Magazine Culture

Cliente - love gourou : deux nanards sinon rien

Publié le 15 octobre 2008 par Devotionall

    ***   GRAND ECRAN   ***

DEUX NANARDS SINON RIEN...
Deux nanards sinon rien. Si vous avez vraiment de l’argent à perdre, vous pouvez toujours décider d’aller voir un des deux films suivant. Mais que vous en soyez avertis auparavant, vous risquez de le regretter, et de vous retrouver avec un fort sentiment de frustration. De l’inconséquent au purement ridicule, on vous aura prévenu, vous n’avez aucun alibi.

CLIENTE : Balasko a écrit un bouquin, puis en a fait un film. Le sujet de ces deux ouvrages ? Une femme qui se paye des hommes, le monde de la prostitution pris à revers, en somme. Au lieu de se retrouver avec un bon film analysant les rapports entre le gigolo de service et la consommatrice en mal d’amour, on doit en réalité se farcir un bon gros mélo indigeste, qui oscille entre sourires à peine esquissés et larmes faciles. L’humour est souvent grossier et mal à propos, les personnages mal taillés et peu approfondis, le propos reste presque incompréhensible et loin de susciter l’intérêt. Natalie Baye est la seule à surnager, plus ou moins, dans ce naufrage lamentable : sa crédibilité est certaine, et elle est la seule qui garde une certaine justesse d’un bout à l’autre de ce film, que je ne vous recommande pas. (5/10)

LOVE GOUROU : Les films de ou avec Mike Myers sont souvent loin d’être des recueils de poésie : les blagues sont nichées bien en dessous de la ceinture, et il faut ne pas faire la fine bouche pour en apprécier l’essentiel. Ce Love Gourou réussit quand même l’exploit de faire passer Austin Powers pour une probable Palme d’or à Cannes. De Justin Timberlake doté d’un sexe qui touche le sol une fois déroulé, à Jessica Alba plus potiche que jamais, voilà un film qui n’a vraiment rien pour lui. A part un obsédé de treize ans complètement décérébré, je ne vois pas qui d’autre pourrait envisager de louer ce piteux travail, qui ne vaut même pas l’espace requis sur un disque dur pour être téléchargé, même gratuitement. Une daube, sans équivoque possible. (3/10)

Cliente - love gourou : deux nanards sinon rien

Un des pires films de l'année.
Sans aucun doute possible.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Devotionall 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine