Magazine Cinéma

Le crime est leur affaire, pour notre grand plaisir

Par Mahee
18986947_w434_h_q80.jpg

Prudence Beresford s’ennuie ferme dans sa demeure de Savoie. Elle se plaît à imaginer une bonne fée qui lui amènerait un crime croustillant sur un plateau d'argent. Car le crime est son affaire. La sienne, et celle de son mari, Bélisaire, colonel des services secrets à la retraite. Alors, lorsque la tante Babette leur annonce, toute retournée, avoir assisté à l’étranglement d’une femme dans un train, le sang de Prudence ne fait qu’un tour. Elle se met en quête de retrouver le cadavre. Et pour mieux enquêter, elle se fait engager comme bonne dans un inquiétant château, proche de l’endroit où a été commis le crime.

Note :

Rating_star.solid.gif

Rating_star.solid.gif

Rating_star.solid.gif
Rating_star.half.gif
Rating_star.empty.gif


18986256_w434_h_q80.jpg
Savoureuse histoire
Dans Le crime est notre affaire comme dans Mon petit doigt m’a dit, tous deux réalisés par Pascal Thomas et adaptés de romans d’Agatha Christie, le couple Catherine FrotAndré Dussolier, excentrique à souhait, fonctionne à merveille ! Ils paraissent tellement complices que cela donnerait presque envie d’avoir 60 ans.
Les dialogues ont savoureux, pleins d’humour et de fantaisie, à l’image du personnage de Prudence. Elle seule peut pénétrer dans un château macabre, faire la cuisine et le service, supporter le père acariâtre et les fils inquiétants, le tout en sifflotant tranquillement. 
Le film mêle ainsi délicieusement enquête policière et comédie. S’il l’on s’amuse beaucoup, il n’en demeure pas moins que certaines scènes sont angoissantes, au moyen de décors, musiques et personnages plus sombres les uns que les autres. L'atmosphère "Agatha Christie" est bien reproduite. Le film nous tient ainsi en haleine jusqu’à la fin, sans baisse de régime.
18986940_w434_h_q80.jpg
Grosses ficelles
Si Le crime est notre affaire m’a un peu moins plu que Mon petit doigt m’a dit, c’est que les événements sont davantage prévisibles, qu’il s’agisse des indices de l’enquête ou des gags – tout particulièrement la dernière séquence, malgré tout amusante.
La relation entre Prudence et Bélisaire, censés ne pas se connaître au sein du château, est assez grossière par moments, de même que la noirceur de certains personnages, caricaturale à souhait. Mais il s’agit aussi du genre du film : une histoire cynique, qui n’a pas vocation à être réaliste.
Notons aussi la brochette d’acteurs français, qui campent tous parfaitement leurs personnages : Claude Rich, Chiara Mastroianni, Melvil Poupaud, Hippolyte Girardot ou encore Annie Cordy. Bref un casting solide pour un bon moment de détente.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mahee 165 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines