Magazine Culture

Trouver Hortense de Pierre Le Pillouër (lecture de Jacques Demarcq)

Par Florence Trocmé

Rimbaldingue

Rimbaud, la plupart du temps, fait le mort. Je veux parler de l’écrit Rimbaud, et de son activité sur les vivants, ’crivants, les écrivants. Le personnage, le mythe qui lui bouffe la laine, et le Verlaine ! est une sorte de crucifix poétique, Claudel aidant, que le quidam cloue chez lui pour se faire pardonner sa veulerie quotidienne, ou pire : ses épanchements mondains, câlins, ultrafins. Rimbaud s’en fout : il dort. Les professeurs jettent des pelletées de commentaires sur le cercueil de ses écrits, il ne bouge pas. À peine s’il a esquissé un sourire lorsqu’il a entendu un micheton faire du gringue à la putain Rimbaud.
Je peux en témoigner : je fais partie des taupes qui creusent autour de sa tombe. Aveugle, je n’y comprends rien, me contentant de grignoter des bribes ici ou là. Il faut dire qu’il ne nous aide pas, le monstre.
Ce qui l’a réveillé, c’est le centenaire, en 1991, de son enterrement. Qu’on fête sa fin, il l’avait chanté ; mais qu’un ministre fasse langue de tout bois à son sujet, ça l’a secoué. Il fumait pire qu’un taupier, dans son caveau. Mes filles et moi nous sommes carapatées.
C’est ainsi que voyageant de galerie en tunnel, nous avons senti, trois ans plus tard, l’écrit Rimbaud s’abattre sur un écrivant. Pourquoi lui ? Parce que le vampire assoiffé de sens flaire la chair sensible, le cocktail de bonnes lectures corsé de désir qui rend nerveux ? Toujours est-il qu’il a lancé sur lui ce qu’il avait de plus sauvagement raffiné, d’une obscurité éblouissante, aveuglante, indémêlable absolument : ses dites (par antiphrase ?) Illuminations.
Le Pillouër – c’est la victime – s’est retrouvé littéralement pris au piège de la lettre, et des syllabes, mots, phrases, d’une chambre d’échos pleine de miroirs se déplaçant à la vitesse d’une alouette. Le voilà donc qui cherche des clés, pour s’en sortir. Il compte les « o » de « H » : « Toutes les monstruosités violent les gestes atroces d’Hortense. Sa solitude… érotique… » Résultat : pas H2O, non, 29 ! Et de se retrouver le bec dans « l’hydrogène clarteux ! » où flotte le nom latin de l’hortensia : hydrangea. Ce qui de la lettre ramène au sens, et ouvre la porte, illico, d’une autre scène, avec au bout cette restriction aguicheuse : « J’ai seul la clef de cette parade sauvage. »
Le périple labyrinthique et hasardeux ne fait que commencer. Le Pillouër va parcourir, de l’intérieur, une quinzaine d’Illuminations. Et se laisser ballotter par les cymbales syllabiques et contorsions sémantiques d’une troupe d’écrits s’agitant autour de lui telles des bayadères ou autres « tordeuses de hanches ».
Quelle que soit leur séduisante crudité, secondaire est le crédit à accorder aux trouvailles qu’il fait à lever « un à un les voiles ». La vraie découverte de Le Pillouër n’est pas le goût de l’écrit Rimbaud pour la chair – et plutôt côté cul que nichon –, mais que cet écrit (je n’ai pas dit l’auteur) joue de son lecteur comme d’une marionnette, ou comme les dieux, chez Sophocle, manipulent Œdipe. Ce n’est plus tant le poète, qui est en proie à une fureur inspirée, que le lecteur. Antithésard s’emmêlant dans ses fils d’Ariane, se transformant plus moderne en détective, Le Pillouër, comme Œdipe, voit son enquête se retourner contre lui : il a un accident de voiture, des souvenirs cruels ressurgissent, ses « amis s’en vont » !
Le résultat est épique, drôle, tragitonique. Un récit vigoureux, avec des rebondissements et même du suspens. Comment va-t-il se sortir de cette aventure dans laquelle il a été embringué par l’écrit le plus fascinant qui soit ? Le plus infâme et fatal aussi, genre Lulu de Wedekind, qui menace son lecteur d’amour noir, et destructeur. Combien d’exégètes ont sombré dans leurs gouffres herméneutiques ! Le Pillouër s’accroche et surmonte parce qu’il a une arme discrète : l’humour, qui est retour sur soi. C’est un écrivant. Il lutte à inventivité égale avec l’écrit Rimbaud.

contribution de Jacques Demarcq

Le_pillouer
Pierre Le Pillouër
trouver Hortense
Ulysse Fin de Siècle
160 p., 14 €

Poezibao propose également une traversée de ce livre en neuf épisodes, (par Florence Trocmé). Cet ensemble est disponible en fichier pdf à ouvrir ou télécharger, via le lien ci-dessous :

Téléchargement (pdf)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Pierre Rottenberg

    1938-2002. « Deux dates sèches : 1938-2002. Entre ces deux dates se sont déroulés une vie, un destin, entre ces deux dates vécut un homme d’écriture, un homme d... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Folle genèse, de Jacques Demarcq (une lecture de Florence Trocmé)

    Demarcq, l’encyclopède aux oiseaux, entreprend de réécrire la Bible (premier opus paru, un petit cahier, Folle Genèse, dans la collection Trait court de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Pierre Reverdy

    J’ai lu l’autre jour le poète Pierre Reverdy, que je n’avais jamais lu. Il s’agissait du recueil « Main d’œuvre », qui reprend des textes de 1913 à 1949 et qui... Lire la suite

    Par  Feuilly
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Jacques Ancet/L'identité obscure

    Jacques Ancet/L'identité obscure

    Ph., G.AdC L’IDENTITÉ OBSCURE CHANT 9 [EXTRAIT] On tourne, on vire, on a fermé les yeux sans savoir, on se tient là au bord des choses, un peu en retrait,... Lire la suite

    Par  Angèle Paoli
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Narcose de Jacques Barbéri

    À l’occasion de la réédition de Narcose et de la sortie d’un recueil de nouvelles, L’homme qui parlait aux araignées (tous deux aux éditions la Volte), le site... Lire la suite

    Par  Transhumain
    BD, CULTURE, LIVRES
  • Trouver sa langue

    La petite sirène de Myriam Mallié, Illustrations Alexandra Duprez - éditions Esperluète « Ce conte a hanté, et enchanté, mon enfance. Lire la suite

    Par  Blandine70
    CULTURE, LIVRES
  • Joyeux anniversaire Jacques Martin !

    Il reste peu de légendes vivantes de la BD franco-belge ayant participé avec Hergé ou Jacobs à cette incroyable aventure au lendemain de la seconde guerre... Lire la suite

    Par  Manuel Picaud
    BD, CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines