Magazine Autres musiques

Messes brèves de JS Bach par Pygmalion : nuées ardentes

Publié le 18 octobre 2008 par Philippe Delaide

L'enregistrement de deux messes brèves de JS Bach (BWV 235 et 234) par le jeune Ensemble Pygmalion sous la direction de Raphaël Pichon est bien une révélation. Je partage complètement l'avis de Lili qui apparente les talents de ce jeune chef à celui d'un autre phénomène, à savoir Jérémie Rohrer (cf. notes du 31 août 2006 et du 10 février 2008).

Raphaël Pichon aborde ce superbe répertoire des messes brèves avec une ferveur, une générosité impressionnantes tout en ne négligeant pas la tension de la ligne, la précision, la justesse de ton indispensables. La plénitude sonore est également ce qui marque le plus, aussi bien sur la masse orchestrale que sur les chœurs. On est véritablement enveloppé par des sonorités chatoyantes et colorées.

Bach messes brèves Pygmalion
Dans une interview entendue cette semaine sur France Musique, le jeune chef expliquait que son cursus s'est fait d'emblée avec des maîtres qui avaient exploré la rhétorique des musiques ancienne et baroque avant lui et que cette dernière lui était alors complètement naturelle.

Ce naturel conduit à belle ferveur, une vitalité indéniables. Cette option est tout à fait défendable sur la musique du cantor. Elle est d'autant bien vue que ces messes s'apparentent aux cantates chorales les plus expressives de JS Bach. La retenue excessive sous prétexte de religiosité serait certainement une erreur. Tout comme dans le Magnificat, il faut, je pense, tout au contraire servir le texte avec une inflexion, une prise "à bras le corps" de chacun des versets de ces messes.

Cette version nous fait donc aussi monter aux cieux avec une ivresse très prenante et irrésistible. Tout cela respire à merveille. C'est du Bach tonifiant, généreux et lumineux.

A noter parmi les plus beaux passages, indéniablement les Kirie et Gloria des des deux messes, le choeur final de la messe BWV 234 (Cum Sancto Spiritu) ainsi que le Motet "Des Gerechte kommt um".

Les solistes ne sont pas toujours d'une tenue parfaite (phrasé, tenue de la voix par rapport aux accompagnements instrumentaux) mais cela n'est pas très grave compte tenu de la générosité et de l'engagement indéniable de cette interprétation.

Vivement le 2ème volume. A absolument découvrir.

Lien direct vers le site du label Alpha pour en savoir plus et écouter un extrait.

JS Bach - Mèsses brèves BWV 234 et 235 - Ensemble Pygmalion - direction Raphaël Pichon - Eugénie Warnier (soprano), Magid El-Bushra (alto), Emiliano Gonzalez-Toro (ténor), Sydney Fierro (baryton) - Label Alpha.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par CC
posté le 25 décembre à 22:49
Signaler un abus

Merci de cet article... j'ai ce cd, et la dimension extatique et jubilatoire que cet ensemble, ce jeune choeur et ce jeune chef arrivent à donner à ces pièces est vraiment extraordinaire ! J'aime l'allant du tempo, notamment. Je ne sais pas s'ils ont depuis sorti un autre volume, chez alpha ou ailleurs... Raphaël Pichon dirige aussi un choeur amateur, Otrente, qui est excellent !

A propos de l’auteur


Philippe Delaide 1912 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog