Magazine Culture

Mary Dollinger, l'humour à point

Par Ephemerveille

Voici que sort le troisième livre de Mary Dollinger. Après le cocasse Au secours Mrs Dalloway et le désopilant Journal désespéré d’un écrivain raté, cette anglaise très franco-française nous revient, avec sa plume toujours aussi aiguisée et son ton diablement mordant, et nous propose une autre petite fantaisie au titre original : Et le bébé était cuit à point, publié par l'éditeur Jacques André.

bébé mary.jpg
Mary Dollinger raconte l’aventure des plus singulières qui chamboule la vie de Blanche.

Blanche, célibataire endurcie accro à son job, mène une vie plus ou moins paisible. En effet, sa mère, séductrice invétérée malgré son âge quelque peu avancé, ne cesse de l’assaillir de petites remarques qui, à la longue, n’ont plus rien de bienveillant.

Un jour, voulant se débarrasser du chat d’un ex amant qui incommodait le nouveau, baptisé « Harmonie » - son maître était mélomane -, elle contraint sa fille d’adopter l’animal, lui refourguant tout l’arsenal nécessaire au soin du félin. Et ce chat, que Blanche accepte tout juste, en pestant contre sa génitrice, ne semble pas égayer le quotidien de la jeune femme. Au contraire, ses petites manies agacent sa nouvelle propriétaire qui, de guerre lasse, se décide à appeler son frère au secours. Celui-ci lui promet de venir l’aider mais, à sa place, prétextant que le frère de Blanche avait un rendez-vous urgent qu’il avait oublié, un homme visiblement pressé fait son apparition chez Blanche. Apeurée en voyant le matériel opératoire qui servira à la castration d’Harmonie et que l’homme installe sur sa table, Blanche revient sur sa décision et lui demande de partir. Mais alors qu’il fait malgré tout connaissance avec Harmonie, qui paraît trouver la compagnie de l’individu plutôt agréable, elle lui propose de goûter le vieux whisky qu’elle a en réserve. Un rencontre a alors lieu.

Dès lors, la vie de Blanche s’éclaircit ; triomphale dans les réunions de la multinationale Gourmet-Gourmand pour laquelle elle travaille ardemment, elle file le parfait amour avec Philippe, n’oubliant jamais son chat dont elle reconnaît le mérite d’avoir été l’élément déclencheur de ce bonheur soudain. La vie est belle et cette relation triangulaire « femme-chat-homme » la ravit au plus haut point

Mais cet unisson apaisant ne durera que peu de temps… Tout bascule lors d’une réunion pendant laquelle Blanche doit présenter la gamme de produits alimentaires pour nourissons, mission importante que son obèse de patron lui avait confiée…

Un bébé cuit à point ? Vraiment ? Sachez en tout cas qu'il s’agit de poupons, de four et de bain-marie. Le reste est une affaire d’adultes. Une affaire pour le moins corsée, mais menée à bien par une Mary Dollinger fidèle à elle-même : vive et piquante, avec ce petit côté cruel qui est l’apanage de l’humour britannique. Ce dernier livre est à déguster comme une friandise, car ce bébé plus qu’à point tombe à pic ; il est saignant d’humour et de malice.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ephemerveille 51 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines