ethan Hunt ainsi ! Mais bien entendu, ce sont les trois acteurs principaux qui se taillent la part du lion, tous excellents dans des rôles présentant les différentes facettes des acteurs. Ben Stiller est très drôle et émouvant en acteur de film d'action sur la pente descendante, et qui voudrait se reconvertir mais est incapable de jouer sur le registre émotionnel. Jack Black en fait des tonnes en comique raté et complètement accro à l'héroïne, mais c'est bien entendu Robert Downey Jr qui remporte le morceau. Son personnage d'acteur multi oscarisé incapable de se sortir de son rôle est à se tordre de rire, tout particulièrement lors de ses affrontements verbaux avec Alpa Chino. Une composition étonnante de la part d'un acteur décidemment en très grande forme cette année.

Mais la cerise sur le gâteau, c'est que Ben Stiller n'oublie pas son public et délivre une dernière demi heure d'anthologie, à la fois film d'action bourrin rendant hommage tout autant à Rambo 2 qu'aux films de John Woo, mais aussi enchaînant les gags hilarants sans temps morts. Apres cette énorme scène, le film se termine sur une note émotionnelle bienvenue montrant l'épanouissement d'un acteur enfin reconnu par ses pairs. On remercie donc Ben Stiller qui avec ce film prouve qu'il peut tout à fait mêler comédie hilarante avec un ton doux amer et une vraie réflexion sur le métier d'acteur. On en redemande.

Note : 8/10

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Geouf 149 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines