Magazine Culture

Trait pour trait : un bestiaire universel ?

Publié le 15 octobre 2008 par Myriam

Encore une coïncidence troublante. Celle que j'ai trouvée entre des sculptures issues de l'art Khmer ou de l'art du Champā et représentant un bestiaire rattaché à l'univers mystique de ces civilisations, avec, pratiquement à la même époque, les bas-reliefs et chapiteaux romans.

Basrelief_ancienne_abbatiale_ste_ge
Quand on compare l'un des bas-relief de l'ancienne abbatiale de Sainte-Geneviève (XIIème siècle), que l'on peut admirer à Paris, et représentant certainement un Basilic, l'un des animaux fantastiques les plus représentés dans l'art roman, avec certaines créatures représentées dans des sculptures Khmer, la similitude est troublante.

Ces sculpteurs, que tout sépare (la distance, la culture ainsi que les

Crature_khmer_1_garuda
références religieuses), puisent dans l'imaginaire humain, la représentation d'un monde fantastique dont les traits prennent forme de façon singulièrement commune. Comme pour
Art_khmer_2b
le sourire de Reims (cf. note du 3 août 2008), on tombe à nouveau dans cet énigmatique et fascinante capacité des hommes à faire ressurgir, au plus profond d'eux-mêmes, les mêmes formes esthétiques et ce sans aucune influence directe.

A ce propos, je recommande vivement la lecture d'un des numéros des Dossiers de l'Art (N°103 - Décembre 2003 / janvier 2004 - Editions Faton) et consacré au symbolisme du bestiaire médiéval sculpté. Ce numéro présente de façon très claire et particulièrement bien documentée, les différentes créatures fantastiques qui ont inspiré les sculpteurs du Moyen Age.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Myriam 321 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine