Magazine Culture

L’enseignement modulaire

Publié le 06 octobre 2008 par Jcgbb

Modulaire, tel sera le lycée de demain ; les élèves choisiront des modules, unités de savoir dont l’addition fera leur instruction. Mais ceux qui louent la souplesse et la liberté du nouveau système oublient l’origine du concept de modularité.

La philosophie contemporaine distingue dans le fonctionnement de l’esprit les systèmes périphériques et les systèmes centraux. Les premiers traitent l’information provenant des stimuli externes et forment des représentations qui sont ensuite combinées par les seconds afin de résoudre toutes sortes de problèmes.

Le philosophe américain Jerry Fodor qualifie les premiers de modulaires en tant qu’ils sont cloisonnés, spécifiques, rapides, automatiques. Il existe ainsi des mécanismes de déchiffrage des stimuli auditifs, qui nous font reconnaître instantanément, bon gré mal gré, des mots et des phrases au lieu de bruits. Il y a de même des modules visuels distincts pour analyser les formes, ou les couleurs, ou les mouvements.

L’esprit est donc modulaire dans la mesure où il se trouve compartimenté en algorithmes spécifiques. S’en distinguent les systèmes centraux, dits aussi de fixation de la croyance, qui ont la propriété, à l’inverse des précédents, de pouvoir rassembler des indices issus de tous les domaines pour y rechercher patiemment la solution d’une difficulté.

D’après ce modèle, souplesse et liberté seraient donc du côté d’un enseignement central, apprenant à faire usage des savoirs acquis séparément et indépendamment les uns des autres.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jcgbb 2111 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines