Magazine Beaux Arts

Trames et chaînes

Publié le 20 octobre 2008 par Marc Lenot

betonsalon.1224516277.JPGA Bétonsalon, jusqu’au 1er Novembre, mise en correspondance de deux artistes, Didier Marcel et Loïc Raguénès (Il faut ajouter que cette exposition fort bien conçue a été préparée par des étudiantes de Master à Paris 4). Les arbres blancs, tronqués, sur roulettes de Didier Marcel sont floqués, avec une texture grumeleuse. betonsalon-1.1224516318.JPGBien qu’évidemment factices, ils introduisent dans cet espace d’exposition une matérialité, et, qui plus est, une matérialité rustique, naturelle, nostalgique, que les impressions de Loïc Raguénès aux murs viennent défier.

Raguénès, en digne héritier des pointillistes, néo-impressionnistes et autres divisionnistes, décompose l’image, la déstructure à l’extrême, la réduit à une trame de points blancs ou monochromes, rendant les formes indistinctes, nous forçant à la

betonsalon-3.1224516342.JPG
distance (mais laquelle est la bonne ?), au clignement des yeux pour saisir, comprendre, faire apparaître et recomposer l’image. Il cite Seurat, bien sûr, mais un Seurat devenu monochrome (comme dans ses dessins), dont les formes, encore reconnaissables, se diluent dans des vagues de points, qui, de plus près, semblent proliférer comme des rhizomes cancéreux, vibrionnant (ci-contre les tableaux à l’arrière plan des Poseuses).

betonsalon-2.1224516330.JPG
La qualité d’impression par bélinographie des photos dans les journaux de mon enfance était médiocre et, avec une simple loupe, on pouvait jouer à entrer dans la photo, à n’y voir plus qu’un assemblage de points noirs et blancs, à s’abstraire du réel, du matériel pour plonger dans un autre univers, abstrait, mystérieux (ci-contre, détail d’un bonnet de dentelle).

C’est une expérience similaire que Loïc Raguénès propose ici, ses formes dialoguant avec les vestiges physiques de Didier Marcel. Au sol, une trame blanche finement tracée guide de l’un à l’autre (voir en haut).

betonsalon-dylan-reflet.1224516357.jpg
Il y a aussi au début deux dessins de Raguénès (les autres sont des impressions numériques, ou des sérigraphies monochromatiques sur toile d’aluminium laquée) dont ce très beau Dylan face à son reflet dans une vitre.

Photos de l’auteur, excepté Bob Dylan, courtoisie de Loïc Raguénès. Didier Marcel étant représenté par l’ADAGP, la photo n°2 sera ôtée du blog à la fin de l’exposition.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marc Lenot 482 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte