Magazine Culture

La Face Nord de Juliau, six, de Nicolas Pesquès (lecture d'Angèle Paoli)

Par Florence Trocmé

Pesques_juliau_6 Poème Land Art, La Face nord de Juliau, six se détache de l’ensemble des autres recueils par la tentative extrême de Nicolas Pesquès de resserrer encore davantage l’inscription du poème dans le paysage, de transformer le paysage en poème ou le poème par le paysage. Comment parvenir à cette symbiose improbable sinon en arrimant écriture et peinture ? Cette difficulté obsédante s’ajoute à celles qui taraudent le poète depuis les origines de l’écriture de Juliau et jalonnent son œuvre, comme autant de cairns disséminés dans le paysage millénaire de Juliau.
À la différence des recueils précédents (le n° 1 est épuisé), Juliau, six porte en sous-titre la mention « poème installé ». Une installation en trois volets, qui fait de Juliau, six un triptyque: « SURJAUNE, INSTALLATION », «  SURJAUNE, L'ŒUVRE », « SURJAUNE, DISSOLUTION ». Installation qui se matérialise dès la première de couverture du recueil. Les lettres géantes ― SURJAUNE ― qui en façonnent l’enseigne, s’inscrivent sur le profil de la colline Juliau. Installation qui trouve son écho dans le texte lui-même : « les lettres mesurent 2 mètres de haut et environ 3à centimètres de largeur et de profondeur » ― les échafaudages, « barres de maintien » qui ont présidé à l’installation de SURJAUNE, façon néon de foire, annoncent cette « échafaudée céleste » qui est aussi celle de la phrase. Installer le poème ― « c'est venu comme une stèle » ―, c’est tenter une meilleure « lecture » de la colline Juliau. Enclore Juliau dans un espace pictural, cadre et couleur, c'est pousser les mots jusque dans leur retranchement. Vouloir percer une fois encore le mystère de la langue, traverser sa résistance. C’est s’arrimer à l’écriture sous un nouvel angle d’approche, « comme si écrire pouvait mettre en phase un monde avec son écarté ».
Œuvre écrite, œuvre peinte, surimpression de l’une dans l’autre, imbrications subtiles des deux ensemble ? Dans La Face nord de Juliau, six le poète, qui se « rapproche du même fuseau programmatique que Paul Cézanne », cherche à superposer écriture et peinture. À intégrer la matière-texte dans l'abstraction de la couleur. Pour forcer l'écriture à s’infléchir par la peinture. La peinture peut-elle permettre au poète de cerner la réalité multiple et insaisissable de Juliau ? L'abstraction de la couleur peut-elle parvenir à absorber la douleur, à effacer les frontières du temps, les limites de la connaissance, les échecs de l’écriture?

« la bouche ouverte du genêt
la couleur explicite, le poème muet »

Façonné par le paysage, « un paysage primipare », « un paysage sans loi », Juliau, six est un poème Land Art qui se modifie d'un volet à l’autre du triptyque, d’un tableau à l'autre, d’un poème à l’autre, entremêlant mots et couleur, couleur et matière, lumière et images. Images inattendues, déroutantes qui tentent de déjouer les interrogations-impasses sur le langage :

« Je confirme un silence sec et un refus de glossolalie ».

En Juliau, six, les textes se resserrent, la phrase se suspend, le poème respire. Les mots se densifient autour de la couleur. Une même couleur. JAUNE. Jaune remplace Juliau. Car « Jaune pousse puissamment. Puissamment est une piste pour l'œil, un phare à nuit.» Le nom de la couleur a effacé Juliau. Juliau se fond par métonymie (et par proximité phonique) à Jaune, le jaune du bois de genêts qui absorbe à lui seul l’ensemble du paysage. JAUNE « aux arêtes vivantes », « Jaune organique, au même titre que le genêt ». Jaune le nommé occupe l’espace de la page, devient acteur à part entière, concentre en lui toutes les forces, se charge de toutes les matières. SURJAUNE. « SUR comme dans surimpression, / de la matière oui mais en plus, / indurée par ajout ». « L’œuvre aborde les conditions qui permettraient de passer ». Avec SURJAUNE, la colline gagne provisoirement une « augmentation ». Provisoirement seulement, car l’œuvre est appelée à sa dissolution. Le poème comme la colline sont confrontés aux mêmes impasses, aux mêmes cassures et séparations, aux mêmes désossements. À la même dessiccation.

« La similitude d’écrire quand ce qui avance rayonne et s’obscurcit.
Le genêt biffé, le paysage mordu à la langue…
La diminution d’écrire »

La Face nord de Juliau, six, une mystérieuse et fascinante expérience des limites.

« Le faufilement du paysage pour que la profusion jubile.
La colline raidie et simplifiée

La hargne de la minceur jusqu’à la joie du trait
La hargne piégée de l’écriture. »

contribution Angèle Paoli

Nicolas Pesquès
La Face Nord de Juliau, six
André Dimanche Editeur
présentation de ce livre et de La Face Nord de Juliau, V, dans Poezibao


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines