Magazine Cinéma

Zombie Honeymoon – L’amour plus fort que la mort

Par Bebealien

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais on vit en ce moment un vrai revival zombiesque. Nos amis décédés n’ont jamais été aussi présents dans les médias ( BD, littérature, jeux vidéos, cinéma… et même publicité ). Au-delà du phénomène de mode, ce revival est sûrement lié à un malaise géopolitique équivalent à celui que l’on a connu à la fin des années 70. C’est en effet à cette époque que le film de zombie a connue sa première apogée. Mais revenons à nos moutons pour nous intéresser à Zombie Honeymoon, un petit film indépendant sorti en Direct to Vidéo et qui vaut bien plus que son piètre budget ne laisse penser à croire…

Zombie Honeymoon – Pour le meilleur et surtout pour le pire

Alors qu’ils viennent de se marier, Denise et Danny profitent de leur lune de miel au soleil. Lors d’un somme sur la plage, ils se font attaquer par un homme étrange, et Danny se fait mordre et décède. Déclaré cliniquement mort, il se réveille pourtant quelques minutes plus tard. Mais petit à petit, Denise se rend compte que Danny développe un appétit insatiable pour la chair, alors que son corps commence à se décomposer. L’aimant toujours, Denise décide de rester avec lui. S’en suit une relation dangereuse et sanglante…

Une affiche ultra cheap… mais on a connu pire…

Zombie Honeymoon est une vraie histoire d’amour. C’est d’autant plus étonnant que le titre laisse penser que l’on est en face d’un film particulièrement déconneur. Mais non. Le vrai sujet du film est de s’interroger sur la réaction naturelle que l’on peut avoir si l’on perd un proche. Jusqu’où est-on prêt à aller ? Garde-t-on les mêmes limites entre ce qui est « bien »et ce qui ne l’est pas ? Pas mal de questions pour un petit film modeste non ?

Danny, en train de se rendre compte des conséquences de la résurrection miraculeuse de Daniel…

Alors certes, on pourra reprocher au film son total manque de moyens, qui fait qu’on a parfois l’impression qu’il a été tourné chez tata Simone avec trois francs six sous. Mais l’actrice principale, qui va supporter son chéri bon gré mal gré, est douée et relève à elle seule le niveau global. Et ca tombe bien, le film étant centré sur elle. Au fur et à mesure de l’effondrement de la condition physique de son mari, la moralité de Danny va s’amenuiser… A tel point qu’elle finit par nourrir involontairement son mari, poussant malgré elle des proies entre ses dents.

Daniel commence à décréprir sérieusement…

Mais ce qui est intéressant, c’est qu’au-delà du propos fantastique, le scénariste et réalisateur David Gabroe parle surtout de la difficulté de vivre au quotidien avec quelqu’un de malade, des choix épineux que ce type de situation nous poussent à faire et de la lente déconstruction qu’une personne impotente génère sur son entourage. Zombie Honeymoon a donc un ton très dramatique et émouvant et qui fait écho à des situations qu’on peut tous connaître…

Et pourtant, tout avait si bien commencé…

Alors certes, l’amateur de gore de base n’y trouvera pas son compte, les maquillages n’étant pas très habiles. De même, les adeptes de l’humour d’un Saun of the Dead ou d’un Braindead peuvent également passer leur chemin. Zombie Honeymoon est avant tout une histoire d’amour et ne cherche pas à dévier de son angle d’attaque.

Le film est disponible relativement facilement en vidéoclub. A titre personnel je l’ai attrapé hier soir sur RTL9 lors d’une diffusion en catimini. Vu les habitudes de la chaîne en termes de programmation, nul doute qu’il repassera très vite à l’antenne. En tout cas, retenez ce nom : David Gabroe, on risque d’entendre de nouveau parler de lui…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bebealien 53 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines