Magazine Aventure/action

Go Fast – Polar français nerveux et réussi

Par Bebealien

Je sors tout juste de la projection de Go Fast avec un sentiment globalement très positif même si j’ai quelques points que je vois améliorables. Pour une fois qu’un polar français est sympathique sans être chiant (en mettant de côté le travail d’Olivier Marchal qui reste toujours bien même si parfois un peu lourd dans sa symbolique), je pense qu’il est de bon ton de l’appuyer. Des grosses voitures, du traffic de stup, les mecs du RAID et une belle tension. Recette réussie, ou presque.

Go Fast – Quand le cinéma français se décide enfin à en avoir dans le slip

Marek est un flic infiltré qui aide à faire coincer un gang de braqueur. Sa mission suivante est de bosser aux écoutes pendant que ses collègues sont planqués en surveillance de gros poissons du trafic de drogue. Lorsque l’opération tourne court, une task force constituée de policiers de la DEA, de flics français et espagnols, propose à Marek de suivre un entraînement du RAID et d’infiltrer le gang de trafiquants, spécialisés dans les Go Fast…

Un Roschdy Zem bien mis en valeur car quasiment de tous les plans

Avec Bibi Naceri (le frère de Samy) au scénario, difficile de s’attendre à un film traitant de philosophie comparée. En quelques films, il s’est spécialisé sur les films de gangsters. Et pour une fois son script évite les principaux clichés inhérents au genre. Chose rare dans le cinéma français, le script est pour une fois à faire film réaliste ET trépident. Que ce soit via le modus opérandi des gangsters, l’entraînement du RAID (avec de vrais agents du RAID dans leur propre rôle cagoulé), les moyens de la police… tout est juste, et évite l’américanisation à outrance dans laquelle tombent trop de films.

Un entraînement particulièrement musclé avec les hommes du RAID

Pour mener à bien un tel projet il fallait également un casting accrocheur. Et c’est Roschdy Zem, appuyé par Olivier Gourmet qui tire une fois de plus le projet vers le haut. Quasiment de tous les plans, et alors qu’on ne le voyait pas à priori dans un polar, Roschdy s’en tire bien et prouve qu’il est vraiment charismatique et s’impose comme un vrai emblème du cinoche d’action français. D’autant plus intéressant que le cinoche français reste très attaché à des stéréotypes racistes en la matière…

Roschdy Zem et Catalina Denis, colombienne d’origine et quotat sexy du film.

En une heure et demie, le film va s’attacher à montrer les différentes facettes du trafic et de son réseau de distribution, depuis les cultivateurs crevant la dalle au Maroc jusqu’au cités de banlieue servant de plaque d’échange et de distribution. Une machine bien huilée et surtout bien pensée pour être sécurisée. Le Go Fast, pour ceux qui ne le savent pas encore et auraient loupé la campagne pub agressive du film, consiste à faire remonter la marchandise dans des bolides survitaminés roulant à toute allure. Le convoi est souvent composé d’un véhicule vide de tête vérifiant la route et d’un deuxième contenant la marchandise.

Un chargement express des marchandises sur les côtes espagnoles avant de remonter jusqu’à la banlieue parisienne

Le film, de part sa courte durée arrive à maintenir un rythme tendu et trépidant, particulièrement efficace (et franchement ça faisait longtemps que je n’avais pas accroché autant mon fauteuil). Mais, malheureusement, la fin arrive tellement vite et est tellement réaliste dans son approche qu’elle est très courte. Quelques tirs, des corps tombent, une scène courte de conclusion. Et fin. Dommage, on aurait aimé en voir beaucoup plus…

Deuxième point qui aurait pu être améliorer : le choix scénaristique final. Finir sur un happy end est un peu dommageable. On sait que beaucoup de convois passent sans jamais être arrêtés. A titre personnel, mais ça n’engage que moi, j’aurai préféré une victoire en demi teinte… Mais bon, là je suis tatillon. Go Fast est réussi, et j’espère qu’une fois encore des réalisateurs talentueux sauront rentrer dans la brèche et nous fournir d’autres films de genre réussis.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bebealien 53 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte