Magazine

Cru Barréjats 2001 (Sauternes)

Publié le 19 octobre 2008 par 20divin

Bouteille de 50 cls dégustée sur 2 jours.

L’accompagnement avec une faisselle au coulis et morceaux d’abricot est réussi.

Tout d’abord voici les indications données par le domaine :

Le pressurage dans une ancienne presse hydraulique verticale  permet d’extraire sans triturage, en trois pressées très lentes, tous les sucres et les arômes emprisonnés dans ces grains de raisin confits de Botrytis.

Léger débourbage au froid, fermentations en barriques 100% neuves avec température controlée, arrêt des fermentations au froid pour diminuer l’adjonction de soufre, élevage long en barriques neuves, de 12 à 36 mois, une seule filtration très lâche à la mise en bouteille, tout est fait pour que le Cru Barréjats garde tout son fruit, sa richesse et sa complexité.

Sur 2001 les rendements sont de 11,5 hl/ha , 25 barriques utilisées pour l’élevage.

Encépagement : Sémillon : 85%, Sauvignon : 10% et Muscadelle : 5%. Puis  des extraits de: ” l’Etude des terroirs du Cru Barréjats de Bruno Weiller 2001″

Les sols du Cru Barréjats sont situés sur des parcelles échelonnées entre 13 et 18 mètres d’altitude, avec un mélange varié de sables d’alluvions et de limons issus de l’altération du calcaire à Astéries.

C‘est l’alimentation hydrique estivale (permise par la couche argileuse de profondeur et des remontées d’eau issues du calcaire poreux) sur des sols très vite réchauffés dès que l’eau de surface est éliminée qui permet, entre autres, d’obtenir des raisins de bonne qualité. En plus, les forts niveaux de Fer génétique offrent de fortes perspectives qualitatives. La présence fréquente de Calcium du calcaire donne la possibilité de concentrer l’acidité des vins.

Ainsi la géologie du Cru Barréjats est marquée par une certaine richesse minérale, une présence énorme de fer, avec une absence totale d’argiles vraies. Le calcaire sous-jacent permet un bon drainage naturel des sols qui sont en pente faible, orientés au nord-nord-ouest.

Aucune différence notable entre le vin dégusté en soirée et le lendemain.

La robe est d’un or lumineux, à l’agitation les larmes épaisses s’écoulent lentement sur les parois.

Le nez est expressif sur l’ananas la noix de coco, les mirabelles.

Une légère touche safranée complète l’ensemble.

En bouche, très belle présence du vin qui s’exprime tout d’abord en largeur avec un fruité concentré et pur.

L’acidité bien maîtrisée étire ce liquoreux sur une finale de belle allonge sur de legers amers.

Le boisé ne se  ressent que sur la fin de bouche, l’élevage semble bien digéré.

Cette bouteille commence à dévoiler son potentiel, je lui prédis une longue vie tant le vin possède à la fois une grande richesse en liqueur et un équilibre impeccable.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


20divin 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte