Magazine France

Petit compte rendu de la conférence nationale du MoDem

Publié le 27 octobre 2008 par Dominique Lemoine @lemoinedo
La conférence nationale a débuté par le vote de deux amendements des statuts qui ont été adoptés à la quasi-unanimité.
Puis nous avons assisté à l’exposé de 3 intervenants sur la crise financière
• M. Rochefort du CREDOC
• Michel Camdessus, ex-président du FMI
• Nicole Maestracci, présidente de Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie

Intervention de M. Rochefort

Nous assistons à une crise financière dont la conséquence se traduira en crise économique. A la différence de la crise de 1929, nous sommes dans un système relativement inédit puisque cette crise est mondiale et qu’il n’y a pas de limite sectorielle (tous les pans sont concernés).
De plus, la crise n’arrive pas à n’importe quel moment mais à celui d’un basculement d’un modèle économique à un autre qui a commencé bien avant la crise financière.
Dans cette crise, il y a un mot que le gouvernement ne veut pas prononcer, c’est celui de récession.
Or, la réalité est là, il faut l’affronter et non jouer à cache-cache car l’important est de le reconnaître pour mieux la combattre.
Ce qui est important dans cette récession c’est de définir : son ampleur et sa durée.
Le problème est que nous ne sommes pas capable actuellement de définir cette ampleur et cette durée mais nous devons constater un point important : c’est la première fois que le monde converge pour mettre en commun en place des outils nouveaux.
Les conséquences de la crise sont déjà visibles : les entreprises stoppent leur embauche, reportent leurs investissements et commencent même à reporter des achats de fonctionnement.
Les conséquences immédiates seront une augmentation significative du chômage : il y a actuellement 210 millions de chômeurs dans le monde et la crise aura pour conséquence de mettre environ 20 millions de personnes supplémentaires au chômage, soit une augmentation de 10% ;
Pour la France, on prévoit une hausse de 50 000 chômeurs supplémentaires en 2009.
Mais, il ne faut pas céder à la panique et i faut :
• Identifier les secteurs prioritaires où il faut concentrer les moyens
• Définir la société que l’on veut créer à la sortie de crise
Pour M. Rochefort, le premier secteur à soutenir fortement est celui du bâtiment et le second secteur est celui des PME (au niveau des finances et quant à l’inquiétude de la réalité de leurs projets).
La crise est importante et elle devrait conduire le gouvernement à reporter certaines réformes qui n ‘ont pas de caractère d’urgence comme celles du travail du dimanche, de la suppression de la publicité, de l’augmentation (déjà prise) de la surface des hypermarchés …
Il faut aussi expliquer au Français les termes employés, notamment expliquer que les 360 milliards d’euros pour les banques ne correspondent pas à de l’argent mais à des cautions à l’image des parents qui cautionnent leurs enfants pour la location ou l’achat d’un appartement.

Intervention de Michel Camdessus

Michel Camdessus, ancien Président du FMI, intervient sur le thème : la crise, deux ou trois choses que je sais d’elle.
Dès le début de son intervention, Michel Camdessus, intervient sur la nécessité de réglementation de l’économie mondiale pour ne pas laisser « les voleurs de poules faire la loi ».
Il faut un organe de contrôle international, il est possible d’en créer un mais également de donner ce travail au FMI.
C’est donner au FMI un grand pouvoir alors qu’il en a déjà beaucoup, il faut donc veiller à la façon dont on le fait pour assurer une gouvernance plus démocratique avec une plus grande place pour les Pays en voie de Développement.
Monsieur Camdessus revient sur la crise des subprimes et considère que c’était une bonne intention que de vouloir, au départ, permettre aux personnes avec de faibles ressources de pouvoir devenir propriétaire.
Mais c’est une erreur technique que de prêter à des gens qui, en cas de défaut de paiement, prenaient le risque de voir s’effondrer leur famille
C’est une erreur morale que de vendre des produits quand on ne maîtrise pas le risque et on ne peut pas se baser uniquement sur le jugement d’une agence de rating.
Le pire est lorsqu’on a laissé aux traders le pas sur ceux qui, dans les banques, auraient pu mesurer les risques et les banquiers se sont laissés aller dans une certaine euphorie.
Malheureusement, il n’y avait personne pour siffler la fin de la récréation car personne n’était en charge de le faire, même pas le FMI auquel le contrôle de ces fonds échappe.
L’origine de la crise se trouve dans les marchés non surveillés et non réglementés (hors bilan des banques).
Monsieur Camdessus nous invite à lire le rapport du FMI du mois d’avril 2007 où tout le scénario de la crise que nous connaissons actuellement était déjà écrit.
On doit mettre des règles pour revenir à plus de morale (Rôle des gestionnaires du risque, des agences de rating, Paradis fiscaux, Hedges fund ...)
Il nous invite également à considérer que nous ne devons pas veiller à seulement éteindre le feu mais également à veiller à ce qu’il ne reprenne pas.
Monsieur Camdessus rappelle qu’il aimerait que l’on se souvienne ce qu’a écrit Adam Smith « le système des économies de marché est le meilleur mais ne peut marcher que si les gens sont modérés dans leur appât du gain »
Il rappelle qu’il faudrait mettre en place une institution mondiale qui aurait une autorité au niveau économique et financière. Plutôt que de créer une nouvelle institution, le FMI pourrait jouer ce rôle mais, malgré la qualité et les compétences des fonctionnaires d cette institution, c’est au pouvoir politique issu du suffrage universel qui doit décider.
Ce n’est pas un G8, G14 ou G20 de décider car ils n’ont aucune légitimité
Monsieur Camdessus termine son exposé en insistant sur le fait qu’il faut éveiller nos concitoyens aux valeurs de l’Universelle. Enfin, il insiste sur le rôle que doit jouer l’Europe sur la définition de cette nouvelle régulation au moment où elle sera présidée par la république tchèque dont le président n’est pas un pro-Européen convaincu.
Intervention de Nicole Mestracci
Nicole Mestracci présente le fait que nous sommes mal préparés à l’arrivée d’un nombre important de populations précaires au moment où les frontières entre les moyennement pauvres et les plus pauvres sont floues.
On a cru pendant longtemps que la croissance réduirait la pauvreté
La pauvreté monétaire a diminué mais on ne doit pas seulement regarder la pauvreté, il faut aussi regarder le inégalités.
L'OCDE considère que les inégalités en France ont augmenté moins vite qu'ailleurs en raison de notre système social.
Les politiques de lutte contre la pauvreté sont très pauvres car il y a un consensus sur l'idée qu'il fallait réduire l'Etat providence sur l'idée de la promotion de la responsabilité individuelle
Nous ne formons plus de citoyens responsables dans ce système mais des consommateurs avides et individualistes
Nous avons une obsession de la fraude, beaucoup d'énergie est utilisé pour lutter contre la fraude. La réalité est autre. Seulement 2% de chômeurs touchent le chômage sans chercher d'emploi.
La réforme du service public de l'emploi est une assez bonne réforme mais il aurait fallu changer de braquet, il faut un accompagnement plus intensif pour ceux qui sont en grande difficulté
Il est nécessaire de bien comprendre que de ne pas s'occuper des exclus à un coût social plus important que l'investissement que serait leur venir en aide
Le RSA devient l'alpha et l'Omega de la politique sociale on ne sait pas quel sera son impact à long terme.
François Bayrou donne la parole à la salle pour une dizaine d’interventions puis il a cloturé la conférence par un discours que vous pouvez retrouver ci- dessous.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dominique Lemoine 164 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte