Magazine Culture

Desperate housewives : 5.02 We’re so happy you’re so happy

Publié le 06 octobre 2008 par Tao

Ennuie, ennuie, ennuie. Entre intrigues banales et sans intérêt, on a déjà connu les wives en bien meilleure forme. Mais ça et là il y a des touches intéressantes et des moments pleins de vérité.

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître Susan est la seule à sortir la tête de l’eau. On retrouve une femme bien plus mature, davantage sûr d’elle et Teri Hatcher est vraiment resplendissant. Oui je sais je dis cela, moi qui n’ai pas arrêté de taper sur son dos depuis de nombreuses années. Son intrigue était sympathique et pour la première fois Susan ne réagit pas comme Susan ou plutôt c’est nettement moins irritant. Mike et Jackson deviennent potes et si Susan flippe un peu, elle reste néanmoins une adulte et j’ai bien aimé sa discussion au bar avec Mike. Ils ont enfin réussi à devenir des amis et je trouve leur relation nettement meilleur aujourd’hui. Sans sous entendu ou regard mielleux. Par contre pourquoi avoir ramené Richard Burgui pour une mini scène ? Le pauvre doit toujours se demander pourquoi il est revenu sur le plateau de Desperate housewives.

Gabi elle, reste Gabrielle et si son apparence a changé, ses intrigues restent les mêmes. Là elle veut un peu se divertir en allant à une soirée mondaine mais comme Carlos est masseur au club, elle ne peut pas y aller car il est désormais un employé et il ne faut pas mélanger client et personnel. Gabi brise néanmoins les règles et ça se finit par une belle morale où Carlos dit préférer sa vie d’aujourd’hui même s’ils sont moins riches. Au moins ils sont moins snobs que tous ses gens. Oui, bof. En attendant, on éclipse déjà les enfants même si on parle un peu d’elles. Et Eva Longoria nettoyant les vitres de sa villa, ce n’est absolument pas crédible. Car oui, elle est Eva Longoria, super glamour avec un mari basketteur et tout et tout. Donc elle ne nettoie pas elle même, point.

Pour Lynette aussi c’est toujours la même histoire. On semble déjà à cours dans ses intrigues avec ses ados. Elle chatte en ligne avec l’un de ses fils en se faisant passer pour une copine et évidemment ça se termine mal. C’est totalement sans le moindre intérêt même si ça renvoie évidemment à notre désir secret de savoir ce que nos enfants font sur Internet ou comment ils sont avec leurs amis. De plus il y a un truc qui me chiffonne. Parker n’était il pas censé être plus grand que les jumeaux ? Car je ne sais pas vous, mais moi dans l’ordre des enfants Scavo, j’avais toujours cru qu’il y avait Parker, les jumeaux et Penny. Là Parker (l’ex petit rouquin ami de Mme McClusky) semble plus jeune que les deux jumeaux ? Aurait on fait un changement opportuniste pour faciliter les intrigues ?

Bree fait un sacré retour en arrière et redevient madame Van De Kamp, l’épouse triste et malheureuse des débuts, n’ayant que sa cuisine pour briller. Orson étant devenu un homme froid et même méchant. Est ce la prison qui l’a changé, en veut il à Bree de l’avoir forcé à payer pour avoir renversé Mike ? Ce changement de caractère est un peu dommage car j’aimais bien Orson et son humour particulier mais je dois dire que Kyle McLachlan est formidable en homme distant. La manière dont il ordonne à Bree de lui faire à dîner alors qu’elle rentre épuisée de la soirée au club est assez terrifiante.

Le plus intéressant, repose finalement sur les quelques scènes avec Dave qui est prêt à tout pour le bonheur de Edie, quitte à kidnapper le chat de madame McCluskey. Et comme Edie, on peut se demander pourquoi Dave insiste tellement pour rester à Wisteria lane. Après tout, ils pouvaient aller n’importe où, alors pourquoi être revenu vivre dans une rue où Edie ne se sent pas réellement chez elle ? Dave aurait il un compte à régler avec Fairview ? Et si oui avec qui ? En tout cas, madame McCluskey est décidée à en savoir plus sur son nouveau voisin et comme pour Lynette et son fils, cela doit passer par Internet. Ce qui pourrait être un moyen d’insérer Katherine davantage dans les intrigues car pour le moment, elle reste le sous-fifre de Bree et le personnage mérite tellement mieux.

Bilan : Je le disais en intro, on s’ennuie beaucoup dans cet épisode à cause des situations très peu inspirées et des intrigues beaucoup trop indépendantes les unes des autres. On fait seulement revivre des situations déjà vécues par chacune des héroïnes. Comme si elles n’avaient rien appris durant les 4 premières saisons. Lynette a toujours des problèmes avec ses enfants, Bree est toujours malheureuse dans son couple, Gabrielle est obsédée par son propre statut comme à son habitude et Susan court d’une romance à une autre. Je le disais la semaine dernière, on regarde la même série que les autres années et si cela fonctionnait dans le season premiere pour remettre les personnages à leur place, il serait temps de voir bouger un peu l’univers de la série, le saut dans le temps n’ayant été qu’un gadget superficiel.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tao 40 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte