Magazine Culture

R.E.M. - Murmur (1983)

Publié le 27 octobre 2008 par Oreilles
1983, année fatidique pour nombre de nos babyloniens mais également tournant radical dans la musique indé américaine. Alors que la mode est aux synthés et aux rythmiques discos, quatre bouseux du sud font l’école buissonnière et planchent sur le successeur de Chronic Town leur premier mini Lp encore ultra confidentiel en ce temps là. Réfugiés chez IRS, ils choisissent le duo Mitch Easter et Don Dixon pour produire et enregistrer ce premier douze titres censé faire découvrir le son R.E.M. à la planète. Elu album de l’année par de nombreux classements, Murmur fait partie de ces albums intemporels, qui souffle d’ailleurs ces jours ci ses 25 bougies, et qui n’a pas vieilli d’un sillon.
Le groupe encore débutant apprend sur lui-même à chaque instant et livre un disque agité désireux de vivre d’autres expériences. Mike Mills et Bill Perry sont responsables à eux deux des aspects les plus innovants de la machine R.E.M. : la section rythmique sèche comme un coup de trique et les harmonies vocales très pop. Ajoutez à cela les guitares 12 cordes arpégées (Vivent les Byrds !) de Peter Buck et le chant cassé et traînant de l’inimitable Michaël Stipe et vous obtenez des ballades mi électriques mi acoustiques aux nuances infinies, au son dense et intelligent.
Pour un premier album les classiques ne manquent pas. "Radio free Europe", l’un de tous premiers morceaux du groupe, "Pilgrimage", "9-9", "Moral kiosk", autant de titres qui ne vous disent peut-être pas grand-chose mais qui ont fait de R.E.M. le groupe fétiche d’une jeunesse alternative dans l’Amérique de Reagan. Murmur, ne correspondant à aucun morceau de l’album, évoquant d’avantage le style marmonnant du mystique Stipe ou ce lichen (Kudzu) qui recouvre l’un des ponts d’Athens sous cette brume impénétrable. En retrait et constamment indistinct dans ses textes, Stipe remplit ses paroles de significations personnelles obscures qui construiront peu à peu sa légende. Une sorte de compassion envers l’auditeur qui rend ce disque discret et intimiste mais surtout profondément mystérieux et cohérent. Une pierre angulaire dans la marre aux canards.
En bref : Il y a 25 ans et bien avant de perdre leur religion, quatre étudiants anti MTV modèlent avec classe un premier album annonciateur de changements musicaux profonds. _
_
_
Le site officiel et le Myspace
A lire aussi : Violent Femmes - St (1983)
"Moral kiosk" :

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Oreilles 3359 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines